J’aimerais me (re)mettre au yoga

J’ai commencé un Top Ten des phrases que j’entends le plus souvent, en lien avec le Yoga (je les ai notées dans mon petit Bullet Journal) (BuJo pour les intimes) (pour les moins intimes : c’est un cahier avec des pages numérotées et un index que l’on achète vierge et remplit soi même et qui sert à la fois de pense-bête, d’organizer, d’agenda…).

En ce mois de septembre, l’une de celles qui arrivent en haut du classement est certainement « J’aimerais me (re)remettre au yoga ».

C’est l’heure des grandes résolutions, d’une vie nouvelle pour la rentrée : corps souple et fort, mental apaisé, relations sereines, amour de soi… les promesses du yoga sont nombreuses, alors qui ne voudrait pas commencer, ou recommencer le yoga, pour cette nouvelle année scolaire qui démarre ?

Mais entre cette envie et la mise en pratique, il semble parfois y avoir un abîme profond, et la panique s’installe : par où commencer ?

Petit guide pas à pas pour (re)trouver le chemin vers son tapis de yoga (et le corps souple et fort, le mental apaisé, les relations sereines, l’amour de soi… qui vont avec bien sûr).

Le maître mot : organisation

En 2007, si vous vouliez faire du yoga, vous alliez sur les Pages Jaunes, trouviez une salle en bas de chez vous, preniez un abonnement trimestriel dans cette salle, choisissiez votre cours de la semaine, et vous vous y rendiez tous les jeudis à 19h00 (c’est en tous cas ce que j’ai fait, même si c’était en 2009). Ce n’était certes pas très flexible et ça pouvait manquer de fun et de diversité, mais cela avait le mérite d’être simple et efficace. En 2019, si vous voulez vous (re)mettre au yoga, vous tapez « yoga paris » sur Google, et vous faites une crise d’angoisse devant votre écran face à la pléthore de choix possibles. Il y a environ 72 cours par jour dans Paris intra-muros, du lundi 6h15 au dimanche 22h.

Mon conseil : Plutôt que zoner sur Instagram à la recherche d’un cours, pour réaliser à la fin de la semaine que vous n’avez pas fait de yoga faute d’avoir réussi à trancher et trouver LE cours, choisissez un endroit, ou une personne, ou un horaire, qui vous convient, et restez-y le temps d’installer un rythme.

Par exemple : Repérez le studio de yoga le plus proche de chez vous/votre travail, prenez une formule découverte (la plupart des studios de yoga en proposent, celui où je donne la plupart de mes cours publics le fait), qui offre en général la possibilité de suivre des cours de manière illimitée pour une courte durée de temps (3 à 10 jours) et allez-y aussi souvent que possible pendant cette période. N’ayez pas peur de tester, en formule illimitée, vous n’avez pas à craindre de regretter le prix de ce cours que vous avez détesté. Au pire, ça dure une heure. Et même dans les cours que l’on n’apprécie vraiment pas du tout, on apprend toujours UNE petite chose. A l’issue de cette période, vous pourrez choisir le cours, ou les 2/3 cours coups de coeur auxquels vous voulez aller chaque semaine (et choisir une des différentes formules vous permettant d’accéder à ces cours, mais cela fera l’objet d’un prochain post). Et hop, le yoga est (re)venu dans votre vie !

L’alliée de l’organisation : la motivation

Si passé l’enthousiasme des premiers jours, continuer à aller au yoga vous semble difficile, le bon vieux truc « d’y aller avec une copine » est en général assez efficace. Au-delà d’un RDV avec soi-même et son bien-être, on a littéralement RDV avec quelqu’un qui va nous attendre en bas du studio dans 30 minutes.

Sans oublier le coup de la carotte : personnellement, j’aime réserver : une baby-sitter pour la soirée, une séance de yoga assez tôt (18h30 par exemple), et prévoir un apéro/dîner juste derrière. Yoga + Dîner au resto = meilleure soirée et motivation garantie.

Mais en réalité, bien qu’il puisse être difficile de sortir de son canapé ou de reculer l’heure du dîner, se « motiver » pour aller au yoga semble rarement être un problème une fois qu’on a commencé à pratiquer régulièrement. Simplement parce qu’on sait comment on va se sentir ensuite.

Si vous n’avez quand même pas envie d’aller au yoga régulièrement… peut être une forme différente de yoga vous conviendrait-elle mieux ce jour-là ? Si vous tombez de fatigue, il faudra en effet déployer des trésors de volonté pour aller suivre un cours de Flow & Inversions. Allez donc faire du Yin Yoga ! En sens inverse, si vous avez besoin de vous dépenser, le cours de Yin ne vous attire peut-être pas… alors que le Power Vinyasa, si !

Considérer le Yoga comme notre « sport » de la semaine peut parfois nous mener à… ne plus faire de yoga. Respirer, se recentrer, pratiquer en douceur… apporteront autant de bienfaits qu’une pratique dynamique, en particulier si c’est cohérent avec votre besoin du moment.

Dernière chose : acheter des trucs de yoga comme objet de motivation, pour les rentabiliser, semble fonctionner si votre esprit est calibré de cette manière. C’est tordu, mais ça marche. J’ai acheté un beau tapis = je vais au yoga. J’avais fait un petit guide de tapis et d’accessoires de yoga, il y a quelques temps.

L’ennemi du yoga : le manque de confiance en soi. 

Je n’ai pas fait de yoga depuis 6 mois, est-ce que ce cours va être adapté pour moi ? Est-ce que cet atelier est adapté aux débutants ? Je reprends le Yoga après une grossesse, est-ce que je peux venir à ce cours ?

Ce qui se cache derrière toutes ces questions, au-delà d’une volonté bien légitime de ne pas se blesser et de trouver un cours adapté à ses besoins, est l’appréhension de se retrouver dans un cours de Yoga trop difficile. Bien souvent, c’est donc la peur de ne pas être au niveau qui nous fait douter, et nous pousse parfois même à ne pas aller en cours.

Vérifier que le cours est bien adapté à notre corps post-grossesse, nos bases inexistantes dans une discipline (je viens moi-même d’envoyer un message à la prof de danse de ma fille pour lui demander si son cours de Barre au sol Adultes du lundi 11h était adapté aux débutants) ou une quelconque pathologie est une très bonne idée… mais encore faut-il en arriver jusque là, et ne pas simplement se dire « non je n’ai pas le niveau, je ne vais pas y aller ».

Derrière ces doutes sur le « niveau du cours », se cachent souvent notre Ego et notre peur d’être Débutant (avec une majuscule). Comme si « Débuter » signifiait « être nul », comme si « pratiquer depuis longtemps » signifiait que l’on a plus de valeur d’une manière ou d’une autre. Croyez-moi, je vais être Débutante ET Nulle à la Barre au sol. Surtout s’il y a une chorégraphie ou que sais-je. Je n’ai pas l’impression que ça enlève une quelconque valeur à qui je suis, mon corps, mon développement spirituel, émotionnel, mental, mes qualités humaines… Bref, on est tous débutant quelque part.

Le Yoga peut être une discipline physique exigeante, mais pas nécessairement. Cela dépendra des types de yoga, de l’intitulé du cours, du niveau annoncé, de la personnalité du professeur… mais aussi, de notre capacité à laisser notre ego de côté et suivre le cours à notre rythme (par exemple, je ne risque pas de faire d’excès de zèle à la Barre au sol) (et oserais-je envisager la Pole Dance ?). Il y a peu de disciplines où la posture de l’enfant illimitée est proposée et conseillée, alors autant en profiter au yoga !

L’option confortable : prendre des cours particuliers

Pourquoi prendre des cours particuliers ?

  • Parce que vous manquez réellement de temps et qu’ajouter du temps de transport et d’attente à votre cours de yoga n’est pas une option.
  • Parce que les cours publics ne vous apportent pas ce que vous recherchez (soit que vous ayez une pathologie et souhaitiez travailler avec quelqu’un qui s’y connaît et adapte le cours spécifiquement pour vous, soit que vous vouliez travailler certains points particuliers dans votre pratique du yoga…).
  • Parce que si vous pouvez vous le permettre, c’est quand même hyper cool (évidemment, un cours particulier coûtera beaucoup plus cher qu’un cours collectif, pensez que quelqu’un fait 1h de transport et passe 1h/1h15 chez vous, après avoir préparé un cours répondant à vos demandes spécifiques), et permet de pratiquer exactement comme on le souhaite : le professeur, l’heure, le thème et même les postures que l’on veut.

Parfois, un seul cours vous permettra aussi de réaliser que vous êtes tout à fait prêt.e à suivre des cours collectifs, après avoir eu le retour d’un professeur sur votre pratique. Et parfois vous aurez envie de continuer à suivre des cours particuliers, régulièrement ou de temps en temps, pour le plaisir de cet accompagnement personnalisé. On est jamais trop Débutant ou trop Avancé pour prendre des cours particuliers (je donne ET je prends des cours particuliers).

L’option complémentaire : suivre des cours en ligne

Si vous avez une pratique très ancienne et établie, pratiquer uniquement seul, avec ou sans vidéos, chez vous, est une option tout à fait valable. Après tout, le yoga collectif est relativement récent et moderne. Mais si vous avez une pratique très ancienne et établie, vous n’êtes peut-être pas en train de lire cet article.

Si vous voulez vous (re)mettre au yoga, l’accompagnement d’un professeur (qui peut être physique ou verbal, mais la question des ajustements manuels au yoga pourrait faire l’objet d’un article – ou d’un livre – à elle seule) reste franchement conseillée (personnellement, je ne vais pas tenter la Barre au sol seule dans mon salon avec YouTube, mais chacun est libre de ses choix). Mais cela n’empêche en rien de compléter votre pratique guidée (après avoir suivi les premiers conseils ci-dessus, donc) par un peu de yoga seul.e. Soit réellement seul.e, en répétant par exemple la séquence que vous avez travaillée tout le mois en cours, ou juste des salutations au soleil, soit en suivant des vidéos. J’avais à ce sujet fait un article (« quelles vidéos choisir ?« ) et je vous propose également un Programme 100% en ligne avec Happy Yogis Society !

Vous voulez vous (re)mettre au yoga et cet article n’a pas répondu à certaines de vos questions ? Go dans les commentaires !

Pour ma part, j’ai décidé de me mettre à une nouvelle discipline sportive, en plus de ma pratique du yoga (qui me fait utiliser mon corps, mais que je ne considère pas comme du sport) cette année (mon coeur balance donc pour le moment entre la Pole Dance, la Barre au sol et l’Escalade) (en attendant de m’inscrire à l’une de ces activités, je vais faire du Cycling jeudi midi, j’ai hâte) (ou pas, j’hésite encore quant à mes sentiments sur cette question). Je vais de ce pas m’appliquer tous les conseils ci-dessus. Et ajouter : « Racheter un flacon d’huile d’Arnica pour les courbatures ».

 

 

Smootheries sur les réseaux sociaux

10 thoughts on “J’aimerais me (re)mettre au yoga

  1. Ton article est top top top !!!
    Je suis toujours partante pour essayer la pole dance avec toi et si tu veux tenter l’escalade, j’ai toujours ma carte chez Arkose (que je n’ai pas utilisée depuis bien trop longtemps) donc on peut faire ça aussi 😀

    • Ah mais génial !
      Ecoute cette semaine j’ai déjà mon test de barre au sol, mon cours particulier avec Tatiana et une séance de Dynamo avec Lisa, puis j’ai ma première journée dans le 200h et la One Day Retreat donc… peut être qu’on peut chercher pour début octobre ? 😀

  2. Bon moi j’ai regardé les cours à Proximité de chez moi (je veux y aller à pieds et pas dépendre des transports) et y’a rien qui me plaît et / ou c’est pas compatible avec mon conjoint.
    Du coup j’ai mon abonnement yogaglo… Mais je ne l’utilise pas non plus ! Je crois que j’ai besoin de qqn qui me pousse aux fesses à la maison le week-end.
    Mais ton article est top pour qqn qui a un peu plus de motivation que moi 🙂

    • Hahaha, je vais devoir faire un article sur la motivation ! 😀

  3. Chouette, un nouvel article sur le blog ! Merci. Pour ma part, pas de problème de motivation mais une certaine frilosité à découvrir d’autres cours ou d’autres professeurs, peut-être serait-ce un bon sujet d’article ?

    • Ah oui je comprends tout à fait ! C’est si difficile de trouver du temps libre qu’on a parfois envie de rester sur des « valeurs sûres »…

  4. Bravo! Moi j’aimerais bien débuter en escalade ou m’inscrire en athlétisme mais comme ça va être compliqué des que je vais reprendre le boulot donc je vais continuer toute seule !

    • Oui avec le boulot + enfants, il reste si peu de temps libre… Pas facile de trouver un équilibre, mais bon l’important en vrai c’est de réussir à se faire plaisir et bouger son corps, donc même seule, c’est cool !

  5. J’adore le début de ton article : en 2007, c’était simple. En 2019, c’est….un casse-tête!
    J’ai dû changer de salle à cause d’un déménagement après 12 ans de pratique dans la même salle et je me suis fait exactement la même remarque depuis Toulouse 😀

  6. Le retour des articles sur le blog! youhouuuu! (bonh ok moi j’ai procrastiné la rédaction d’un commentaire).
    Je trouve tes réflexions très justes mais ce qui est un frein majeur pour moi et dont tu ne parles pas dans ton texte… c’est le prix d’une séance de yoga 🙂

    Mon contexte est différent du tien,je vis en Belgique à 25 min d’une grande ville … donc pas de studio mais pléthore d’offre et de cours dans un rayon de 1 à 10 km autour de chez moi.Seulement l’offre de base c’est 50 euros pour un mois (à raison d’un cours/semaine parfois plus) et souvent ça monte plus haut. Alors je suis tout à fait d’accord,que le prof doit se rémunérer,que souvent ça ne couvre même pas sa formation ou son temps mais la location de la salle … mais dans mon budget serré… 50-100 euros mois c’est trop .En comparaison,l’entrée à la piscine me coûte 25 euros/10 bains ou le club de course 25 euros pour 12 semaines.
    Comme je veux maintenir une pratique sportive ,je choisis ça et je fais de timide mouvement de yoga chez moi avec youtube.

    En résumé,tout les freins à la pratique ne relève pas de notre motivation,notre capacité à se bouger mais la pratique de certains sport restent néanmoins un privilège et c’est important de se le rappeler.
    Ceci dit,je suis hyper contente et te remercie d’avoir pris le temps pour un article plus détaillé qu’un poste instagram. En fait,le support blogue m’avait manqué.
    Bonne journée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *