Yogi Ecolo # Ma salle de bain zéro déchet (ou presque)

Vous vous en souvenez peut-être : à une époque, maintenant assez lointaine, ce blog était plutôt axé « blog beauté ».

J’ai eu une passion longue et intense pour les cosmétiques, d’abord conventionnels, puis bio, mais aussi pas mal de problèmes d’acné, qui m’ont poussée à faire plus attention à ce que je mettais sur ma peau, et également à multiplier les tests en tout genre, dans une quête désespérée de la solution miracle. Depuis, on me demande souvent, en commentaire sous de très vieux articles, ou par email, si j’ai encore des problèmes d’acné, comment je les ai réglés, ce que je mets maintenant sur ma peau.

Alors pour la solution miracle à l’acné, ça va être décevant : c’est la grossesse qui a été déterminante chez moi. J’ai eu quelques boutons quand j’étais enceinte, et plus d’acné à compter de mon accouchement, il y a maintenant 4 ans. J’ai un bouton par mois, parfois moins, et l’époque où les gens m’arrêtaient dans la rue pour me proposer des remèdes contre l’acné est (heureusement) derrière moi.

Au fil du temps, j’ai raccourci la liste des produits utilisés, par flemme, mais aussi par souci de consommer moins (souvenez-vous : Aparigraha), de voyager léger quand je pars en weekend ou vacances, et aussi de moins polluer avec mes cosmétiques.

Ma salle de bain n’est pas (encore) 100% zéro déchet, mais s’en rapproche doucement (surtout si on considère que j’adorais les masques de coton, donc des masques jetables à usage unique pour le visage…). Au fil des années, la liste des produits que j’utilise s’est raccourcie et arrive maintenant à une trousse de toilettes de taille raisonnable et prête en 5 minutes quand je pars en weekend.

Mes incontournables zéro déchet 

(NB : pour que cet article ne soit pas trop long, je parlerai cheveux et maquillage dans un autre article !)

  • Un savon saponifié à froid pour le visage et le corps. Voilà des années que j’ai abandonné les nettoyants liquides pour le visage, puis le gel douche (étrangement, j’ai procédé dans cet ordre, contrairement à pas mal de gens qui virent leur gel douche mais gardent d’abord leur nettoyant spécial visage).

Mes préférés ? 

J’ai découvert le Savon saponifié à froid et ses super vertus via la marque Ground Soap, à une époque où on ne trouvait pas (ou en tous cas pas aisément) ce type de produit en France – mes recherches sur l’acné m’ont menée à ces savons magiques en 2012. Je l’adore toujours autant, d’autant que le zéro déchet est total : ils sont emballés dans un tissu réutilisable, joli et pratique pour le transport (je range aussi mon dédorant dans un de ces tissus), et non dans un emballage carton. J’ai testé les gammes Medicine Man (au tea tree, pour l’acné), Plain Jane (hyper doux, je l’adore), et Lemme Be Your Honey (mon favori pendant longtemps). Il ne reste que Aum, au Patchouli, que je n’ai pas essayé, mais je compte bien y remédier. Ils sont assez chers mais ils sont énormes (il y a deux savons en un, en vrai).

Depuis, Clémence et Vivien – accompagné de plein de marques françaises – a révolutionné le marché du savon saponifié à froid, et j’adore le Vahiné et le Saint Bernard, de cette marque.

Zéro Déchet

Ceux de la Savonnerie du Nouveau Monde, avec un emballage assez minimaliste, sont très bien aussi !

Il y en a mille autres maintenant, j’en achète souvent quand je suis sur des marchés artisanaux, auprès d’artisans qui n’ont pas forcément de boutique par ailleurs.

  • Un déodorant solide. Vous l’avez peut être suivi ici, mais mon passage au déodorant naturel ne s’est pas effectué dans la dignité la plus parfaite (j’ai créé une série qui s’appelait « Déodorant de malheur« , et il y a cinq épisodes, soit autant de drames).

Lequel ?

J’ai testé la plupart des déodorants en baume, la simple application de bicarbonate ou huile essentielle sous les aisselles (lisez les épisodes précédents – ou le récap – si vous voulez), et finalement, j’ai gardé le déodorant Aromaco de Lush, qui contient un ingrédient pas 100% naturel (du propylène glycol) mais est solide, sans emballage, sans sels d’aluminium et surtout, efficace. Efficace et zéro déchet, c’est déjà pas mal à mon goût.

  • L’huile végétale pour le visage. Bien que la crème hydratante pour le visage le matin continue de faire partie de mes exceptions au Zéro déchet (il y a flacon en plastique, et ça se renouvelle tous les trois mois) (ma favorite est celle des Happycuriennes, La Joyeuse, depuis un peu plus d’un an), je n’en utilise plus le soir, et me contente d’une huile végétale – ou d’un mélange. En revanche, j’ai abandonné tous les sérums, contours des yeux et produits spécifiques et me limite à une crème hydratante et une huile.

Quelles huiles ? 

J’ai peut-être tort, je serais sûrement conquise si je m’y mettais, mais les huiles végétales « de beauté » font partie du marketing qui me laisse assez froide. Les tarifs pratiqués pour ces mélanges d’huiles précieuses sont trop élevés pour moi et je me ne me suis jamais tournée vers ces potions magiques. Je suis assez fidèle, depuis des années, à la marque Vanessences, une petite marque d’aromathérapie en ligne. Ils proposent des huiles essentielles, des soins préparés (pour tous ou sur demande), des huiles végétales… Leurs huiles pour le visage sont simples et super bien, j’ai utilisé le mélange « purifiant » pendant super longtemps, avant de de passer à celui pour « tous types de peaux« . Un flacon en verre sombre avec un mélange de trois huiles végétales, parfois des huiles essentielles, pour une douzaine d’euros. Ces derniers temps, je remplis le flacon vide avec de l’huile de chanvre qui sert aussi pour mes vinaigrettes, franchissant un pas de plus dans mon zéro déchet (et mon glamour).

  • Les cotons lavables. J’ai même failli oublier d’en parler tellement ça me semble évident. J’achète un paquet de cotons jetables par an pour le dissolvant (vu que maintenant je mets du vernis environ une fois par mois) et pour le reste, j’utilise des cotons lavables Les Tendances d’Emma. Ils ont six ans, alors ils sont un peu gris (sauf les Bambou Couleur que j’ai achetés un peu plus tard, en 2013 peut-être), mais ils sont complètement utilisables et donc je les utilise (j’en avais fait une revue complète en 2012, elle est toujours actuelle). Ceci dit je ne me démaquille plus – je me contente du savon le soir – mais je m’en sers le matin, pour le pshit d’hydrolat sur le visage.

A noter

En 2013, j’ai agrandi mon stock de cotons lavables, parce que je me retrouvais souvent avec zéro coton propre, et donc l’obligation de prendre un coton jetable, faute d’être assez efficace sur la machine à laver. Chez Les Tendances d’Emma, mes favoris sont Les Bambou Couleur (de loin) et les Eucalyptus (mais après une bonne année d’utilisation, avant ils étaient trop imperméables à mon goût). Les Lamazuna sont très bien pour le démaquillage, mais je me démaquille assez peu maintenant, donc je les utilise moins.

  • Une brosse à dent à tête changeable. Bon j’avoue que ce point me laisse un peu sceptique, parce que parfois je me dis que jeter une brosse à dent ou juste une tête ne change pas taaaant de trucs que ça. Mais bon, j’ai ma brosse à dent à tête jetable depuis quelques années, ma fille a la sienne, et je viens même d’en acheter une de force pour Cher&Tendre (celles de la marque qu’on trouve en magasin bio, je ne sais plus laquelle). Je me suis posé la question de virer cette brosse à dent pour en prendre une en bambou, mais jeter un truc qui fonctionne pour en racheter un autre est à peu près le moins Zéro Déchet que l’on puisse faire.
  • Des huiles pour le corps. Même si je m’octroie parfois un petit plaisir « crème parfumée pour le corps » (j’adore Karma de Lush, ou le baume à l’Amande de chez Clémence et Vivien), de manière générale, je mets de l’huile de coco (la même qu’en cuisine) sur le corps. Pour l’enfant tempête, et pour moi.
  • Un gant loofah. J’en ai eu marre de galérer pour trouver des gommages pour le corps à la composition correcte et au coût raisonnable. J’en étais arrivée à demander des gommages pour mon anniversaire, parce que ceux dont la composition me convenait coûtaient souvent entre 30 et 40 euros… et il y avait tout de même toujours ce pot en plastique. Du coup j’ai acheté un gant loofah chez Nature & Découvertes il y a deux ans, et je n’utilise plus que ça depuis.
  • Du yaourt de soja et de la farine de pois chiches. Pour lutter contre l’acné, j’ai essayé mille masques pour le visage. Parfois, j’utilise encore un masque à l’argile rose tout simple, vendu en tube au magasin bio (de la marque Argiletz) – notamment quand je pars longtemps en vacances au soleil. Mais de manière générale, j’utilise une recette de masque que j’ai découverte via un challenge de Baya sur Instagram il y a environ un an, avec du yaourt (de soja pour moi), de la farine de pois chiche, du curcuma et du citron. Teint frais, petit effet gommage, zéro déchet : nickel. Je le fais genre une fois par mois (parfois moins souvent), parce que j’y pense rarement.

Mes échecs zéro déchet 

Parce que nul n’est parfait, et clairement pas moi.

  • Les coton-tiges. J’ai acheté un bâtonnet en bois chez Lamazuna pour ne plus utiliser de coton tiges. Bon alors je trouve que ça griffe un peu les oreilles, et que ça les nettoie plutôt bof. Du coup, je pique les coton-tiges de Cher&Tendre.
  • Le dentifrice. J’étais passée au dentifrice solide (de chez Pachamamaï), et je le trouvais super, mais un petit passage douloureux chez le dentiste, accompagné du conseil « Utilisez du dentifrice Bi-Fluoré, vous avez une tendance aux caries profondes et nous ne vous en sortirez jamais » a eu raison de mes velléités écolo de ce point de vue. J’achète maintenant du dentifrice Bi-Fluoré à la composition horrible à la pharmacie (idem pour son copain le fil dentaire dans son petit dévidoir en plastique).
  • Le parfum. Même si j’ai sauté le cap de fabriquer mes petits roll-on parfumés – et aromathérapeutiques ! – moi-même, on est quand même encore loin du zéro déchet, avec plein de petits flacons d’huiles essentielles et de roll-on vides. Et puis, je l’avoue, j’ai toujours un flacon de mes deux parfums favoris (Gentlewoman de Juliette has a gun et Fleur d’Oranger de chez Fragonnard).

Si vous avez des super astuces zéro déchet, des recettes de masques minute avec des trucs de la cuisine, ou des expériences catastrophe à partager… je prends !

Smootheries sur les réseaux sociaux

6 thoughts on “Yogi Ecolo # Ma salle de bain zéro déchet (ou presque)

  1. Coucou ! Niveau déo j’avais aussi utilisé pendant un temps les déos crème de Clémence et Vivien. Maintenant j’en fabrique moi-même très facilement : j’ai acheté en magasin bio du beurre de karité pur (de la marque Emilie Noël, c’est la version cosmétique des huiles Emile Noël pour la cuisine haha. Le beurre de karité est un peu « mousseux », ce qui le rend beaucoup plus simple à utiliser que lorsque ça fait un truc super compact). Bref, je mélange du beurre de karité avec du bicarbonate en poudre fine (pas celui pour le ménage ; j’ai pas mesuré les proportions je fais ça au pif) et éventuellement un peu de Maïzena (ou fécule de maïs bio). Je mets aussi un peu d’huile essentielle, mais pas trop parce que ça sent vite très fort. J’ai testé lavande, et maintenant lemongrass, j’aime beaucoup cette touche d’agrume. Et ma foi, ça fonctionne aussi bien que le Clémence et Vivien, et c’est beaucoup moins agressif que de se frotter l’aisselle avec du bicarbonate pur (perso au bout de 2 ou 3 jours ça m’arrache la peau).

    • Ah oui j’avais essayé de faire comme ça aussi ! Je le faisais avec de l’huile de coco pour ma part (pas super pratique en été par contre)…
      Mais malheureusement, ce n’est pas assez efficace pour moi, snif (ceux de Clémence et Vivien non plus ceci dit).
      Du coup je garde mon Lush chouchou pour le moment !!!

  2. Je fais partie de celles qui ont un nettoyant visage (dont je ne me sers pas souvent) alors que j’ai acheté un savon qui est compatible visage (je m’en sers sous la douche le matin). J’avais testé (et approuvé) le clémence et vivien, mais finalement je me suis tournée vers un savon produit localement 🙂
    Côté déo, j’avais acheté un schmiddt mais il y a de la sauge dedans donc il est en pause pour le moment, et j’ai toujours ma pierre d’alun qui ne s’use pas depuis des années (mais des années !!!).
    J’ai abandonné ma crème visage il y a un mois ou deux, bon ma peau mériterait plus d’hydratation mais je reste comme ça temporairement.
    Pour l’oriculi, j’ai fait pire, j’en ai acheté un, et je l’ai perdu … du coup j’utilise parfois mes cotons tiges qu’il me reste, et sinon y’a la technique de l’auriculaire 😀
    Côté dentifrice, j’ai testé celui en poudre fait maison, mais ma maman dentiste m’avait conseillé de ne pas utiliser que ça, pour le fluor (même si mes dents sont nickel), et je lui fais confiance ! Je repartirai peut être sur une alternance lorsque je pourrais utiliser des HE.
    (ça fait un moment que je n’ai pas commenté ici 😉 je suis un peu en dehors du yoga en ce moment !)
    (et il faut que je t’envoie une photo, j’ai fini mon pull 🙂 )

  3. oh mais mon dieu merci! j’ai deux auriculi ! mon cher et tendre est super convaincu mais je déteste! ça griffe et ça nettoie bof (je suis pas seule,je suis pas seule)… du coup chez mes copines,je leurs pique des cotons-tiges… Monsieur ne voulant pas en racheter 😉

  4. Je suis comme toi pour l’oriculi… du coup j’entoure l’extrémité d’un peu de coton, je m’en sers comme d’un coton tige, et je jette la petite boule de coton (pas zéro déchet mais moins pire que les coton tiges disons !)
    Petit à petit elle diminue cette poubelle de salle de bain !

    • Ah oui bon je me sens moins seule…
      Sinon au magasin bio j’en avais vu un avec tige en métal et embout en silicone… ça a l’air moins inconfortable !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *