« Alors, tes cotons écolo, t’en es contente ? »

Tendances d'Emma

… me demande Copine de Londres (oui, Copine de Londres et moi-même débriefons presque chacun de nos achats cosmétiques – et aussi culinaires. Ça fait beaucoup de débrief, heureusement qu’il y a le chat Gmail).

C’est là que j’ai réalisé qu’après plusieurs mois d’utilisation, je n’avais toujours pas publié mon précieux avis sur la question des cotons lavables.

Le concept est simple : il suffit de se procurer des carrés à démaquiller en tissu, de les utiliser pour se démaquiller, lotionner, de les mettre de côté (dans un petit filet prévu à cet effet) puis de les passer en machine… avant de pouvoir les réutiliser. J’ai acheté les miens sur un site Internet que je ne recommande pas, parce qu’ils ont un service après-vente pourri (j’avais commandé trois articles, il n’y en avait que deux dans mon colis et je n’ai jamais eu de réponse à mes mails) (comme j’avais profité d’une offre à tout à -50%, l’article manquant m’était revenu à environ 3€ donc j’ai arrêté de m’acharner, mais je ne retourne plus sur ce site, c’est certain) et j’ai choisi la marque Les tendances d’Emma pour mes cotons.

Tendances d'Emma

Le but : ne plus utiliser de cotons à démaquiller jetables (et polluants).

Retour sur une conversation de la plus haute importance :

« Oui et non, lui réponds-je.

Oui parce que c’est plutôt pratique, ça fonctionne bien, c’est écologique et agréable à utiliser.

Non parce qu’ils se nettoient quand même plutôt mal (je les mets à 60°C en machine), ils restent tachés malgré les techniques que j’ai pu utiliser (bicarbonate de soude, vinaigre…) alors ça m’énerve.

Et puis, ils absorbent moins le produit. Ca peut être un plus, mais ça dépend du produit, en fait. Donc si tu verses de l’hydrolat dessus, ton hydrolat il glisse le long du coton… et hop direct dans le lavabo ! (Un petit tour sur le site Les Tendances d’Emma m’apprend que c’est parce que le molleton de coton est réservé aux soins à texture épaisse… au temps pour moi !)

Copine de Londres : Ah, il faut les laver a 60°C ? Pour des cotons écolos il y a mieux qu’un lavage a 60, non ?

Smooth : Je les lave souvent en même temps que mes draps, d’autant que c’est mieux de les sécher au sèche linge (ils restent plus doux) et que je n’utilise mon sèche-linge que pour les draps de toute façon.

Copine de Londres : Tu as pris quelle matière ?

Smooth : Les bifaces coton et molleton de coton. Le coton ça peut arracher un peu (en fonction de l’état de ta peau, moi je ne pouvais pas utiliser ce côté quand j’avais plein de boutons, maintenant, ça va, j’aime bien l’effet peeling, du coup). Le velours (ou molleton) de coton, c’est top. Mais le bambou, ça aurait été plus écologique, tant qu’à faire.

Copine de Londres : Bon ça me refroidit un peu, l’histoire du 60°C et des tâches.

Smooth : Mais ils sont propres hein. C’est juste que t’as pas tes cotons tous blancs (ou alors ma machine est pourrie, je ne sais pas). Mais je trouve que ça en vaut quand même la peine. Je ne regrette pas du tout, je pars avec en weekend et tout. Mais ce n’est pas « Waouh, 100% génial ». Le plus intéressant, c’est quand même que ça réduit énormément ma consommation de disques à démaquiller (il me faut environ 3 disques jetables pour me démaquiller le soir, alors qu’un seul grand coton lavable recto-verso suffit). Quant au lavage, tu peux aussi mettre les cotons à 40°C dans la machine et les étendre ensuite, je le fais régulièrement aussi ».

BILAN de cette conversation : J’aime bien mes cotons écolo et je n’envisage pas de repasser aux cotons jetables classiques au quotidien. J’en ai toujours chez moi (en cas de panne de machine à laver et pour le vernis à ongles…) et les quelques fois où j’ai du me démaquiller avec… j’ai trouvé ça moins agréable, maintenant que je suis habituée à mes disques en velours de coton !
Niveau prix, ça peut sembler cher : 30€ le kit Eco Belle Bois (soit une boîte en bois, 20 disques à démaquiller et un filet de lavage) mais finalement, au bout d’une quinzaine de paquets de Demak’Up, c’est rentabilisé (et pour ma part, j’ai donc payé 15€ le kit sur le site que je mentionnais au début).
On peut aussi acheter des « recharges » avec uniquement des disques, si besoin (ce que je risque de faire sous peu, d’abord parce que j’ai envie de tester le bambou mais aussi parce que dès que je faiblis un peu sur le rythme de machines à laver, en plus de ne plus avoir de chaussettes propres, je n’ai plus de cotons !)
octobre 26, 2012

Étiquettes : ,
  • J’ai les mêmes !
    Et, j’ai le même « problème » !
    Moi aussi, ça miiiiinerve ces tâches (alors qu’ils sont propres), c’est purement psychologique : c’est un peu comme le savon qui ne fait pas de bubulles quoi ^^

    (on voit la fin de semaine… au style d’écriture que j’ai ^^)

    • Exactement, c’est agaçant !!! J’ai vu sur le site des Tendances d’Emma qu’ils vendaient un savon détachant spécial, à frotter sur les cotons avant de les mettre à la machine… Je vais peut-être essayer si je me commande des cotons supplémentaires !

  • Et on pourrait avoir le lien du site que tu ne recommandes pas ? ça va dans les deux sens, de la pub si on aime et de la contrepub si on aime pas… sinon les blogs deviennent des plateformes commerciales 😉

    • Héhé, alors le truc c’est que je ne tenais pas à faire un lien, qui reste toujours de la pub pour le site, même si je dis qu’ils ont déconné, je dis aussi que c’est pas cher et eux, ils gagnent un lien. 🙂 Mais en effet, le nom est intéressant, simplement j’étais un peu speed quand j’ai publié le billet et je ne m’en souvenais pas, il fallait que j’aille explorer les tréfonds de ma boîte mail.
      J’ai enfin retrouvé le nom : c’était lespritbio.com.
      C’est con parce qu’ils ont un choix sympa, des promos régulières je crois, mais le coup de l’article oublié et de zéro réponse à mes mails de réclamation, bof bof. 🙂

  • Coucou, je trouve ça chouette ! Mais bon j’utilise pas de coton, je me démaquille à l’huile végétale et aux doigts, j’applique ma lotion au doigt : je pshitte sur le visage et n’étale au doigt…. Les masques je les retire avec ma konjac. Peut être pour remplacer la konjac alors ?

    • Oh ben si tu n’utilises jamais de cotons, ça ne vaut pas le coup d’investir, je pense ! Si la Konjac te convient, autant y rester, non ? Sauf quand il faudra la changer, là ça vaut le coup de réfléchir. En effet, j’avais eu un masque Liz Earle qui se retirait avec des petites éponges humides et c’est hyper agréable comme mode de retrait, ces cotons mouillés doivent être assez sympa dans le genre, aussi !

  • merci pour ton avis. j’ai déjà lu certaines filles qui disaient que ça ne démaquillait pas super bien et qu’il restait toujours un peu de maquillage?? et tu utilise combien de « disques » pour te démaquiller les yeux??

    • Alors en fait, je fais yeux et visage ensemble, sans scrupule. 🙂
      Quand j’utilise des disques jetables classiques, je fais d’abord un disque recto verso pour les deux yeux, puis 1 ou 2 disques recto verso pour le visage et enfin, si besoin, un dernier disque pour tout peaufiner.

      Avec les carrés lavables que j’ai, je fais tout le visage, yeux compris, avec un côté et je peaufine avec l’autre. Si j’étais pas mal maquillée, teint ou yeux, je peux avoir besoin de sortir un deuxième carré, mais c’est assez rare, en général, un recto verso me suffit.

      Sur moi ça démaquille bien, je trouve. Mon démaquillant est un baume bien gras (Ultrasimple de Lush), donc j’en mets sur le côté doux (velours de coton) et je passe bien sur tout le visage légèrement humide, yeux compris. Là il reste du maquillage mais j’ai bien tout « décroché » et ensuite je mouille légèrement l’autre face (qui fait un peu texture « peeling » comme un gant de toilette, avec des bouclettes) et j’enlève tout ce qui reste. Ensuite je me nettoie le visage avec un nettoyant à l’eau, de toute façon, je crois que quand on utilise des démaquillants gras, le double nettoyage est préférable.

      Mais ces derniers jours je n’avais pas le droit de mettre mon visage sous l’eau et donc j’ai utilisé de l’eau micellaire et j’ai trouvé que j’étais bien démaquillée aussi !

  • Bonjour,

    J’en ai 3 sortes, 2 achetées en magasin, et les 3ème sur monde bio.

    Il faut en effet adapter la surface au produit tout n’est pas compatible.

    Par contre, j’ai eu un échantillon de démaquillant yeux biphasé et je trouve que je dois mettre plein de produits sur le coton … ça m’embête un peu parce que ça démaquille bien en fait le bi-phasé 🙁

    • Ah oui je n’ai jamais utilisé de démaquillant biphasé (enfin si, mais pas depuis très longtemps).
      Mais comme tu le dis, je pense qu’en fonction du produit, la matière du carré lavable doit être adaptée !

      Par exemple pour la lotion micellaire, il fallait que j’en mette plus aussi que sur un coton classique.

      Il faut vraiment que j’essaie le bambou !

  • Moi aussi j’ai ce problème de lavage, je pense que ça tient sans doute surtout à ce qu’on démaquille avec (celui pour les yeux tâche toujours plus que celui qui sert au tonique par ex). Je me suis fait une raison, comme le papier recyclé qui n’est pas toujours blanc..
    Ce qui me gêne plus c’est l’histoire de l’absorption de produit, qui glisse ou qi boit trop, du coup j’ai l’impression de gâcher..
    Conclusion: je ne les utilise pas systématiquement :/

    • Ah oui, moi ça ne me gêne pas tant que ça, je n’utilise que ça, sauf quand ils sont tous sales ! 🙂

      En effet, mais au bout du compte, ils finissent tous par avoir fini une fois pour les yeux et être cracra, non ? Mais j’en ai certains qui, par la volonté du hasard, n’ont servi que pour l’eau florale à chaque fois, et ils sont clairement en meilleur état que les autres ! Mais bon, rien de dramatique !

      Pour le coup de liquide qui glisse dessus, j’ai réussi (depuis peu) à gérer la chose en en mettant très progressivement, le temps que l’hydrolat « pénètre » le tissu et ne glisse pas : ensuite c’est bien imbibé et nickel !

  • Bonjour,
    J’utilise aussi des cotons démaquillant lavables. Effectivement, le lavage ne permet pas d’enlever toutes les taches, mais quand j’en ai le courage, je les pré-lave à la main, avec du « savon au fiel » en pain, acheté en magasin bio: ça marche plutôt bien (les miens sont fait-maison en tissus éponge et polaire, le résultat au lavage est peut-être différent). Mais il est vrai qu’au bout d’un certain temps (je les ai depuis 5 ans), ils deviennent moins doux et un peu gris, même si je prends soin de les laver avec mes machines de « blanc ». Un peu comme les petites culottes, finalement…

    • Oui voilà, comme tu le dis, c’est comme n’importe quel vêtement, au bout d’un moment, ce ne sera plus d’un blanc éclatant, c’est certain !
      Sur le site des tendances d’emma, ils vendent un pain, probablement le même ou presque que celui que tu as, je vais peut-être essayer alors.
      5 ans, c’est quand même hyper rentable ! (surtout pour des faits-maison !)

  • Ma renommée grandit, décidément! 😉 C’est vrai que vu le nombre de débriefings, tu as de quoi être inspirée!
    J’avais laissé tomber l’idée des cotons écolos mais j’ai de nouveau envie de tenter, avec une matière un peu plus absorbante. Bambou peut-être? Je devrais peut-être essayer le kit découverte, surtout que le matin je me nettoie avec de l’eau micellaire maintenant ( au thé blanc, de Korres, gagnée chez Juste Sublime, elle est top si tu l’essuies au lieu de laisser sécher ). D’ailleurs j’imagine que tu dois maudire tes cotons qui ruissellent si tu es au nettoyage au coton forcé cette semaine!
    MAIS la question est toujours la même, je me mets peu de vernis certes, mais j’ai toujours besoin de cotons pour le dissolvant. Et pas sûre que mes orteils entrent dans un bain dissolvant! haha! Et toi, tu n’as pas pensé à éliminer tes cotons de dissolvant en utilisant un bain dissolvant? (beaucoup trop de « dissolvant » dans cette phrase, désolée!)

    • Héhé, tu es une vraie star ! 😉
      Bambou ça peut être pas mal !
      Ah moi aussi je me nettoie à l’eau micellaire depuis mon opération (nettoyage à l’eau interdit), j’en ai d’abord testé une horrible et là j’utilise celle de Taaj, pas mal.
      Mais je ne sais pas si c’est un hasard, mais ma peau est très sèche et pèle depuis quelques jours : c’est peut-être juste les 2 mois de Différine-Antibio qui commencent à faire de l’effet, mais peut-être aussi que mon rituel d’avant m’allait beaucoup mieux !
      En fait en pshittant progressivement, ou en collant bien l’embout du flacon au coton et non en en versant dessus comme je le faisais, ça ne coule plus, c’est bon. 😉
      Alors j’utilise du bain dissolvant, mais pour les pieds, c’est pas possible en effet. Et puis je m’essaie aussi aux dissolvants écolo, ce que ne sont pas les quelques marques qui proposent du bain dissolvant. Donc j’alterne entre dissolvant liquide et bain (et il reste toujours le problème des pieds, haha !)

  • Moi aussi j’utilise les cotons double-face les tendances d’Emma. J’en suis très contente. Je trouve le format idéal pour les tenir (j’en avais des plus grands et la prise en main était relou). En moyenne, j’en utilise 1,au pire 2, pour les yeux et le visage au lieu de 3 disques coton jetables.
    Bon pour la couleur, effectivement, il faut aimer les dégradés de gris… Mais cela ne me gêne pas, car je sais qu’ils sont propres malgré l’apparence. Je les lave à 40°et je les « étends » avec le reste de la lessive.
    Je les ai définitivement adoptés pour le démaquillage! (pour le dissolvant, je m’y résous pas, ça me fait mal au cœur de les abimer 🙂 )

    • Je vois que la question du dissolvant revient. Je l’ai résolue en utilisant… du papier toilette à la place du coton! Ca marche très bien et je n’ai pas acheté de coton jetable depuis… je ne sais plus tellement ça fait longtemps!

      • Ah oui ? Eh bien je n’y aurais pas pensé, tiens ! Je me souviens qu’un jour je m’étais retrouvée sans coton et j’avais absolument besoin de retirer du vernis et j’avais essayé le sopalin : c’était un massacre, car trop absorbant !
        Pour ce qui est d’utiliser les cotons lavables pour le dissolvant, ce qui me fait peur, ce n’est pas tant de sacrifier un ou deux cotons à cet usage, que de les mettre ensuite dans la machine avec mes vêtements : je ne sais pas ce que le dissolvant et les restes de vernis feraient à mes fringues, à 40°C dans la machine…

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *