Qu’est-ce qu’on mange ? #La flemme continue

En fait quand le printemps arrive, j’ai moins envie de cuisiner des dahl, des bolo, des légumes rôtis… si je m’écoutais, j’avancerais le calendrier des fruits et légumes de deux mois et je passerais directement à l’étape : « salade de tomates à tous les repas » (avec des petite pauses melon) (ensuite il me faudrait 6 mois pour réparer mon estomac qui n’est pas fan de crudités, évidemment).

Bref, la semaine du 17 avril (je publie ces articles avec 15 jours de décalage) ma fille était revenue de vacances, mais je n’avais toujours pas envie de cuisiner. Du coup j’avais acheté plein de simili-carnés de la marque Cereal à Monoprix et j’ai grosso modo fabriqué des assiettes avec un peu de légumes et des trucs du frigo.

En détail, ça donne ça.

Le lundi de Pâques, on s’est levés un peu tard et au réveil, je n’avais pas envie de tartines, mais pas de porridge non plus. Alors j’ai fabriqué du muesli avec des flocons d’avoine, des graines de chia et des éclats de nougatine. Comme le lait de riz a un goût naturellement sucré, pas la peine d’ajouter de sucre.

A midi, on a mangé chez des copains, et c’est Cher&Tendre qui a fait les courses pour apporter le déjeuner (ils ont un bébé de 6 semaines et autre chose à faire que préparer les repas) : poulet rôti frites, avec un passage chez le traiteur sri lankais pour prendre des samoussas et autres beignets de légumes pour la vegan de service. Gras, mais bon.

Le soir, après le goûter de Pâques composé de viennoiseries (je n’ai pas de boulangerie vegan en bas de chez moi, j’ai simplement lamentablement failli, une fois de plus) (je m’étais dit que je siroterais mon roiboos en regardant stoïquement les autres manger des croissants, mais en vrai, j’ai du manger plus de croissants que tout le monde) et chocolats (j’ai mangé des pâtes d’amande) (je ne fais des exceptions que pour les trucs que j’adore, et le chocolat au lait n’en fait pas partie) (les croissants, si) et une fin d’aprem avec enfant surexcitée et exténuée (subtil mélange dont les manifestations sont tout sauf subtiles) (= l’enfant hurle et pleure non-stop), j’avais pas super faim. Du coup j’ai fait du yoga et mangé une salade de betteraves avec du fromage vegan pimenté de la Petite Frawmagerie, le tout en jouant à une version « cartes » d’un Escape Game marrant avec Cher&Tendre (confession: je suis nulle, mais j’adore).

Je vous ai déjà donné ma recette favorite de la betterave façon tartare ? Non ? Voilà :

Couper les betteraves en petits morceaux (le plus petit possible). Ajouter un petit oignon blanc ou une échalote finement émincée, des câpres et des cornichons en petits morceaux. Assaisonner avec un mélange d’huile d’olive, vinaigre (balsamique), mayonnaise (vegan) et moutarde, puis sel et poivre bien sûr. On peut aussi mettre du ketchup et de la sauce Worcester (vegan, la version classique contient des anchois) si on aime. Souvent j’ajoute du Tabasco dans mon assiette (les enfants et le Tabasco : bof).

Mardi matin, j’ai donné mon cours de yoga à Big Apple Yoga (l’un de mes créneaux favoris, malgré le réveil à 6h15) et mangé un muesli avec ma copine Deborah (mes copines se lèvent régulièrement à 6h du mat pour venir à mes cours, ce sont les meilleures du monde).

Le midi, j’ai donné un cours de yoga en entreprise et en rentrant, je me suis arrêtée chez le traiteur chinois, qui n’avait plus de tofu pimenté pour mon plus grand malheur. Je me suis donc contentée de nouilles sautées et de raviolis aux légumes.

Le soir, j’ai donné un troisième cours de yoga, cette fois-ci à la Gym Suédoise et quand je suis rentrée, j’étais exténuée mais j’avais envie de faire un peu de yoga à mon tour, alors je me suis accordé 20 minutes puis j’ai mangé ce que je trouvais dans mon frigo, c’est à dire une assiette composée de salade de betteraves, de tartare d’algues, de graines germées d’alfalfa, de fromage végétal Mozzarisella et d’un steak Cereal. Bah c’était pas mal, en fait (le steak Cereal est hyper bon, ma fille ET mon mec l’aiment).

Assiette moche mais efficace

Mercredi matin, j’ai pris le temps de manger mon muesli avec ma fille plutôt que de l’embarquer au bureau (le muesli, pas la fille), puis j’ai filé au travail.

Le midi, j’ai pris un sandwich aux falafels après avoir donné mon cours de yoga : ce menu du mercredi devient traditionnel, et comme je suis routinière à souhait, j’adore ce genre de petites habitudes.

Le soir, on est rentrées un peu tard du RDV annuel chez la pédiatre alors j’ai donné des tomates cerises et un cordon bleu Cereal à ma fille, qui était plutôt contente de son sort, et j’ai mangé des asperges sur un muffin après son coucher (avec des tranches de Mozzarisella, encore) (et des graines germées, de la sauce dragon – la recette du livre Healthy Vegan et des tomates cerises).

Jeudi matin, après une séance de yoga matinal Chez Simone, on a goûté leur formule petit déjeuner, hhyper copieuse et bonne (un açai bowl, une part de gâteau au chocolat vegan et un café).

Le midi, après avoir souffert une heure sur ma table d’épilation laser (dois-je prévoir un article sur ce thème fascinant ? ça me semble pertinent), je me suis pris un plat réconfortant chez Tofuya, le restaurant des amoureux du (bon) tofu, qui propose une option végane.

Le soir, c’était une soirée « Yogapéro » (ce concept existe-t-il ? Sinon je le dépose à l’INPI hein) avec ma super Faustine, pour organiser l’avenir des Happy Yogis in Paris. Du coup j’avais acheté des petits trucs trop bons chez le traiteur italien de mon quartier : olives, tomates séchées, tartinade d’artichaut, et aussi un cheddar zinzin (pas vegan). Le tout avec des crudités et du pain (et du vin, hein).

Vendredi, je n’ai ni noté, ni photographié mes petit-déjeuner et déjeuner, mais bon j’ai probablement mangé un muesli et acheté à manger dans le quartier à midi (sûrement un bol quinoa/avoat/kale/tofu chez Ensuite). En revanche je me souviens fort bien avoir acheté un paquet de Dragibus et l’avoir anéanti sur l’après-midi.

Les Dragibus ne m’ont pas coupé l’appétit pour le soir et j’ai renouvelé l’apéro à la maison (très pratique pour voir ses copines ET son enfant en même temps) avec ma copine Deborah, et en reprenant les mêmes ingrédients que la veille (j’ai du retourner à l’épicerie italienne parce qu’on avait tout mangé avec Faustine) (moins le cheddar et plus du guacamole trop bon de Deborah et de la soupe d’asperges pour faire un peu de légumes). Et re du vin, parce qu’on avait aussi terminé la bouteille, la veille.

Samedi, j’ai passé la pire journée du mois, avec des règles super douloureuses et une énergie niveau zéro. Du coup j’ai zappé le petit déjeuner (trop la flemme) et je me suis lamentée toute la matinée. Le repas du midi n’a pas arrangé les choses, puisqu’on est allés au Café A (notre enfant peut faire des bulles dehors pendant qu’on mange, tout le monde est content) et que j’y ai mangé le pire buddha bowl de ma vie (grosso modo du riz avec trop de sauce soja et des poivrons et du céleri crus dessus). J’avais encore faim, mais j’ai pas pu finir. J’ai donc passé le reste de ma journée à fantasmer sur une pizza végane, sans avoir la force de la faire, et alors que les endroits qui en proposent à Paris ne livrent pas chez moi.

Le soir, j’ai mangé des restes du frigo et des tartines et me suis couchée le plus tôt possible pour oublier cette journée (après avoir annulé la soirée où je devais aller).

Le dimanche matin, j’étais vaguement plus fraîche et j’ai commencé ma journée en participant à un cours Famille à la Gym Suédoise. Environ une fois par trimestre, le cours est déguisé, pour le plus grand bonheur de ma fille (un peu moins pour le mien, qui ai du enfiler mon costume de coccinelle – merci Mélanie de m’avoir sauvée ! – à 9h du matin). Après un déjeuner rapide à la maison, consistant à terminer les restes de salade de betterave, olives et autres, j’ai filé voter puis re-filé à Big Apple Yoga pour un atelier de 2h consacré.. aux ouvertures de hanches, animé par Faustine et Yael. Si vous avez déjà fait du yoga avec moi, vous savez que les ouvertures de hanche et moi… ahem. Du coup c’était dur, mais j’ai adoré (on parle alors de masochisme). Surtout le café d’après au Pain Quotidien, avec un muffin vegan aux myrtilles et mes copines.

Dimanche soir, j’étais officiellement claquée et l’idée de faire un vrai repas ne m’a pas effleurée. Cordon bleu/artichaut = un combo parfait pour regarder les résultats du 1er tour des élections.

Mais rassurez-vous : la semaine d’après, je l’ai enfin mangée, ma pizza végane.

mai 3, 2017

Étiquettes : , , ,
  • Mon chéri n’aime pas trop les betteraves, mais j’ai des oignons nouveaux, je vais tenter une salade comme ça. Et ça finira le paquet de betteraves cuites qui est au frigo depuis des lustres !
    J’aime bien les ouvertures des hanches moi 🙂
    L’apéro dînatoire c’est aussi la solution quand on est deux ^^
    C’est quoi leur délire avec ce buddha bowl raté ? Faire fuir les véganes ? Pourtant ça a l’air super chouette le Café A !

    • Alors, tu as tenté ? Hihi oui on a tous des morphologies différentes et c’est marrant de constater comme la « posture de l’enfer » de l’un est la posture cool de l’autre !
      Moi j’aime bien les ouvertures de hanches passives, mais quand il faut faire un effort, mes hanches ont du mal. Du coup récemment j’ai réalisé que ce n’était pas tant une question d’ouverture (même s’il y a de ça) que de flexion de hanche, c’est à dire le contraire : la capacité des muscles fléchisseurs de la hanche à se contracter, et donc finalement une faiblesse musculaire à cet endroit. Depuis j’essaie de me muscler les hanches, haha.
      L’apéro dinatoire, j’aime tellement ce concept. Je pourrais me nourrir comme ça, mais ça vire vite « pas très sain ». Oui c’est chouette le café A, mais en fait c’est tellement cool qu’ils font vraiment peu d’efforts sur la cuisine et le buddha bowl est la consécration de ça quoi !

  • « c’est Cher&Tendre qui a fait les courses pour apporter le déjeuner  » : non mais vous êtes vraiment des potes super sympas vous, je suis jalouse! Là il y a bientôt 3 mois que j’ai mis au monde NumeroBis (du coup je regarde tes vidéos sur instragram en rêvant à ce jour lointain où je pourrais refaire une salutation au soleil sans être interrompue), et je crois que j’aurais été ravie de l’idée…
    Et volontiers pour l’article sur le laser, je commence à me faire à l’idée que c’est la meilleure solution quand on a deux mains gauches et qu’on deteste les instituts de beauté, mais qu’on n’assume pas ses poils pour autant

    • Oh la la mais félicitations pour cette nouvelle naissance, je suis super contente pour toi ! J’espère que tout va bien, même si le rythme doit être un peu intense avec deux petits à la maison 😀
      J’imagine effectivement que les salutations pendant des heures, c’est pas pour tout de suite du coup, même si tu recommences (peut être ?!) à dormir la nuit, à 3 mois et quelques… (enfin un peu quoi).
      Sinon c’est un truc que j’avais lu quand j’étais enceinte : « Demandez à vos visiteurs d’apporter le déjeuner ou le dîner quand ils passent voir votre merveille » et sans rien demander, j’avais constaté que certains le faisaient en fait, se rendant compte que gérer un enfant de 3 semaines à 3 mois + le défilé des visiteurs, c’était un peu chaud (même si perso j’adorais voir les gens défiler, autant je suis solitaire, autant être seule avec un bébé n’est pas ma tasse de thé !). Bref du coup quand on va chez des gens qui ont des touts-petits, surtout si c’est nous qui nous invitons genre « on passe voir le bébé demain ! », on essaie d’apporter le repas. 😀
      Le laser c’est un vrai gouffre financier mais c’est vrai que les résultats sont cool et qu’on y gagne en confort de vie. Je doute que ce soit vraiment rentable dans la vie d’une femme (vu que les poils peuvent ressusciter en cas de changement hormonal tel que grossesse, ménopause, traitement hormonal ou même certains traitements médicamenteux – la chimio par exemple) mais si on a les moyens, bah c’est encore la méthode la moins chiante que j’aie trouvée. 😀

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *