Les bilans du mois de Mars

Je continue cette rubrique, pour partager les petites choses qui ne rentrent ni dans la catégorie « Yoga », ni dans la catégorie « Vegan », mais plutôt dans un fourre-tout « Lifestyle », un peu green, un peu vegan, un peu yogi, mais pas que.

Mes livres et lectures

Ce mois-ci je n’ai pas lu énormément de choses hormis le tome 2 d’Outlander, en version originale (il coûtait 5€ sur le Kindle, versus 7 ou 8€ pour la version française) (et j’aime bien lire en VO) (enfin en anglais voire en allemand, c’est tout hein) qui m’a pris pas mal de temps. Je l’ai terminé récemment et ai entamé directement le tome 3 (en français parce qu’on m’avait envoyé une version epub alors je n’allais pas le racheter) (ça va mille fois plus vite à lire du coup, j’ai lu la moitié du tome en 5 jours alors qu’il m’avait fallu près d’un mois pour lire le tome 2).

Que vous dire de plus : je suis toujours fan de cette série et ravie qu’il y ait 8 tomes, j’ai presque hâte de prendre le métro matin et soir pour lire quelques pages.

J’ai relu le livre génial de Mélanie sur l’intestin irritable et n’ai toujours pas pris le temps de faire un article dédié mais je vais le faire, promis.

Minimalisme et plantes vertes

Je vous avais parlé du « Minsgame« , en février, un défi minimaliste consistant à se débarrasser chaque jour d’objets dont on n’a plus l’utilité (en les donnant, recyclant, vendant… mais pas en les jetant, sinon c’est de la triche). J’avais complètement abandonné, parce que 28 objets à trier et surtout à rediriger utilement vers un autre endroit que ton domicile, chaque soir en rentrant du travail, c’était impossible. J’ai tout de même continué de ranger un peu, tranquillement, et vidé à peu près une étagère entière de bouquins. Ils ont ensuite traîné dans un sac dans un coin de ma chambre pendant 15 jours et je me suis enfin décidée à aller les donner à Recyclivre, sauf que les 2 points de collecte étaient fermés ce jour-là. C’est finalement au 104, dans la petite roulotte jaune à livres, qu’ont fini ces livres.

Mon but initial était de faire assez de place sur une étagère entière de mon salon pour y mettre plein de petites plantes vertes mignonnes (je suis terrible en jardinage, ou même en simple entretien de plantes d’intérieur, mais j’essaie de progresser). J’ai réussi à libérer la place pour mon aloe vera (que j’ai rempoté pour l’occasion) (il n’y a perdu qu’une feuille, je ne suis pas peu fière) et j’ai acheté un petit cactus (dont Cher&Tendre a décrété qu’il était « moche mais mignon ») en guise de récompense à moi-même.

Mon nouveau copain le cactus

Mon nouveau copain le cactus

En avril je dois donc faire de la place sur l’étagère pour une deuxième plante.

Et donc oui, ma petite lubie du moment, c’est la verdure, surtout celle à cultiver chez soi. J’étais en plein rangement de livres pour libérer de la place pour mes plantes grasses quand ma voisine, Madame Main Verte, m’a demandé de prendre soin de ses jeunes plants pendant ses 15 jours de vacances. J’ai un peu flippé. D’ailleurs j’en ai un peu tué un. Mais les deux autres ont poussé, surtout un qui était en pleine forme, et j’étais tellement contente de voir les petites pousses apparaître et grandir chaque matin, que j’ai décidé que j’allais trouver des graines à planter pour avoir un petit jardin aromatique dans ma cuisine. Pour le moment j’ai commandé le matériel mais pas encore reçu mes graines, pots et compagnie, alors je vous en reparlerai en avril (en attendant j’ai fait germer 4 lentilles pour faire plaisir à ma fille, elle adore mettre de l’eau sur le coton) (on a aussi planté des graines de coquelicot qui traînaient dans mon sac à main, et on a maintenant de minuscules pousses vertes).

pousse

Sport

Mon bilan FizzUp (mon appli pour faire du sport, ici) est assez pauvre ce mois-ci. Pour ma défense, je suis beaucoup allée au sport à la Gym Suédoise (j’adore le Circuit et le Cardio Pump, hyper complémentaires de ma pratique plus introspective du yoga) et l’appli ne permet malheureusement pas de dire « J’ai déjà fait du sport aujourd’hui, merci ». Du coup quand tu rentres écarlate et déshydratée d’une heure de Cardio Pump et reçois un rappel FizzUp « Et votre entraînement aujourd’hui, grosse flemmasse ? On se motive !!! » tu as un peu envie de rire (ou pleurer). Je suis donc toujours au Niveau 5.

Pour dédommager ma pauvre enfant, qui était fan de FizzUp, je l’ai emmenée à la Zym un dimanche matin, à la Gym Suédoise. Je pensais que les cours Famille étaient vraiment réservés à des plus grands, mais si l’enfant est motivé, ça peut très bien se passer dès 3 ans. Il s’agit d’un cours de 45 minutes pour les enfants, en présence des parents qui s’amusent et transpirent aussi, avec beaucoup de cardio (les enfants ont beaucoup d’énergie et peu de patience pour les abdos) et quelques passages au sol. Le tout de manière ludique et imagée (balayer le sol version cardio = rires et courbatures). J’ai adoré, elle aussi, elle demande souvent quand on retournera à la « Zym avec mes amis » (réponse : la prochaine fois où j’arrive à avoir une enfant levée, nourrie et habillée à 9h50 un dimanche).

zym

Yoga

Happy Yogis in London

Happy Yogis in London

Après j’arrête de vous en rebattre les oreilles, mais parlons encore un peu de Londres. J’y ai bien mangé, le studio TriYoga était génial, ça vous le savez déjà. Mais surtout j’ai adoré la formation que j’ai suivie là-bas. Elle était animée par Jason Crandell, un « prof de profs » que je suis depuis environ un an, sur YogaGlo pour ses cours en ligne, sur son blog pour ses articles (principalement ceux sur la vie de prof de yoga et les séquences et focus sur des postures particulières), et aussi via Yogaland, podcast génial de sa femme, Andrea Ferretti, dans lequel elle interviewe régulièrement des professeurs de yoga reconnus, dont son mari.

Ces derniers temps, ma pratique personnelle du yoga s’essoufflait un peu. J’avais du mal à me lever le matin pour pratiquer, j’organisais pas mal de déjeuners le midi avec mes copines ou collègues et quand j’avais l’occasion de faire une pause le dimanche après-midi, après une semaine à courir partout et donner des cours de yoga, j’avais envie de bouquiner ou de tricoter. Bref je maintenais un minimum syndical d’une ou deux pratiques dans la semaine, mais pas plus.

Et donc pendant ce workshop, qui était composé, le matin, de 3h de pratique physique du yoga (oui, ça pique, mais moins que ce je pensais, tout compte fait) et l’après-midi de théorie (ajustements, séquences, business, manière d’enseigner etc), j’ai retrouvé l’envie de pratiquer plus. Parmi les nombreux conseils que j’ai retenus, à la fois en tant qu’élève et en tant que prof, celui qui a le plus changé mon approche actuelle de ma pratique personnelle était « You have to actually enjoy your practice in order to maintain it, so practice what you like« . L’idée étant qu’en tant que professeur de yoga, on doit continuer de pratiquer nous-même toute notre vie… et que nul doute qu’en tant que parent et simplement personne vivant dans un monde à 100 à l’heure, trouver du temps pour sa pratique implique soit a) Une très grande envie de faire du yoga parce qu’on aime ça ou 2) Une force de volonté à toute épreuve pour s’imposer une séance à chaque fois qu’on a du temps libre. A priori, le premier cas de figure est encore le plus simple à maintenir pendant 30 ans donc mieux vaut aller dans ce sens.

Dans un milieu où on entend souvent que « ce sont les postures qu’on aime le moins dont a la plus besoin », et avec, pour ma part, une pratique d’Ashtanga depuis plusieurs années (je suis toujours bloquée à supta kurmasana) (je vous ferai une photo un jour, ça détendra un peu l’atmosphère), j’ai tendance à me dire que je « dois » travailler sur telle ou telle posture ou set de postures. Et donc oui, le lundi à 7h du matin, je n’ai pas envie de sortir de mon lit douillet pour aller me cogner 5 salutations au soleil B (qui aime Surya Namaskar B sérieusement ?) puis Supta Kurmasana. En revanche, si on me propose d’aller sur un tapis pour faire ce qui m’amuse et que j’ai envie de pratiquer (ou ce dont j’ai besoin ce jour-là selon mes courbatures, mon énergie et mon humeur), bah tout de suite, c’est plus sympa. Du coup, j’ai recommencé à m’amuser au yoga et c’est hyper cool. Je suis aussi revenue pleine d’inspiration pour guider mes élèves, doublement cool.

Yoga du matin, lumière pourrie et courbatures, mais inspiration et envie de pratiquer :)

Yoga du matin, lumière pourrie et courbatures, mais inspiration et envie de pratiquer 🙂

Une application sympa

Je suis un pur produit de l’ère du multi-tasking. Je tricote en regardant des séries, je travaille en élaborant des playlists pour mes cours, je mange en lisant, je fais dîner ma fille en checkant mon fil Instagram. Je sais bien que tout ça est mal, voire parfois moins efficace que de prendre 10 minutes à part pour réaliser l’une de ces tâches. Le mois dernier, une copine d’Instagram, Marie avait posté une capture d’écran de son téléphone, avec plein d’arbres dessus. Il s’avère que c’est une application, Forest, contre la procrastination et l’addiction à son téléphone. Le principe est simple : tu mets un arbre à pousser, tu choisis une durée (5 à 120 minutes) et pendant qu’il pousse, tu ne touches plus ton téléphone. Si tu sors de l’appli avant la fin du temps choisi, il meurt. Le but est donc d’avoir une belle forêt et pas des vieux troncs secs à la fin de la semaine.

Du coup j’utilise cette appli assez régulièrement : quand je me lance dans une tâche un peu fastidieuse, pour laquelle je sais que je vais décrocher au bout de 5 minutes et distraitement faire défiler des images et des tweets sur mon téléphone, je plante un arbre. J’aime bien.

forest

L’appli est payante mais pas chère (2€ dans mon souvenir) et on gagne des pièces virtuelles chaque fois qu’on a fait pousser un arbre. Avec ces sous on peut acheter des arbres plus jolis et autres bonus dans la boutique, mais surtout on peut planter de vrais arbres, en partenariat avec l’association Trees for the Future.

J’ai aussi fait quelques découvertes cosmétiques, culinaires ou autres, mais je vous en parlerai dans de prochains articles.

  • Il est très mignon ton cactus. Une collègue m’a dit qu’il fallait donner des noms aux plantes pour qu’elle survive, tu peux essayer 😀
    Pour le yoga, c’est chouette que tu aies pu avoir une remise en perspective qui te fait réfléchir et surtout, t’amène à en profiter plus.
    Pour « Surya Namaskar B », je préfère la version A qui est moins source d’eesouflement, et en même temps j’aime bien faire les 3 B à la suite.
    Je n’ai jamais encore testé supta kurmasana, mais malgré ma souplesse, je pense que ça dois être bien compliqué.
    J’aime l’idée de l’application Forest, mais j’ai du mal avec l’achat d’appli … il me faudrait ça sur ordi aussi, parce qu’il est tellement facile de basculer vers un onglet plus fun 🙂

    • Ah oui tout à fait, ma sœur fait ça pour les plantes. Ecoute lui, on l’a appelé « Mochou ». Les autres n’ont pas de nom, mais mon bébé aloe a l’air de survivre malgré tout, et je suis bien contente ! 😀
      Haha oui les 3B à la suite, c’est la petite torture ashtangi qui fait plaisir (même si, si on est trèèèèès tradi, on devrait en faire CINQ) (et là : S.O.S.).
      Oui Supta Kurmasana il faut quand même être très souple des hanches (en rotation externe) mais aussi de la colonne. Moi c’est pas gagné. 😉
      Haha oui c’est vrai qu’il reste l’ordi ! Moi je me dis, quand je « lance un arbre » (expression cheloue hors contexte) que ça veut dire que je me fais 30-40-50 minutes de concentration totale, pas d’onglets sur l’ordi, rien que la tâche que je m’étais fixée à l’origine ! Pas facile, mais parfois, j’y arrive et je suis hyper fière.

      • Mochou o/
        Sur Android l’appli forest est gratuite (avec de la pub), je l’ai installée hier. Et c’est vrai qu’au boulot je me suis dit aussi que je n’ouvrais pas d’onglets non pro si je lançais l’appli !

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *