Routine, vieillesse, psychorigidité

Non non non petite lectrice beauty addict, je ne vais pas te raconter ma routine beauté (pas aujourd’hui, en tous cas), comme il est de bon ton de le faire sur la blogosphère des Beautystas. 
Je vais plutôt te donner des pistes pour réfléchir sur toi-même, lectrice ou lecteur (par la même occasion, tu constateras l’étendue des dégâts en ce qui concerne ma propre vie). 
Tu sais que tu vieillis et/ou que tu deviens un peu encroûté dans tes habitudes quand (je suis d’accord, le grand âge ne joue pas nécessairement le plus rôle le plus prépondérant, souvent, une bonne tendance à être control freak suffit) :
1 – Tu es angoissé(e) quand on te propose d’aller au théâtre mardi soir parce que mardi soir, y a cours de gym suédoise normalement. Et si t’y vas pas mardi, va falloir que tu te débrouilles pour y aller mercredi, alors que normalement, mercredi, y a glande (je force le trait, bien entendu, dans la vraie vie, je vais voir L’amour, la mort, les fringues demain soir et je vais donc à la gym demain midi, en toute flexibilité – et puis il n’y a pas glande le mercredi, hein, il y a gym suédoise aussi de toute façon).
2- Tu prépares tes habits la veille au soir (quelques fois, tu as un grain de folie et tu changes d’avis le lendemain matin, mais dans l’ensemble, tu t’en tiens à ton choix initial). 
3- Tu n’as pas préparé ta tenue de demain, et du coup, tu n’arrives pas à t’endormir, puisque tu passes mentalement ta garde-robe en revue : tu rallumes la lumière, autant le faire maintenant après tout. 
4- Tu prends tes billets de train / d’avion pour les vacances trois mois en avance (jusqu’à mes 25 ans, j’ai refusé de prendre tout engagement Air France ou SNCF plus de 15 jours à l’avance – invariablement, je me retrouvais donc debout dans le train, en ayant payé 170€ mon Paris-Bordeaux du 23 décembre). Maintenant, politique du zéro risque-zéro inconfort : le billet Prem’s en première est payé au mois d’octobre (et puis je débarque chez papa-maman le 21 décembre, ça m’évite le train bondé du 24 décembre, quelle horreur).
5- Tu te démaquilles avant de te coucher. Tout le temps, sans exception. Faut dire, à mon grand âge, la gueule de bois est tellement douloureuse qu’on n’a pas trop envie de se mettre dans un état qui empêche de passer par la case salle de bain (et puis il faut ajouter à ça que plus je vieillis, plus je me mets des tartines de make up sur la figure, c’est pas possible de dormir avec tout ça).
6- Et je vais m’arrêter là, tu vas comprendre pourquoi : Tu détestes quand on te fixe une confcall de 16h à 17h, parce qu’à 16h30, c’est l’heure de goûter, non mais OH (et puis la confcall la bouche pleine de crackers et sojasun, ça le fait moyen).
Je m’en vais préparer la confcall ruineuse de goûter, cher lecteur. 
PS : eh non, il n’y a pas de vernis du jour, parce que le Mavala Bronze Green appliqué mercredi dernier a décidé de battre des records de longévité. Mais j’ai encore plein de petits nouveaux, tu auras rapidement une photo du prochain, rassure-toi.
février 21, 2011

  • Ahah la conf call de 16h à 17h qui m'empêche de manger tranquillement ma pomme, c'est tellement vrai (et celle qui début à 18h00 où tu sais très bien qu'elle va s'éterniser et qu'à 20h tus eras encore là) 🙂
    Je ne zappe jamais le démaquillage le soir, par contre je ne prépare pas mes fringues la veille, ouf je suis sauvée 🙂

  • @Make-Up of Tea! Ouf, tu es sauvée !

    @Paillettes et Futilités : Ca va, tu as encore quelques étapes devant toi avant d'accéder au rang de "grosse psychorigide". 🙂

    Par ailleurs, j'ai moi-même été détrônée par ma collègue (celle qui a fait l'atelier teint chez MAC et subit de plein fouet mes lubies beauté), qui, hier soir dans son lit, a préparé les menus de sa semaine de vacances pour… juin. NO COMMENT.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *