Déodorant de malheur

Déodorant Laino

Les sels d’aluminium, c’est Satan, tout le monde vous le dira.

La quête du déodorant à la composition clean mais qui ne fait pas puer pour autant (le tout, sans coûter 18€ comme c’est parfois le cas des déodorants bio) est donc une quête difficile, ponctuée de surprises plus ou moins bonnes.

(remarquez comme on navigue élégamment entre les sujets « boutonnite » et « odeurs de transpiration », sur ce blog)

Ma dernière (très) mauvaise surprise m’a gracieusement été offerte par Laino (enfin je veux dire, la surprise était gratuite, le déo, je l’ai acheté à la pharmacie du coin).

Voici donc un petit déo sans prétention : un flacon bille de 50 ml, vert parce que j’ai choisi le parfum Thé vert, pour 3-4€, et qui se dit « naturel » « sans parabens » (blablabla).

Déodorant Laino

Au final, ça donne quoi ? Ça donne un gros échec.

1ère déconvenue : on est face à du GROS greenwashing. Le greenwashing, c’est quoi déjà ? C’est surfer sur la mode du bio / écolo / naturel, faire du « vert », un argument marketing, sans pour autant respecter les promesses que l’on pourrait attendre de cette attitude « verte ». En l’occurrence, la marque s’auto-proclame naturelle (ça s’appelle « Laino, le Soin Naturel« , je n’invente rien), fait figurer une banderole « 0% parabens, 0% chlorhydrate d’aluminium, 0% phénoxyéthanol » sur le flacon. Le consommateur lambda se dit que le produit est super clean, achète et est content de lui. Normalement je lis les étiquettes AVANT d’acheter, mais j’étais pressée, j’ai joué au consommateur lambda. Ce n’est qu’ensuite que j’ai constaté que le super déo naturel était plein de Dimethicone PEG-12 (= une forme de silicone, bien polluant comme on aime), contenait du Triclosan, conservateur dont l’utilisation est encadrée et dont les effets sont contestés (potentiel pertubateur endocrinien, notamment), et autres joyeusetés. Plus de la moitié des ingrédients de ce déodorant « naturel » m’ont l’air issus de l’industrie pétro-chimique (je n’ai pas googlisé chaque ingrédient et je ne les connais pas tous). Mais attention, la composition est moins longue et horrible qu’un déo classique. Mais elle n’est pas naturelle pour autant (« On vous ment… », comme dirait Arlette).

2ème déconvenue : ça ne sent pas très très bon. Mais c’est subjectif.

3ème déconvenue : le roll-on se bloque tout le temps. Pénible. C’est pas censé faire glisser, pourtant, les silicones ?

4ème déconvenue : mais ça ne marche PAS DU TOUT, cette cochonnerie. Les premières fois où je suis innocemment allée bosser sans avoir de déo de secours dans mon sac ont été douloureuses.

Bilan : Ce déodorant malfaisant est, de plus, doté d’une durée de vie extrêmement longue et je n’aime pas jeter. J’en mets donc tous les matins en le maudissant, mais j’ai maintenant un déo de secours au travail, que je pshitte dans la journée (et qui lui, sent bon et est efficace, merci Weleda).

juillet 24, 2012

Étiquettes : , , ,
  • Combo 100% bio et efficace : pierre d’alun + soapwella :
    http://www.bazar-bio.fr/deodorants-bio/499-deodorant-creme.html

    Sachant que si tu transpires pas beaucoup à la base, tu dois pouvoir te passer de la pierre d’alun (moi je peux pas, mais je suis ratée au niveau thermique).

    Pierre d’alun + déo weleda ça marche aussi, mais moins bien, et je trouve les odeurs des déos weleda insupportable (je déteste les cosmétiques parfumés). Le soapwella a une odeur plus discrète et surtout, il régule beaucoup mieux la transpiration donc pas d’odeur, même pas celle du déo.

    • Pas mal ce combo !
      J’avais vu passer quelque chose (peut-être un tweet de bazar bio) sur ce déo crème ! Le format me semble assez peu pratique, par contre, ça m’agace ! Je dois dire que j’aime bien l’idée d’un déo vite fait bien fait… Déjà la pierre d’alun, je trouve ça un peu fastidieux…
      J’ai beaucoup ri sur le concept du « ratée au niveau thermique », hahaha ! Au contraire, je pense que beaucoup transpirer, c’est un bon signe de bonne régulation thermique ! En tous cas, c’est ce que je me dis. 😉
      Je ne suis pas super fan de cosmétiques parfumés normalement, mais j’adore les odeurs Weleda ! Du coup je suis assez contente de leur déo à la rose et au citrus (et je viens de recevoir celui à la sauge dans une box, comme ça j’aurais testé les trois !).
      Je retiens quand même la soapwella, parce que le déo weleda, je suis quand même obligée d’en remettre en journée, et si c’est pas trop gênant en été ou je suis en t-shirt court ou débardeur, en hiver, je ne vais pas me lancer dans un strip-tease du pull col roulé pour remettre du déo !

  • Il faut vraiment que je m’intéresse de plus près au greenwashing, je suis typiquement le genre de nana qui se fait avoir à tout va, même si je commence à lire un peu les étiquettes, si je suis pas devant le net c’est difficile je ne retiens rien.

    Pour les déos j’ai honte mais mon préféré que j’utilise depuis des années est loin d’être bio … bouuuh oui je sais il faut que je tente ailleurs mais quand ça marche nickel c’est dur de changer.

    Celui que Catch The Black Tiger a linké a l’air pas mal du tout , à part pour le format pas pratique selon moi mais pourquoi pas, tout est une question d’habitude !

    • Tout à fait d’accord avec le format pas pratique ! Mais bon s’il marche bien, ça peut être cool quand même… (quitte à avoir un truc plus pratique dans ton sac de sport…).
      C’est vrai que c’est dur de renoncer au déo qui fonctionne, j’en conviens ! Avec le Weleda, je ne pue pas, mais je dois en avoir un sur mon bureau pour le milieu de journée, quand même… Et puis c’est vachement plus cher : 10€ si on ne trouve pas de soldes ou de ventes privées !
      Je continue de chercher le graal !

  • J’ai eu le même déo en rose fuschia -qui sent mauvais- et j’avais fait le même constat à l’époque… Le nom « triclosan » m’avait fait bondir aussi. Du coup, j’ai eu la désagréable impression de m’être faite avoir à la fois par l’aspect greenwashing vu que tous les matins je priais pour que mes aisselles se sortent indemnes de ce que je leur faisais subir en leur refilant du triclosan sur la tronche (pareil, je ne jette RIEN) et par le prix, vu que j’ai payé ce déo CHER. Dans mon souvenir il était environ à 6 euros, voire plus.

    • Oui voilà, j’en suis là (enfin non, je l’ai vidé hier, tadaaaaaaaaaaaam) : me dire que je me suis fait couillonner, porter un déo inefficace ET nocif (pour moi + l’environnement). Franchement si c’était pour ça, je prenais un Monoprix à 2€ et c’était réglé, hein !
      Je ne me souviens plus de son prix, j’étais dans une pharmacie en weekend et j’ai acheté d’autres choses en même temps ! J’ai regardé sur Internet pour voir le prix « classique », qui tourne autour de 3-4€, mais ça semblait peu cher, aussi. Peut-être qu’en pharmacie (surtout à Carry Le Rouet, héhé), il est vendu plus cher ?

      • Je l’avais effectivement pris en pharmacie dans un coin paumé, suite à un problème de dessous de bras sentant l’âne mort depuis 3 semaines. Et encore, c’était le moins cher.

          • C’est tellement glamour, ouais (bien résumé, cela dit, même si je me suis lavé les dessous de bras comme j’ai pu dans les toilettes avant de le mettre). Sinon, c’est chouette que tu aies fini le déo! Libertéééééé! Perso quand je l’ai fini j’ai poussé un petit cri de joie et j’ai montré le truc vide à mon chéri qui n’a rien pigé et m’a prise pour une folle. Il n’a même pas tilté pour le triclosan.

  • Je déteste les déos remplis de cochonneries qui ne fonctionnent (ça m’était arrivée il y a quelques années avec un déo Lidl, j’étais dégoûtée). Parce que bon, j’étais été déçue par l’efficacité de déos bios aussi, mais au moins eux, surtout quand ils sentent bon, on n’a pas de scrupule à les utiliser pendant les week-ends loukoum.
    Là, j’utilise un combo déo roll-on Melvita + pierre d’Alun, vu qu’il fait chaud. Sinon, j’adore le déo Bio Beauté by Nuxe aussi, mais bon, en été la pierre d’Alun permet de limiter les auréoles donc c’est indispensable pour moi (en hiver, j’utilise les déos seuls). Je retiens le spray Weleda, j’aime bien leur odeur de rose!

    • Oh je ne savais pas que Melvita faisait des roll-on aussi ! Moi je n’ai jamais franchi le cap de la pierre d’alun ! Pour les auréoles, j’essaie de m’habiller en conséquences : j’évite les manches bien serrées sous les bras quand il fait chaud. 🙂 Je ne connais pas le Bio Beauté, non plus !
      En ce moment j’essaie un Cattier (plutôt bof à première vue) et une collègue m’a dit que le Sanoflore était bien, aussi !

  • Ce billet me soulage d’un poids. A la dernière occasion, j’ai piqué dans ta trousse de toilette ce petit machin bio, en me disant que quand même je n’allais pas rester idiote. A la fin de la journée, autant te dire que j’ai bien pesté contre sa propriétaire sans pouvoir m’en plaindre ouvertement faute d’avoir demandé la permission avant de me servir. J’ai bien été puni. Mea Culpa.

  • J’ai vue une émission sur Arte (oui, j’avoue, je regarde Arte…..) à propos des sels d’aluminium. Le problème ne serait pas dans la substance, mais dans l’endroit où on la met. En effet, la peau des aisselles est très fine et permet l’évacuation des toxines. De ce fait, la peau est extrêmement réceptrice à tout produit. Donc tous les produits qu’on met sous les aisselles pénètre dans la peau, puis circule dans le sang, et cela que ce soit des sels d’aluminium, des minéraux issus d’une pierre d’Alun, ou des huiles essentielles!! Donc si t’as peur pour ta santé, il ne faut rien mettre sous les aisselles (ça perso, je peux pas).
    Du coup j’ai abandonné le déo bio (qui est naze en passant) et j’utilise de nouveau des trucs aux sels d’alu.

    • Mais les huiles essentielles, si elles sont bien choisies, c’est bien moins embêtant qu’elles passent dans le sang, non ?
      Bon après en effet, j’avoue que je lutte pour trouver un déo « sain » qui ne me fasse pas puer…
      Mais je ne désespère pas !

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *