Chou et Gâteau au yaourt vegan

Je ne sais pas si je l’ai dit, mais pendant ma grossesse, je me suis légèrement et tristement éloignée d’une alimentation saine et vegan. N’allez pas croire que je mange au Mac Do, faut pas déconner non plus, mais entre la fatigue (je parlerais plus volontiers  d’épuisement, mais il paraît que je saurai vraiment ce qu’est la fatigue une fois que j’aurais passé 20h à accoucher et enchaîné quelques nuits blanches derrière) du 1er trimestre, accompagnée de ses charmants moments où si tu ne manges pas un truc MAINTENANT, tu sais que tu vas vomir, et les envies irrépressibles de paninis 4 fromages (j’aurais pas pu avoir envie de fraises, non…), il a commencé à m’arriver de choisir la voie de la facilité : défaillir ou manger un truc à la boulangerie du coin (c’est à dire quelque chose qui contient du lait, ou du fromage, ou des oeufs – ou les trois…), manger une pomme au goûter ou me jeter sur un croissant avec de la confiture, ne pas prendre de dessert ou accepter une part de ce scandaleux brownie non vegan fait maison…

Puis le 2ème trimestre est arrivé, j’étais moins fatiguée, mais pour la première fois de ma vie, j’étais végétarienne. Après avoir été végétalienne, c’est plutôt HYPER MEGA facile. Surtout pour les amis qui t’invitent à dîner, y a pas à dire. J’avais toujours envie de sucre et de fromage, je risquais moins de gerber dans la première poubelle de métro qui passait mais je n’avais absolument pas la résistance à la faim nécessaire pour sauter des repas / me contenter d’une salade verte à la crêperie et pas non plus l’énergie qu’il fallait pour avoir toujours un frigo bien plein de petits plats vegan cuisinés avec amour le weekend. Pour la première fois depuis que je suis devenue végétalienne, je me suis heurtée à ces « obstacles », ou en tous cas à ces difficultés au végétalisme pour lesquelles j’ai toujours eu plein d’astuces : si on ne fait pas les courses, si on ne cuisine pas à l’avance, si on n’enquiquine pas un tant soit peu son entourage sur le choix du restaurant de ce soir et si on est incapable, une fois attablée dans une brasserie qui ne propose pas d’option végétalienne, de passer 2h à regarder les gens manger en picorant de la salade et du pain, ça devient un peu plus dur d’être vegan.

Bref, enceinte, je n’ai aucune volonté et un appétit d’ogre diabétique lacto-dépendant.

Sauf qu’entre l’arrêt du sport, le passage du végétalisme au végétarisme (petit secret entre nous : le beurre et le fromage, c’est pas très diététique, surtout pour un organisme non habitué et justement en pleine phase de stockage de graisses) et la passion soudaine pour tout ce qui est sucré, le 3ème trimestre pourrait bien m’être fatal en termes de prise de poids. Sans oublier que je n’ai pas l’intention de rester végétarienne encore très longtemps et que ce n’est certainement pas avec un nourrisson de 2 jours et une faim encore plus dévorante (paraît que l’allaitement te transforme le dernier des moineaux en morphale) que je vais me remettre à manger sain et vegan sur une base régulière.

Donc hier, pleine de bonnes résolutions, je me suis recollée un peu plus sérieusement aux fourneaux pour faire de la cuisine de saison, saine et végétalienne. Mais avec un peu de sucre, quand même.

D’où le duo de chou : en version cuite, chou blanc aux pommes et en version crue… chou blanc aux pommes aussi. Parce que j’avais acheté un chou et que mon panier de pommes bio de la semaine précédente commençant à menacer de mourir si je ne m’en occupais pas rapidement (et aussi parce que je n’arrivais pas à me décider entre les deux versions).

J’ai tapé chou et pommes dans Google pour trouver des recettes. Au final j’ai trouvé celle-ci pour la version cuite et celle-là pour la version salade.

Chou cuit en haut à gauche, chou cru en haut à droite, steak de seitan et tartinade de tofu je ne sais plus quoi.

Chou cuit en haut à gauche, chou cru en haut à droite, steak de seitan et tartinade de tofu je ne sais plus quoi.

La recette cuite est quasiment vegan de base, je me suis contentée de remplacer les 20g de beurre de la fin par 2 cuillères de yaourt de soja (et j’ai mis du sirop d’agave à la place du sucre) (je teste celui de chez Keimling en ce moment, il n’est pas mal du tout et puis j’avais lu que le sirop d’agave, ce n’était pas forcément la panacée parce que ça pouvait être super transformé, alors je me suis dit qu’en version crue, ça devait être plus sain). Au final la recette n’est plutôt pas mauvaise, mais pas divine non plus.

Par contre j’ai adoré la salade. Je n’ai pas mis les lardons (et pas remplacé par du tofu fumé, parce que je n’en avais pas et que je mangeais mon duo de chou avec un steak de seitan de toute façon), j’ai remplacé le yaourt par du yaourt de soja et la cuillère de mayonnaise par de la mayo vegan. La sauce est super bonne et si on laisse bien macérer 1h comme recommandé, c’est encore meilleur.

Après il me restait du yaourt de soja sur le point de périmer (et j’aime pas le yaourt de soja nature) (j’aime pas le yaourt nature tout court, que ce soit soja, vache, chèvre ou autre, en fait) alors je me suis dit que j’allais tenter un gâteau au yaourt vegan. Le gâteau au yaourt étant l’un de mes desserts préférés, j’avais peur de la déception (surtout que j’en avais mangé du pas vegan 3 jours avant, j’avais de quoi faire une comparaison pas forcément flatteuse à l’égard de la version vegan). Et en fait il est vachement bon, même pour une fan de gâteau au yaourt « classique » (validé par Cher&Tendre, si ça peut vous rassurer, il est sans pitié sur les desserts ne contenant aucun produit laitier ou oeufs).

J’ai pris la recette sur ce blog et évidemment, j’ai fait mes modifications parce que je suis infoutue de suivre une recette à la lettre.

Il me restait 160g de yaourt de soja (et non 200) alors j’ai vaguement adapté les autres quantités et mis :

125g de farine

100g de sucre (ça fait déjà une diminution par rapport à la recette de base qui préconise autant de sucre que de farine, mais on pourrait en mettre encore moins, d’ailleurs la prochaine fois j’essaierai de diminuer et de remplacer par du sirop d’agave, pour voir – mais je ne voulais pas faire trop de tests d’un coup, sinon on ne sait pas ce qui a foiré une fois que c’est pas bon)

40g d’huile

1 sachet de Konjac Cuisine (je n’ai pas encore parlé de ce truc génial que j’ai reçu pour test il y a quelques mois, c’est Léa Nature qui le fait – le même groupe que les cosmétiques SoBio Etic, et ça remplace les oeufs à merveille) avec un fond d’eau

1 sachet de levure

1 cuillère à café d’arôme vanille

Moule en silicone, 30 minutes de cuisson à 180°C, miam.

Le gâteau au yaourt est brun parce que j'utilise du sucre de canne intégral, au fait.

Le gâteau au yaourt est brun parce que j’utilise du sucre de canne intégral, au fait.

Et tant qu’à faire : le grand retour du Green Smoothie du petit déjeuner.

janvier 15, 2014

Étiquettes : , , , , , ,
  • Je n’aurais jamais pensé à associer chou et pommes ! A essayer donc 🙂 justement je voulais te demander des recettes de green smoothie assez sucrés, j’en ai trouvé pas mal mais j’ai peur du goût de légumes, j’avoue…!

    • Ah oui pour moi c’était une association « commune », mais que je n’avais jamais testée, en fait (tape Chou Pommes dans google tu verras, il y a 10 000 recettes, c’est un truc très classique, particulièrement la potée de chou rouge aux pommes, marrons et lardons). 😀

      Alors pour que le green smoothie n’ait pas le goût de légumes il faut :
      – mettre un fruit sucré en base (banane ou mangue, ça masque tout le reste)
      – mettre un liquide doux en « diluant » (lait de riz plutôt que de soja, voire même jus de fruit – ce que je fais quand je n’ai plus de lait de riz sous la main, type pomme mais la dernière fois j’avais du « Matin Fruité » de Tropicana, ça marche bien aussi)
      – utiliser une verdure douce (mâche, épinards plutôt que feuille de chêne, persil ou roquette – et je ne te parle même pas des feuilles de céleri…)

      Ma recette actuelle :
      – 1 cup de lait de riz
      – Une poignée de verdure
      – 2 càc de graines de lin moulues
      – 2 càc de graines de tournesol
      – 1 banane
      – 1 càc de beurre de coco (mais tu peux mettre n’importe quel beurre d’oléagineux, sinon)
      – 1 càc de spiruline
      – 1 peu de poudre d’acérola
      – 1 càc de lucuma (mais tu peux là aussi mettre n’importe quelle « super farine » que tu as, genre coco, maca, baobab, chanvre… en sachant que coco, lucuma et maca ont un goût plus doux/sucré)

      Voilàààà. 😀

  • Pour être de plus en plus intéressée par ce mode de vie, je trouve que le végétar(ou l)isme est vachement compliqué à gérer pour une non-habituée ! Alors enceinte, je n’imagine même pas ! Ecoute-toi d’abord, qqs écarts maintenant ne vont pas te tuer… Bisous !!!

    • Haha, oui c’est vraiment une question d’habitude ! Le végétarisme, je trouve ça plutôt facile, en fait. Après ça dépend quelle proportion de tes repas est constituée de plats tous prêts, auquel cas tu commences à avoir nettement moins de choix, mais je n’achète pas trop de plats « tous prêts ».
      Quand je dois manger vite fait et que le frigo est vide, c’est makis avocat (ou autres makis végé qu’on trouve sur Sushishop) ou, au pire, pizza, et là tu as quand même toujours au moins la végétarienne, la 4 fromages, voire certaines avec une base crème… En plein déménagement, pour varier, on se commandait de l’indien aussi, et là c’est végétalien sans souci. 🙂
      Le végétalisme, je suis d’accord, c’est plus dur de manger équilibré et satisfaisant sans organisation, en s’arrêtant comme ça à la brasserie du coin ou en espérant trouver un plat tout prêt en faisant les courses juste avant la fermeture du magasin, le ventre vide. Même s’il y on commence à trouver du « tout prêt » vegan, genre des burgers (type burger Charal, le truc micro-ondable, tu vois ?) chez Sojasun (pas dégueus, j’ai goûté une fois), ou des plats à mettre au micro ondes (plutôt en boutique bio, genre des Woks au soja, des chili « con tofu », ce genre de trucs).
      Par contre à partir du moment où tu cuisines tes repas, c’est juste une petite habitude à prendre (et ça vaut aussi pour les amis qui t’invitent, hihi). 😀
      Enceinte, ça ne change pas tant que ça en fait, à part que quand j’ai envie d’un truc, j’ai VRAIMENT envie d’un truc et que quand j’ai faim, je ne peux pas attendre et me dire « j’aurai à manger chez moi dans 1h30 » (sinon je tombe) et puis aussi que bien sûr, j’ai un peu moins d’énergie pour faire les courses et cuisiner. D’où le végétarisme, même si une bonne partie de mes repas restent végétaliens, je fais plus d’exceptions (chez les amis, dehors, quand c’est Cher&Tendre qui cuisine, ou quand le morceau de fromage semble m’appeler trop fort…) 😉
      Bisous bisous !

  • Le konjac cuisine qui remplace les œufs, moi j’apprend, même si je suis pas végétarienne, j’aime essayer tenter goûter :), dans les gâteaux par exemple, je met du rapadura ou du sucre de coco maintenant hehe 🙂
    Et le chou blanc, je suis comme toi, je l’adore des deux façons !
    Bon courage en tous les cas pour tout concilier, je confirme, quand on allaite, on a faim , tellement ! Mdr ! J’aimais maigris mais avec tout ce que je mangeais, j’ai pas pris non plus, ça protège lol! J’ai allaité mon Loulou pendant 1 an, et l’appétit d’ogre que j’avais ne s’est arrêté qu’avec la fin de l’alitement décidé par mon petit machin:)

    • Ah oui le Konjac cuisine c’est franchement pas mal ! C’est une alternative à la maïzena, en fait : ça permet aussi d’allonger des sauces, ce genre de truc. En tous cas sur mon gâteau, j’étais vraiment épatée de son moelleux ! Faudrait que je le refasse sans le Konjac cuisine (dans la recette d’origine, il n’y avait aucun substitut à l’oeuf, c’est moi qui l’ai ajouté en fait), pour voir si le moelleux venait de là. 🙂
      Mes copines m’ont toutes parlé de la faim dévorante en allaitant, oui ! Sachant que j’ai tendance à avoir faim dès que mon corps est soumis à une « épreuve » (genre je suis déjà affamée en étant enceinte, alors que beaucoup de mes copines gardent un appétit relativement normal…), ça promet !!! 😉

  • J’ai essayé cette recette hier avec du sirop d’agave en place du sucre 🙂 Le résultat semble bien moins sucré et la texture est différente. Je ne suis pas satisfaite. Sans doute faut-il faire d’autres modifications.

    • Merci pour le retour ! Je le répète, ta recette est fantastique !!! Pour son anniversaire, j’ai voulu faire plaisir à ma soeur en lui disant qu’elle pouvait choisir le gâteau que je lui ferai (même pas vegan, donc…) et elle a voulu que je lui refasse le gâteau au yaourt de soja, hihi (avec option pépites de chocolat et copeaux de noix, héhé).
      Bon je note pour le sirop d’agave alors, je ne me lancerai pas !

  • Salut Smooth!
    Super nouvelle que cette grossesse! Félicitations. Je l’ai apprise en décembre, alors que mes propres nausées me laissaient 10 mn de répit – assez pour te lire mais pas assez pour commenter : je suis enceinte aussi et j’attends avec impatience le fameux 2ème trimestre!!
    Tu m’as bien fait rire avec la formule de l’ogre diabétique lacto-dépendant dans laquelle je me reconnais tout à fait – et je suis admirative que tu arrives à maintenir une alimentation aussi raisonnée. Ici c’est plutôt déjeuner-dérapage / dîner-rattrapage – ou l’inverse!!
    Prends bien soin de toi!

    • Ooooooooh, mais toutes mes lectrices préférées sont enceintes, c’est fou, c’est trop bien, je suis trop contente !!! C’est quand ton 2ème trimestre ? J’espère que tes nausées vont te laisser tranquille, oui. Danièle Festy (aromathérapeute) conseille l’huile essentielle de citron (car oui, on a le droit à certaines huiles quand on est enceinte) sous la langue 3 fois par jour pour contrer les nausées (dans son bouquin « se soigner avec les huiles essentielles pendant la grossesse »). Je ne sais pas si ça marche parce que j’avais pas vraiment de nausées (plutôt des grosses faims qui devenaient des brûlures d’estomac qui me donnaient envie de vomir si je ne mangeais pas).
      Quand à l’alimentation raisonnée… bah il y a une question de conviction (éthique, écologique, de santé, tout ça) et puis aussi d’habitude (l’alimentation « saine » est bien ancrée en moi maintenant, et quand j’ai déménagé et mangé 3 fois de la pizza en une semaine, par exemple, bah je n’étais pas très bien, écoeurée, pas bien dans mon corps, j’avais ENVIE d’un bon plat de légumes) et enfin d’obligation : ma courbe de poids, avec le passage du très sain au moyen sain, et l’arrêt du sport intensif, est franchement impressionnante, je suis au début du 8ème mois et j’ai déjà pris 13 kilos, sachant qu’on prend de plus en plus vite, je suis donc quasi sûre de prendre encore 3 kilos pour chacun des deux derniers mois : ça veut dire quasi 20 kilos de pris, malgré une alimentation saine. Tu imagines si je lâchais prise et mangeais des croissants tous les matins, comme j’en ai parfois envie ? Bah ce seraient 30 kilos, hein. 😀
      Prends bien soin de toi aussi, et encore félicitations pour cette belle nouvelle !

  • Bonjour Smooth!

    J’ai découvert les hydrolats grâce à ton blog et je les apprécie énormément depuis. J’utilise notamment celui à la lavande matin et soir, que je couple à un nettoyage à l’huile au préalable. Mais comme ma peau a tendance à être acnéique, je me demandais si cette routine est suffisante. Qu’en penses-tu?
    Merci beaucoup pour ton aide, et, bien sûr, toutes mes félicitations pour ta grossesse!

    • Hello !
      Ca dépend vraiment des peaux : moi je préfère nettoyer l’huile végétale pure utilisée comme démaquillant, ça me convient mieux, surtout si je suis maquillée. Donc le duo huile + hydrolat peut suffire mais si ton huile est une huile végétale pure et que tu sens que ta peau s’encrasse, ça vaut peut-être le coup de nettoyer entre l’huile et l’hydrolat (soit avec du rhassoul, soit avec un nettoyant doux – j’aime bien ceux de Jovees ou d’Essential Care).

      🙂

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *