Mariages and Co.

Samedi, j’ai assisté au deuxième mariage de ma vie d’adulte. Eh bien finalement, ça m’amuse quand même beaucoup plus que quand j’étais jeune et obligée d’aller au mariage de tonton Raphaël (ainsi que ceux de ses dix frères et soeurs).
Ceci dit, il y avait déjà des choses qui m’amusaient à l’époque, mais ce n’étaient pas les mêmes (avant, ce que je préférais, c’était me mettre dans un coin avec M.A. pour me moquer de ma famille et provoquer ma grand-tante hyper tradi avec mes cheveux rouges et mon jean déchiré – car bien sûr, je refusais de m’habiller correctement pour les mariages, on est ado débile jusqu’au bout ou on ne l’est pas). Maintenant, mon bilan mariage, ça donne plutôt ça. 
Globalement, j’ai l’impression qu’on est tous d’accord, la mairie et l’église, c’est chiant sauf pour : 
– les mariés
– les témoins
– leurs parents hyper émus éventuellement (sauf si c’est le 4ème mariage)
– les personnes très très cathos / pratiquantes (ma grand-mère, par exemple, se réjouit toujours d’une occasion d’aller à l’église. Mais ma grand-mère fait de toute façon des choses étranges, par exemple, aller à l’enterrement de gens qu’elle ne connaît pas). 
Donc un jour si je me marie, je dispense tous ceux qui le souhaitent de venir à l’église ou à la mairie (le problème, c’est qu’il va falloir dispenser C&T aussi pour l’église, mais je ne mets pas ce débat sur la place publique). Je dis ça maintenant, mais demandez-moi confirmation si ce jour vient, quand même. 
Dans la catégorie « marrant », ce weekend, il y a eu : 
– le moment où des enfants ont violemment jeté du riz à la figure de la mariée, qui n’a pas aimé du tout (je sais, c’est pas cool de trouver ça drôle, mais c’est comme quand quelqu’un tombe dans la rue : parfois, on ne peut pas s’empêcher de pouffer). 
– le moment où la mariée a jeté son bouquet droit sur C&T, qui lui a (involontairement, n’est-ce-pas ?) tourné le dos : le bouquet a heurté son épaule, et est lamentablement retombé sur le sol. Autant pour le symbole. Après il y a eu un tout un mic-mac, on le ramasse, on le ramasse pas ? Finalement, c’est le fils du premier mariage du marié qui l’a récupéré, je crois. 
Encore pire que la mairie : la séance photo dans le parc. 
C’est horrible pour les mariés, pour les invités, pour le photographe (mais lui au moins, ça lui rapporte des sous). Surtout quand il fait froid. Je pense que beaucoup de mariées passent leur lune de miel avec une pneumonie. Enfin, je ne parle pas trop vite, peut-être que le jour où je paierai une robe 1000€ (plus ? moins ? en fait, je n’ai aucune idée du prix de ces petites merveilles mais je me fais assez confiance pour dire quelque chose du type « ah non, je ne mets pas autant d’argent dans quelque chose qui dure une soirée », puis pour choisir la plus chère du magasin), moi aussi, je voudrais avoir au moins 50 photos dans un cadre idyllique (si on considère le parc municipal comme idyllique, tout dépend de la ville où l’on vit après tout) et je vous imposerais la séance photos, les amis. 
Donc finalement, un mariage, ça devrait commencer au vin d’honneur. Ou au déjeuner, goûter, chacun ses goûts. Là on commence à rigoler, à retrouver ses copains d’enfance / sa famille qu’on n’a pas vue depuis longtemps. Tout le monde est serré, alors on n’a plus froid. Et puis on peut picoler et manger tout ce qu’on veut : aujourd’hui, c’est la fête, quand même (pour ma part, j’ai oublié tout régime spécial colopathie pour l’occasion, et au mariage de samedi, on a super bien mangé, ça valait clairement le mal de bide qui a suivi). 
Autre sujet d’étonnement sans cesse renouvelé : la playlist mariages. J’entends en 2010 les mêmes morceaux que ceux que j’entendais quand je jouais dans la salle des enfants et que mes parents se déhanchaient sur la piste jusqu’à 5h du matin. Au-delà de l’aspect nostalgie « Oooooh ça me rappelle mon enfance », si quelqu’un pouvait, un jour, faire un mariage sans Alexandrie-Alexandra, Les démons de minuit, Grease, j’en passe et des meilleures, ce serait plutôt cool. 
La nouveauté « mariages 2010 » (quand j’avais 15 ans et les cheveux rouges, ça ne venait à l’idée de personne, je pense), ce sont les au-revoir, c’était sympa, on se revoit au prochain mariage, peut-être le vôtre ? C’est le coup de vieux. Là je suis obligée de me dire que peut-être, un jour, je vais aussi organiser une grosse fête à 10 000€, stresser pendant un an parce que si je prends 1 kilo je ne rentre plus dans ma robe, subir un enterrement de vie de jeune fille humiliant (n’essayez même pas, les filles), me demander si vraiment, je dois inviter tatie Roselyne ou s’il y a une chance qu’elle n’apprenne pas que je me suis mariée sans l’inviter, parce que quand même, ça fait 5 personnes de plus à nourrir, et considérer que c’est le jour le plus important de ma vie. Surtout s’il n’y a même plus d’avantage fiscal (non, je ne suis pas vénale). 
Il n’y a pas de chute à ce post, mettez-ça sur le compte du médicament qui rend débile, je ne trouve plus rien à dire. Après le premier post, voici le premier post sans chute (non que les autres aient été particulièrement brillantes, mais au moins, j’avais conclu). 
septembre 27, 2010

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *