Focus sur… Lysalpha Cicapeel contre les cicatrices

Cicapeel
L’acné, on n’aime pas trop. Mais quand on s’en débarrasse (si déjà on y parvient…) il reste les cicatrices d’acné, auxquelles on n’avait pas trop pensé au départ, mais qui ne sont pas d’un esthétisme à toute épreuve non plus.
Comme je suis une blogueuse soucieuse du bien-être de ceux qui lisent mes quelques billets, j’ouvre cette nouvelle rubrique (je ne m’engage pas trop sur le nombre d’articles qu’elle contiendra, je préviens tout de suite…), fort à propos intitulée « Focus sur… » dans le sens où en général, je blablate sur 15 produits en même temps, et qu’un bel article bien ciblé sur un produit n’est pas trop usuel pour moi. Mais il s’avère que le fameux Cicapeel suscite beaucoup d’engouement et d’interrogations, je m’en viens donc faire un petit billet spécial pour  y répondre.
Pour mémoire, Cicapeel ressemble à ça :
Cicapeel
Rien de bien glamour ni de bien fou dans ce petit flacon, qui a le mérite d’être discret, de ne pas prendre de place et de ne pas couler de partout (on peut donc même le trimballer en weekend si on veut).
A quoi sert Cicapeel ? 
Mon sens de l’humour débordant et moi-même souhaiterions répondre que ça sert à « peeler ». Comme je l’avais rapidement indiqué sous cet article consacré aux sérums (si tu cliques sur le lien, tu verras aussi que je n’ai pas refait de photo dudit Cicapeel, mais repris la même, ceci dit, c’est le même flacon, donc à quoi bon ?) Cicapeel est un exfoliant : en accélérant le renouvellement cutané, il favorise la disparition plus rapide des marques dues à l’acné.
Plus précisément, la marque nous indique ceci :
Basé sur l’association synergique de 3 actifs, Lysalpha Cicapeel réduit efficacement les marques :
• La Gluconolactone (PHA) fortement concentrée exerce une action exfoliante forte pour lisser les marques.
• Le zinc régule la production de sébum.
• Innovation : un actif capable de réguler l’excès de sébum lié au stress.
Ensemble ils réduisent les marques et préviennent leur formation.
Du coup, je dirais que Cicapeel vise avant tout à estomper les cicatrices. Si l’on a quelques boutons, le produit peut aider (régulation du sébum, exfoliation), mais son action première n’est pas de lutter contre l’acné (surtout si ses causes en sont hormonales. Pour ma part, au plus fort de la crise d’acné, j’ai mis Cicapeel de côté et me suis concentrée sur les antibio et l’hydratation de la peau).
J’aime bien l’idée que cela régule la production de sébum due au stress, mais je ne saurais dire si ça fonctionne.
Comment utilise-t-on Cicapeel ? 
C’est LA grande question.
Si tout le monde a bien compris qu’il valait mieux se contenter d’une application un jour sur deux (en l’occurrence, un soir sur deux car le produit est photosensibilisant), la mention « En raison de sa formule concentrée, Lysalpha Cicapeel s’utilise seul  » en laisse plus d’une perplexe.
Je n’ai pas la réponse miracle, mais j’ai testé, depuis le mois de mai où j’ai réellement commencé à l’utiliser un soir sur deux, à peu près toutes les combinaisons :
* Option sérum : seul = après le nettoyage, avant la crème hydratante. Lorsque je l’ai utilisé de cette manière, je n’ai pas constaté de grands effets.
* Option plus violente : seul = après le nettoyage et la lotion, sans crème hydratante derrière. C’est l’option que j’ai retenue le plus longtemps, celle avec laquelle j’ai obtenu les meilleurs résultats.
* Option kamikaze : seul = après le nettoyage et la lotion, sans omettre d’appliquer un antibiotique local sur les boutons si nécessaire. Je dois avouer que j’ai eu un peu peur pour ma peau (j’ai déjà fait une vilaine réaction à un produit anti-boutons, c’est pas joli à voir en général…), mais tout s’est bien passé.
Du coup, j’interprète la mention « seul » comme signifiant que le produit ne doit pas être utilisé en interaction avec un autre sérum, ni avec une crème hydratante (surtout si elle a une action spécifique autre). Si vous avez envie d’appliquer votre roll-on anti-boutons dessus ou dessous en prime, c’est à vos risques et périls, hein !
Cicapeel est-il agréable / désagréable à utiliser ? 
Au début, c’est clairement désagréable. La peau, habituée – si tu es une beautysta consciencieuse – à être hydratée tous les soirs, se prend une grosse claque et tiiiiire quand elle ne voit pas sa crème arriver après la douche.  Par ailleurs, le produit picote légèrement, ce qui n’arrange rien. Il laisse un léger fini collant (j’ai lu que certaines personnes mettaient du talc dessus, en ce qui me concerne, ça ne colle pas à ce point non plus, mais Cher&Tendre n’a pas super envie de coller sa joue à la mienne, quoi).
Qui plus est, les 10-15 premiers jours, il faut s’attendre à une jolie éruption de petits (ou gros d’ailleurs) boutons, comme souvent avec ce genre de cosmétiques.
Mais, à ma plus grande surprise, au bout de cette période un peu rude, la peau ne tire plus le soir et il n’y a plus de boutons qui viennent se venger d’avoir été gênés alors qu’ils glandaient tranquillement sous ton épiderme (par contre, ça colle toujours un peu).
Au final, ce n’est pas un produit plaisir (texture gel classique, odeur neutre légère, je ne m’en souviens même plus alors que je l’applique un soir sur deux, pour tout dire), mais il n’y a rien d’horrible dans son application !
Est-ce que Cicapeel marche ? 
Est-ce qu’il atténue progressivement les marques et diminue les petits boutons ? Oui.
Est-ce qu’il fait disparaître le gros cratère qu’un bouton sournois a laissé sur ton front il y a deux ans ? Je ne crois pas.
Au final, Cicapeel fait bien son job, il affine le grain de peau, lisse les marques, estompes les tâches. Au bout d’un moment, le renouvellement cellulaire trouve ses limites (je parle de vécu hein, pas de sciences naturelles, je ne suis pas spécialement calée sur la question !) et on peut avoir l’impression que le produit perd en efficacité, car l’effet est moins « Waouh ». Je pense que ça correspond au moment où l’on peut espacer les applications, ou mettre le flacon de côté pour une prochaine cure.
Est-ce que Cicapeel est un bon rapport qualité-prix ? 
Avec le flacon pompe opaque, je suis incapable de dire si j’en ai encore pour 3 ou 30 utilisations à l’intérieur. En tous cas, je l’utilise un soir sur deux depuis mi-mai et l’ai payé 30€ (ce qui est du vol, car il est indiqué aux alentours de 23€ sur des sites comme beaute-test.com, merci les petites pharmacies de quartier à Paris), donc pour moi, c’est un bon investissement (surtout à 23€ plutôt que 30, au risque de me répéter).
Et comme cet article manque beaucoup trop de couleurs et de jolies photos (alors que j’ai toujours écrit des articles contenant 2 pages A4 de texte pour une photo, j’ai de plus en plus envie de couleurs et de photos sur le blog, ce qui implique l’achat prochain d’un appareil capable de zoomer comme il se doit sur la composition imprimée au dos de mes produits et de faire des jolies photos de vernis à ongles…), un petit vernis pour la route (ça faisait longtemps !) :
LA Colors - Atomic

LA Colors - Atomic

Joli vernis qui m’aurait presque fait aimer le vert s’il ne s’était pas écaillé un peu trop rapidement, et n’avait pas laissé de belles traces bleu-vert sur mes doigts et cuticules au passage (malgré des lavages de main intempestifs). Mais je le trouve quand même beau. Je voulais faire des top coat marrants dessus et tout, mais Ikéa a anéanti trois ongles avant, j’ai donc du le retirer).
juillet 19, 2011

Étiquettes : , , , , , , , ,
  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *