Dans la jungle des lisseurs

Quand on est nouvelle dans la jungle des lisseurs, c’est pas évident (comme dirait François Damien). Mieux vaut avoir entré « Lisseur cheveux » dans son moteur de recherche favori (au hasard : Google) avant de mettre les pieds dans une boutique, sinon, achat foireux et moments de solitude seront au rendez-vous (si vous ne voyez pas ce que je veux dire, deux options : vous êtes déjà une experte du lisseur, ou alors, vous partez d’aussi loin que moi et ignorez encore qu’on va vous demander de choisir entre céramique et titanium, option ionique ou non, température réglable, et surtout, qu’au bout du compte, vous n’arriverez pas à différencier le lisseur à 20€ de celui à 150€…).

1ère étape : Comment ça, y a plusieurs matières ?! 

Oui, il y a plusieurs matières ma bonne dame, sinon ce serait trop simple.

Si j’ai bien tout compris, il y a trois matières à privilégier :

Tourmaline,  Céramique ou Titanium.

Eh bien finalement, après avoir fouillé, re-fouillé et lu tout ce que je pouvais, j’ai envie de dire : on s’en fiche un peu. L’idée c’est qu’il faut que ce soit l’une de ces trois matières, qui sont respectueuses du cheveu, permettent au fer de bien glisser et de lisser en un minimum de passages. Il faut par contre privilégier un 100% céramique ou un 100% titane plutôt qu’un simple revêtement, moins efficace et donc plus nocif pour les cheveux puisque l’on doit repasser plusieurs fois.

La tourmaline (que certains sites qualifient de « céramique noire ») a pour propriété particulière de produire des ions négatifs (je n’arrive pas à croire que je suis en train d’écrire ça), ce qui diminuerait l’électricité statique et les frisottis. Elle est donc à privilégier pour les cheveux un peu difficiles à lisser. Je ne crois pas que des fers soient 100% tourmaline : il s’agit de fers enrichis en tourmaline.

Certains sites classent les matières par préciosité, dans cet ordre croissant : Céramique, Tourmaline, Titanium.

S’il faut retenir une chose, c’est 100% quelque chose. Pas « revêtement bidule ».

2ème étape : Choisir la température, c’est compliqué ?

Ça dépend (ça dépasse).

Si on a trop peur, on peut choisir l’option « auto-régulation« , comme chez GHD par exemple (la température oscille entre 175°C et 185°C).

Sinon, on peut choisir un fer qui se règle, sachant qu’en dessous de 120-130°c, ça ne lisse pas grand chose, à moins d’avoir les cheveux vraiment fins, et qu’au-dessus de 200°c, ça devient un peu craignos.

Mais pourquoi ils vendent des fers à 230°C, alors ?

D’abord parce que sur des cheveux hyper rebelles, type crépus, il faut des températures vraiment très élevées pour parvenir à un vrai effet lisse (après les cheveux n’aiment pas forcément mais bon) (j’ai vu une coiffeuse s’acharner sur la chevelure d’une cliente en montant progressivement la température jusqu’à ce que le fer fasse bip bip en continu car la demoiselle voulait  » encore plus lisse » une fois, j’avais mal aux cheveux).

Ensuite parce que pour certains usages (type fixation de lissage brésilien quand on le fait à domicile, pour sceller la kératine), il faut passer un fer très chaud.

La température idéale se situe vers 180°C.

3ème étape : Les options ioniques, infra-rouge, spécial humidité and co, ça sert à quelque chose ? 

Franchement, l’option infra-rouge, je n’ai pas compris. J’ai lu que ça servait à lisser le cheveu de l’intérieur vers l’extérieur, et non le contraire. Ainsi, le lissage tiendrait plus longtemps. Moi ça me fait penser à un micro-ondes pour cheveux, dit comme ça.

J’ai aussi lu qu’elle servait à mieux répartir la chaleur le long des plaques, ce qui serait inutile avec des plaques 100% titanium ou céramique.

J’aurais tendance à dire : plutôt gadget donc.

La technologie ionique est plus simple : elle vise à libérer des ions négatifs qui diminuent l’électricité statique. Le fait que les plaques contiennent de la tourmaline mène à ce résultat. Est-ce mieux ou moins bien que des plaques sans tourmaline que l’on dote de ladite technologie ? Mystère et bouboule.

Certains fers sont faits pour être utilisés sur cheveux humides. C’est vrai que c’est pénible d’attendre que les cheveux sèchent pour pouvoir les lisser. Sauf que pour ces fers, la température est plus basse (donc plusieurs passages en vue) et que quand les cheveux sont humides, les « écailles » ne se sont pas encore complètement refermées. Bilan : gros potentiel de ruinage de cheveux à mon goût.

En résumé : Infra-rouge : BOF. Ionique : pourquoi pas. Cheveux humides : plutôt non.

4ème étape : Et la taille, ça compte ? 

Mais bien sûr que non. Ah, si en fait.

Assez intuitif : plus on a les cheveux longs et épais, plus on a besoin de plaques larges. En sens inverse, pour des cheveux fins et/ou courts, des plaques étroites sont plus pratiques.

5ème étape : Les petits détails qui changent la vie

Un temps de chauffe plus ou moins rapide.

Une mise en veille automatique.

Un petit clapet pour la fermeture des plaques, ou un étui thermorésistant.

Une brosse intégrée (perso, ça s’emmêle dans mes cheveux alors je préfère sans).

Un câble plutôt long (histoire de ne pas se lisser les cheveux collée contre le mur) et flexible.

Une option lisseur-boucleur.

6ème étape : Ça coûte combien cette petite chose ? 

Les prix varient de 25€ à pas loin de 200€. Tout dépend des options que l’on choisit en fonction des critères ci-dessus, de la marque que l’on préfère, de l’utilisation que l’on va en faire (je me lisse les cheveux tous les matins, une fois par semaine, une fois tous les 36 du mois ?), de notre intérêt pour un lisseur chic ou  non…

Par exemple, ceci un lisseur chic

Ceci était l’approche technico-compliquée du lisseur. Mais vous pouvez aussi aller dans une boutique, assumer votre ignaritude et simplement demander conseil. Alors pas de panique.

Billet sponsorisé

Smootheries sur les réseaux sociaux

10 thoughts on “Dans la jungle des lisseurs

  1. Je ne suis pas vraiment concernée par les lisseurs, mais par contre :
    – je ne peux que liker le lien vers la vidéo de François Damien 😀
    – ça me fait penser à l’histoire d’amour passionnelle de mes copines avec leur lisseur. Je me souviendrai toujours de l’air paniqué de l’une d’elles, quand je lui ai dit que je n’avais pas de lisseur
    – ton lissage brésilien tient toujours le coup?

    Bisous!
    PS : je crois que je rentre à mon tour dans une phase de burn out, depuis que je me suis remise sérieusement au sport je n’ai plus de temps pour bloguer… Alors quand on est blogueuse et qu’on a bcp de boulot, on est condamnées à être flasques c’est ça??? Monde cruel!

    • Ah je te comprends ! Moi aussi je lève le pied à nouveau depuis 10 jours ! En fait tous mes derniers billets ont été écrits en début de semaine dernière. 😉
      C’est cool pour le sport, ça fait tellement de bien !
      Mais AU FAIT je donne mes premiers cours bientôt, je vais t’envoyer un mail avec les salles et horaires. 🙂
      Moi aussi cette histoire passionnelle avec le lisseur m’a toujours surprise, et puis voilà, j’ai mon premier lisseur à 27 ans, hihi. Mais je reste plutôt en mode amourette et je l’utilise une fois tous les 6-10 jours en fonction de mes envies et seulement parce que le lissage brésilien me le permet en ayant bien assoupli mes cheveux !
      D’ailleurs il fout bien le camp là, ça fait pile poil trois mois et je pense y retourner sous peu : je suis dans une phase un peu ingrate où je n’ai pas retrouvé mes boucles, mais où j’ai quand même de grosses ondulations et une tignasse un peu difficile à démêler ! (je comprends donc les filles qui disent qu’il vaut mieux de bonnes grosses boucles qu’un entre-deux, c’est pénible).

  2. Le Ghd le fait rêver. Peut être que j’investirai quand le mien sera cassé car après un essai chez le coiffeur j’ai été plutôt convaincue!

    • Moi aussi il me fait rêver ! Le billet sponsorisé n’incluait pas la réception d’un lisseur GHD, mais j’espère pouvoir essayer un jour (même si j’aime beaucoup mon lisseur par ailleurs, je serais curieuse de tester !!!).

  3. hello,
    je ne me lisse jamais les cheveux, et les 2 seules fois où je l’ai fait moi-même , je les ai crâmés car depuis, impossible de retrouver mes boucles 🙁
    Alors maintenant, j’ai peur d’acheter un lisseur..
    Pourtant, j’ai tellement les cheveux moches en ce moment, avec des frisottis , que j’aimerais bien les lisser…
    Mais si je les crâme encore ….!!!
    Un GHD me tente, mais le prix est trop élevé pour moi…
    Alors je dis SNIF…
    bisous, bisous
    http://beaute-vanite.blogspot.com/

    • Ah oui se cramer les cheveux avec un lisseur, ça calme !!!
      Moi j’en utilise seulement depuis que le lissage brésilien a bien discipliné mes cheveux et frisottis, et je fais super attention !
      C’est vrai que les GHD sont onéreux, tout le monde dit qu’ils sont top, je serais curieuse de tester aussi ! 🙂

  4. Hello!
    Je suis tentée par un GHD depuis bien longtemps et j’ai vu récemment que dans certains salons il y a une offre -30 euros! Je pense que je vais craquer ce mois ci du coup!!

    • Avec une offre -30€, c’est déjà pas mal, en effet !
      Tu me diras si tu craques ? 🙂

  5. Merci pour tout l’info, c’est très utile, Je préfère le Karmin G3 Salon Pro, il a des plaques avec céramique et tourmaline, il provoque moins de dégâts, il est très agréable d’utiliser, il a un control de température pour toutes les types de cheveux et laisse les cheveux doux et lisse. Je l’aime beaucoup, c’est le meilleur lisser que j’ai essayé.

  6. Karmin est ma préférence 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *