Stockage psycho-névrotique

Stock Cosmétiques

J’ai une petite névrose de stockage (récemment, je me suis aperçue que Cher&Tendre souffrait par ailleurs du même mal, ce qui signifie que nos placards débordent – ou plutôt débordaient, car après trois jours de labeur le weekend dernier, le rangement bi (tri ?) annuel est terminé) : quand j’aime quelque chose, j’ai ce réflexe inexplicable d’en faire un petit stock (plusieurs fois le même produit, ou pire, toutes les variantes du produit). Au cas où.

Au cas où quoi, il ne faut pas trop se le demander. Au cas où je devrais me nourrir de crème hydratante à la suite d’un accident nucléaire ayant anéanti la moitié de la ville. Au cas où cette robe deviendrait ma robe préférée de toute la vie et qu’il me serait intolérable de l’abîmer, ou pire de patienter deux jours qu’elle soit propre et sèche, mieux vaut l’acheter en vert, noir, rouge et bleu. Au cas où je déciderais de ne plus jamais commander de produits en Asie et que ceci soit ma dernière commande. Au cas où je n’aie plus jamais l’occasion d’acheter de cosmétiques en Allemagne. Au cas où les soldes s’arrêteraient un jour.

Bref. Au cas où, quoi.

Si j’aime toujours autant me renseigner sur de nouveaux produits (nouveaux sur le marché ou nouveaux pour moi, j’entends) et les tester, je dois dire que j’arrive à saturation du stockage. Car malgré le rangement intensif (avec achat de meubles plus conséquents) qui a fait suite à la virée Ikéa du weekend dernier, mes placards continuent de vomir du cosmétique. J’ai même du réquisitionner une étagère de la cuisine (fermée, hein, l’étagère) pour y ranger « les cosmétiques qui ne servent pas souvent ».

Stock Cosmétiques

Pire que les images, il y a les chiffres (attention, grosse liste ci-dessous. Je comptabilise les formats voyage – mais pas les échantillons – et les entamés et neufs ensemble, et je me contente des chiffres, sans mentionner les références).

Démaquillants : 5

Nettoyants pour le visage : 7

Lotions : 6

Sérums : 5

Crèmes : 3

Crèmes urgences et réparation : 4

Masques : Là, ça se corse vraiment. Ce nombre comprend les masques pré-imprégnés de lotion, qui se vendent par lots de sachets individuels : 53.

Gommages : 3

Fonds de teint et assimilés : 5

Poudres : 2

Blushes : 4

Terracotta : 1 (je suis une personne normale de la poudre soleil)

Enlumineurs : 4

Crayons Yeux : 1

Mascaras : 3

Maquillage yeux (palettes, crayons fards, monodoses…) : 10

Maquillage lèvres : 11

Produits corps (gels douches, gommages, crèmes, autobronzants mais pas crème soleil) : 13

Crèmes Mains et Pieds : 6

Baumes Lèvres : 8

Capillaires : 13

Vernis : 79 (je pensais en avoir plus, pour le coup).

Je vois quelques bons côtés à tout cela :

– le manque de place va m’empêcher d’acheter pendant quelques temps, économies en vue (récemment, j’ai pu constater que mon budget cosmétique trimestriel me permettrait de m’acheter des trucs de malade. J’ai pensé « escarpins Louboutin », « sac à main Jérôme Dreyfuss » ou, plus modestement « Monica de chez Nat&Nin » – joli sac à main à 200€ – et regardé mes placards plein de masques, j’ai eu un peu mal au coeur. De même qu’en convertissant ce budget en iPad, en loyer, en restaurants 3 étoiles).

– je vais ressentir une satisfaction immense à chaque produit vidé. Rien que ce mois-ci, j’en ai terminé un certain nombre et j’étais tellement contente que j’ai fait des photos (du coup j’en ferai peut-être un post, tiens)

– je vais pouvoir faire des articles Bancs d’essai, qui me rappelleront avec émotion l’époque où je lisais Miss Starclub (ou Miss tout court, je me souviens mal et me sens assez vieille et triste, du coup).

Conclusion : j’arrête mes achats cosmétiques pour quelques temps, le but étant de m’acheter un Jérôme Dreyfuss d’ici deux mois (je m’embourgeoise à toute allure, quand je me rappelle mon désarroi la première fois que j’ai mis les pieds dans cette boutique où les sacs à main coûtent un demi-smic, et que le compare à l’enthousiasme qu’ont fait naître en moi les visuels de la collection printemps-été 2011, je suis un peu désespérée). Mais je m’en fous, je m’achèterai Ringo en velours rose ou orange, Bob en agneau cognac ou Carlosen python rouge (allons-y gaiement, cette fois-ci je crois qu’on a dépassé le SMIC) avec mes économies (et grâce aux Box tant décriées sur le web et à mon stock assez impressionnant, j’ai quand même de quoi faire des tests pendant plusieurs semaines – ah oui parce que JolieBox et GlossyBox, je ne compte pas vraiment ça comme un achat cosmétique, donc je reste abonnée).EDIT : pour répondre à la demande de certaines passionnées du rangement, une petite photo de la moitié de l’un de mes placards de salle de bain (le plus grand) :

Etagère SDB

juillet 24, 2011

Étiquettes : ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *