Réveillon H-5

D’abord je ne vous avais pas dit « Bon réveillon, tout ça tout ça ».Voilà, c’est fait. Jusqu’à présent, je suis entourée de gens qui se plaignent parce qu’ils n’ont pas envie d’aller à la soirée qu’ils ont prévue. Pour certains, ça se passe chez eux, c’est donc problématique. J’ose espérer que ceux qui me liront sont dans de meilleures dispositions et s’apprêtent à passer une bonne soirée. Pour ma part je suis invitée et je réalise que c’est plutôt confortable d’avoir pour seule préoccupation « je mets une robe noire ou je mets un pantalon noir ? », rappelez-moi de toujours trouver un plan « dîner hors de Paris avec covoiturage par amis ne buvant pas », parce que du coup, je peux aussi m’habiller comme je veux, je ne prends pas le métro, ce qui permet d’éviter le choc robe de soirée-Moonboots (retirées en arrivant à la soirée, mais la première impression est faite).
Ensuite, je vous fais partager un dernier article pour 2010, assez énorme de nullité. Ça pourra alimenter vos débats à table, si la discussion vire café du commerce et notamment trou de la sécu, voilà plein de beaux lieux communs : Jean Matouk sur Rue89.
Ma phrase préférée : « Je ne suis pas opposé du tout, par exemple, à ce que, au-delà d’un certain revenu, les malades « en longue durée » participent au coût de leur traitement. » Comme l’a écrit l’un des commentateurs sous l’article, même Sarkozy  n’aurait pas osé. 
décembre 31, 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *