Qu’est-ce qu’on mange ? #Le confinement, première semaine

Pour beaucoup d’entre nous, le confinement est aussi synonyme d’une nouvelle organisation alimentaire : moins (ou plus du tout) de services de livraison à domicile, plus de cantine d’entreprise ou scolaire, pas de restos ou brunch le weekend… Bref, on est sur du 100% de repas à la maison, pour toute la famille.

Petit calcul : lors de mon insomnie hier soir – car la sédentarité (j’ai beau m’astreindre à 1h de yoga et 15 à 30 minutes de fitness par jour, en période de confinement, il n’est reste pas moins 22h30 de sédentarité) est l’une des principales causes d’insomnie pour moi), j’ai calculé que le nombre de repas à préparer (petit déj inclus, goûter exclus) était passé de 30 à 56 par semaine pour mon foyer (s’expliquant par le fait que Cher&Tendre mange dehors le midi et commande souvent le soir, et que l’enfant tempête mange à la cantine). Bref, tout ceci implique un petit réaménagement et une grande révolution de nos habitudes.

Lundi (16 mars)

(Jour 2 du confinement – même s’il a officiellement été mis en oeuvre le mardi midi, on avait pris un peu d’avance).

Comme je ne peux plus voir les légumes d’hiver en peinture (bouuuuuh du chou et du navet), j’ai opté pour ma technique favorite : le jus de légumes au petit déj, qui assure une bonne quantité de vitamines et permet de moins se mettre la pression pour les repas suivants. L’enfant-tempête ayant adhéré au concept, j’ai aussi moins eu à m’inquiéter de son apport en vitamines.

Jus du matin : pommes – carottes avec leurs fanes – céleri – fenouil

Déjeuner : La veille au soir, je m’étais mis en tête de faire des « croque vegan » selon la recette de Mélanie (le cul de poule vegan). Mais je n’avais pas d’herbes aromatiques pour faire du pesto, donc j’ai choisi de faire rôtir du tofu (coupé en fines tranches et mariné toute la nuit, toujours selon une recette de Mélanie, qui cette fois-ci se trouve dans son livre Tofu) et de mettre uniquement la sauce fromagère vegan. J’ai adoré, l’enfant tempête persiste et signe : elle n’aime pas le tofu. Cher&Tendre a préféré mettre du fromage à raclette dans son croque. Pour que ce repas contienne tout de même un peu de légumes, j’ai ajouté un petit bol de soupe verte (c’est un mélange de légumes), que Cher&Tendre avait achetée au supermarché (la marque GreenShot) et qui est plutôt correcte pour de la soupe en brique.

Point approvisionnement : Le lundi après-midi, j’ai fait mes courses, désormais hebdomadaires (le rythme hebdomadaire peut sembler classique, mais il complique grandement ma vie de parisienne non véhiculée, car porter une semaine de courses en une fois, ça limite vraiment les options) (ça permet en revanche d’éviter gâchis et dépenses inutiles, on ne prend que ce dont on a vraiment besoin). D’abord un passage au magasin bio – dont un grand nombre de rayons, notamment farine, céréales pour enfants… étaient dévalisés et vides…, puis un petit complément à Picard (là encore, grosse rupture de légumes surgelés…) et enfin récupération de mon panier bio dans ma rue (il contenait des oranges, kiwis, bananes pas trop mûres, ainsi que du fenouil, des carottes, du poireau, de la patate douce et un chou-fleur).

Me rendant compte que le quotidien risquait d’être difficile, je me suis alors autorisée deux commandes pour adoucir les semaines à venir : une caisse de vin italien, ainsi qu’un stock de fromage et jambons végétaux chez Un Monde Vegan. Cher&Tendre a reçu quant à lui sa commande hebdomadaire Seazon, soit 6 plats frais livrés le lundi soir.

Dîner : J’ai cuisiné un dahl de lentilles corail tout simple pour la tempête et moi, Cher&Tendre a quant à lui mangé le premier de ses plats Seazon. Sans chichis, le dahl, parce que c’est pas le moment de mettre des bouts d’avocat et de coriandre partout. Pour remplacer avocat et coriandre, j’ai mis un peu de sauce fromagère sur mon dahl (c’était hyper bon).

Mardi

Jus du matin : pommes – carottes avec leurs fanes – céleri – fenouil

Déjeuner : J’ai fait cuire une grande portion de riz. Dessus, il y avait du chou fleur rôti au four (du panier de la veille) et de la sauce fromagère vegan (pour l’enfant-tempête, des crêpes à l’emmental Picard et une boîte de petits pois carottes car elle a déclaré qu’elle adorait ça).

Dîner : Dahl de lentilles corail pour l’enfant-tempête et moi, plat Seazon pour Cher&Tendre.

Mercredi

Jus du matin : pommes – carottes avec fanes – patate douce – céleri

Déjeuner : J’ai piqué un plat Seazon à Cher&Tendre (des raviolis épinards ricotta avec une sauce aux épinards), et cuisiné son équivalent « enfant » pour la tempête : des pâtes alphabet cuites dans du bouillon, avec des épinards hachés et de la crème de soja.

Dîner : Inspirée par Stéphanie Guillemette, j’ai préparé des asperges. Les tiges ont servi à faire une sauce (cuites puis mixées avec de la crème de soja), les têtes étaient en décoration. Le tout sur des pâtes.

Jeudi

Jus du matin : Pommes – Patate douce – Céleri – Salade verte

Déjeuner : Pour Cher&Tendre et moi, une mini poêlée de poireaux (il y avait DEUX poireaux dans le panier…) avec du riz, du tofu et du fromage végétal. Pour l’enfant tempête, la deuxième ration de mon plat de la veille (les raviolis aux épinards/ricotta donc) qui lui avait fait de l’oeil.

Point approvisionnement : J’ai reçu dans la journée mon colis de fromages vegan, pour mon plus grand bonheur. Le local qui vend des paniers bio en bas de chez moi a également proposé une deuxième session et on a pu aller récupérer quelques légumes de plus en fin d’après-midi (encore beaucoup d’oranges et de bananes, mais aussi des pommes, pommes de terre, topinambours, carottes et fenouil…).

Dîner : C’est Cher&Tendre qui s’est chargé du dîner, il a recyclé une soupe de carottes qui restait du weekend, et l’a transformée en sauce pour des raviolis grillés au fromage. L’enfant a quant à elle terminé le dahl de lentilles corail qu’elle avait adoré.

Vendredi

Jus du matin : Pommes – Oranges – Carottes – Salade – Céleri

Déjeuner : Le retour du porridge salé ! J’ai fait un porridge tout simple aux épinards, parfait prétexte pour mettre ensuite plein de fromage végétal dessus. L’enfant tempête a préféré reprendre des pâtes aux épinards cuisinées l’avant-veille.

Dîner : Il y avait un paquet d’un kilo de protéines de soja dans mon colis Un Monde Vegan. J’ai pris celui-là parce qu’il n’y avait rien d’autres, mais un kilo, vu la légèreté de la protéine sèche, ça fait beaucoup. Plus précisément, ça ressemble à un énorme paquet de croquettes pour chat et prend toute la place dans le placard, donc je suis maintenant obligée d’en cuisiner plein pour faire de la place (de toute façon, à l’heure où j’écris ces lignes, les magasins bio semblent rencontrer une pénurie de tofu, donc autant manger des protéines de soja !). J’ai choisi une recette sucré-salé  de Marie Laforêt – dans son livre Healthy vegan. Avec un écrasé de pommes de terre (il y avait 4 pommes de terre dans le panier bio).

Samedi

Jus du matin : Pommes – Oranges – Patate douce – Céleri – Fenouil

Déjeuner : Comme il n’y avait pas télétravail, c’est Cher&Tendre qui s’est chargé du déjeuner, et il a fait des galettes de sarrasin, avec des oeufs & du cheddar râpé (et une salade verte).

Dîner : Le même dîner que la veille au soir, cette fois-ci accompagné de légumes verts vapeur (un sachet Picard). J’ai totalement oublié ce qu’on mangé Cher&Tendre et l’enfant-tempête (mais je me souviens parfaitement que personne n’a voulu de mes protéines de soja !)

Dimanche

Jus du matin : Pommes – Oranges – Patate douce – Céleri – Fenouil

Déjeuner : Cher&Tendre ayant décidé de faire un saut à la boulangerie, on avait du pain. C’était un évènement assez notable pour que ça devienne notre plat principal et le déjeuner était donc une sorte de brunch : de la soupe (à nouveau une brique Green Shot), des tartines, des croissants (il a aussi acheté de la levure pour que l’on fasse du pain la semaine suivante).

Dîner : Une soupe d’épinards cuisinée par Cher&Tendre, avec des tartines de pain frais car il en restait du midi. Et du fromage (végétal pour l’enfant-tempête et moi).

La semaine suivante, j’ai trouvé de la farine en faisant mes courses le lundi. Comme j’avais également de la levure, et que j’ai eu deux betteraves dans le panier bio, ça a rendu la semaine particulièrement excitante.

Smootheries sur les réseaux sociaux

One thought on “Qu’est-ce qu’on mange ? #Le confinement, première semaine

  1. Et oui, en confinement on a d’une part plus de repas à préparer et plus de compromis à trouver. En temps normal soit je télétravaille (mais seule !) et j’ai à manger, soit j’emporte à manger, je prépare le repas de la miss chez nounou (par contre elle est moins difficile là bas qu’à la maison pour le même plat) et monsieur se débrouille pour son repas le midi. Donc là pareil on ajuste les quantités, un peu de viande pour lui (et elle se charge de lui en piquer) et il faut composer avec ce qu’on trouve et résister aux tomates du supermarché Par contre j’ai fait des pst « bolognaise » et ils ont tout deux aimé (ma fille l’a mangé avant ses pâtes !).

Répondre à Agathe Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *