Qu’est-ce qu’on mange ? # L’automne

J’espère que vous ne m’en voudrez pas de vous parler d’automne un 30 décembre, mais cet article est dans mes brouillons depuis le mois de novembre, et il aura fallu 8 jours de vacances de Noël pour que j’aie enfin le temps de le publier. Comme je n’aime pas gâcher, je me suis dit qu’il serait dommage de simplement l’effacer !

Et puis bon, les repas de novembre ou de janvier, en termes de légumes disponibles, ne sont pas si différents les uns des autres, alors j’aime croire que l’article n’est pas totalement obsolète.

L’automne est souvent synonyme de succession de rhumes, angines, rhino, laryngites, sinusites… Si vous ne voyez pas de quoi je parle, c’est probablement que votre élément « Métal » est fort et équilibré et que votre corps n’est pas particulièrement sensible à ce climat. Sinon… bienvenue au club.

Solution alimentaire (qui ne se suffit pas à elle-même, malheureusement) : manger plus consistant (ça ne veut pas dire se gaver de pain et gâteaux, mais manger plus de céréales, légumineuses et légumes denses que les tomates et concombres de l’été), plus « blanc » et plus « piquant » (la couleur et la saveur de l’automne en médecine chinoise).

Comme cette période riche en maladies diverses se prête peu, pour moi, à de longues heures en cuisine (fatigue et flemme), j’ai tendance à préparer de grandes quantités de choses que j’aime, et à les manger plusieurs fois par semaine. Ou alors à manger des trucs qui se préparent en 10 minutes chrono. Cette semain-là, j’avais aussi décidé de m’abstenir de tout alcool, et de remettre plus de vert et d’acide (pour le foie) dans mon alimentation. C’était en quelque sorte ma mini détox d’automne.

Lundi 

Déjeuner : Avec une journée riche en cours et rendez-vous divers, j’ai déjeuné à l’extérieur entre deux cours. Au menu : le pot au feu vegan du Pain Quotidien, avec plein d’harissa qui pique.

repas vegan paris

Dîner : J’ai fait une soupe très bonne (gros succès auprès de l’enfant-tempête également), dont la recette est tirée du livre « My New Roots », justement dans la catégorie « Automne » (l’auteure a une formation en médecine chinoise) : c’est une bisque de pleurotes, avec des haricots blancs et pas mal d’ail. Facile à faire, hyper nourrissant et très bonne !

Mardi 

Déjeuner : En rentrant de mon cours du midi, j’ai cuisiné un petit plat express qui me rappelle un peu (de loin, ok), les escalopes de poulet à la crème que ma mère faisait quand j’étais petite. Ici j’ai fait revenir des champignons à la poêle, j’ai ajouté de la crème de soja, puis de la moutarde, des haricots plats et un reste de tomates cerises de l’enfant tempête (les tomates cerises = ma solution de dernier recours quand j’en ai marre de négocier pour qu’elle mange des légumes). Avec de la levure de bière dessus, une poignée de graines germées et du sarrasin (l’une de mes céréales préférées).

repas mtc automne

Dîner : Le mardi je rentre de cours à 21h30, mais la pause de l’après-midi me permet de préparer le dîner en avance. En l’occurrence, ma valeur sûre : la soupe de potimarron. Avec des morceaux de fromage végétal à base de tofu lactofermenté dedans) (j’oublie toujours le nom de ce fromage) (PS : j’ai vérifié, c’est From’Jami).

Mercredi 

Déjeuner : Après les cours, je suis allée déjeuner avec Faustine, dans un restaurant indien végétarien près de chez nous. En l’occurrence j’ai choisi un plat qui n’est certainement pas végétal (je pense qu’il y a de la crème) mais que j’adore : l’Aloo Palak, curry aux pommes de terre et épinards.

Dîner : Le soir, je me suis affairée à cuisiner un grand nombre de légumes, car mes fins de semaine sont souvent plus denses et je préfère ne pas avoir à cuisiner les jeudi/vendredi/samedi. Du coup, j’ai fait rôtir du chou fleur, des betteraves, de la patate douce, cuire des pommes de terre et des pleurotes (encore).

cuisine automne vegan

Et au final j’ai mangé quelque chose de différent : mon curry préféré de haricots rouges, mixé pour faire une soupe épaisse, avec de l’avocat et de la coriandre dessus (et quand même un peu de chou fleur aussi).

légumineuses vegan

Jeudi 

Déjeuner : Après une matinée de yoga assez dense (le jeudi matin, il y a du Gentle Flow chez Yuj Yoga Studio, ensuite je prends mon petit déjeuner chez Cloud Cakes, avant de filer pratiquer puis de donner cours dans une entreprise), j’ai pris mon déjeuner au studio avant mon cours de Yin de 16h. Dans mon bento, plein de légumes rôtis tièdes (à température ambiante, en fait, je me les trimballais depuis 7h le matin), un peu de pommes de terre pour être bien calée, et une sauce pesto vegan (une haleine incomparable pour la suite des cours du jour).

Dîner : Après une journée bien remplie, j’ai opté pour un dîner express, un peu similaire au déjeuner, parce que c’est ce qui était déjà cuit : pommes de terre écrasées, pleurotes, reste de sauce à la crème et aux haricots plats.

assiette yogi vegan automne

Vendredi

Déjeuner : Après un cours à 10h15 dans le 7ème arrondissement parisien, et un autre à 13h30 dans le 8ème arrondissement, je me suis arrêtée acheter quelques vêtements d’automne pour l’enfant tempête dont tous les t-shirts à manches longues étaient trop petits. Je suis rentrée passablement affamée à 15h30. Au menu : patate douce, encore des pleurotes (j’avais acheté un kilo !), des pousses d’épinards et un steak de tofu (j’aime bien celui aux algues). Et des graines germées parce que c’est sain.

Dîner : J’ai mixé des betteraves multicolores (des Chioggia, que j’adore parce que c’est joli, et hyper doux en goût). Ma fille a préféré les manger en cubes pour bien distinguer les couleurs, moi j’ai une passion pour tout ce qui est mixé. Duo de soupes au dîner, donc (il restait aussi de la soupe de potimarron). Evidemment, il y avait du pain des fleurs à tremper dans la soupe, avec du fromage végétal dessus.

La soupe rose <3

Samedi 

Déjeuner : On devait manger en famille au restaurant puis aller à une activité au Parc de la Villette, mais l’enfant tempête avait 39 de fièvre et on a finalement passé la journée à la maison. En rentrant de mes cours du matin, j’ai donc mangé une assiette rapide sans préparation : reste de sarrasin, restes de chou-fleur, tofu Black Forest (fumé), artichauts marinés et coriandre. Et un petit bol de soupe de betterave à côté (pour le pipi rose).

Dîner : Encore de la soupe (je ne m’en lasse pas). Potimarron, avec un demi-avocat et quelques makis aux crudités que Cher&Tendre avait ajoutés à sa maxi commande de sushis.

Dimanche 

Déjeuner : On est allés chez Bob’s Bake, mon fief du moment. Si un jour on m’avait dit que je prendrais systématiquement le Veggie Bowl dans un resto qui fait des bagels, des pommes de terre rôties et plein de trucs au fromage et aux oeufs, j’aurais été franchement incrédule. Pourtant, j’ai bel et bien pris ce bol que je trouve délicieux et nourrissant.

Dîner : J’ai préparé une terrine de pois chiches, une recette que je n’avais pas faite depuis des années (issue d’un livre de Pigut). J’en ai mangé quelques tranches, avec le reste de soupe de potimarron.

Voilà, avec deux mois de retard, mes menus « type » d’automne. Je ne désespère pas de publier avant mars mes menus d’hiver (quand je serai rentrée chez moi et aurai retrouvé un rythme normal, car pour le moment, c’est plutôt champagne et marrons à gogo).

Ces derniers temps, trouver du temps pour le blog est devenu de plus en plus difficile : ma vie de prof de yoga à temps plein implique très peu de temps devant un ordinateur (et c’est assez chouette), et les quelques heures d’ordinateur qui restent sont dédiées à la compta et autres joies administratives, les mails, la préparation de ma formation de professeur de Yin en février. J’ai aussi l’impression de partager beaucoup de contenus avec vous sur Instagram, mais aussi dans les newsletters (vers le 15 de chaque mois, il y a la Happy Letter de la Happy Yogis Society, et en fin de mois, la Yin Letter, 100% Yin), ce qui me laisse un peu moins d’inspiration et de contenu pour un blog.

Bref je me demande si maintenir un blog pour un article tous les 2 mois en vaut bien la peine : vous en pensez quoi ?

Smootheries sur les réseaux sociaux

4 thoughts on “Qu’est-ce qu’on mange ? # L’automne

  1. Il me semble que c’est toujours sous les articles « qu’est-ce qu’on mange que je commente ». Coïncidence ? Je ne crois pas…
    Tout ça pour dire que c’est encore un post qui m’intéresse et me donne plein d’idées. Et que je comprend tout à fait que le blog soit chronophage, mais moi je suis toujours contente quand tu écris un nouvel article ici. De même d’ailleurs que je lis avec grand plaisir ta newsletter. J’aime bien instagram, mais parfois, se poser pour lire un truc un peu plus long et articulé, qu’est-ce que ça fait du bien !
    Loin de moi l’idée de mettre une quelconque pression bien sûr, c’est juste pour rappeler que peut-être que même si les publications ne sont pas très fréquentes, je trouve ça cool que ce blog existe

  2. J’aime ces publications
    Je comprends que tu aies moins de temps pour venir ici, mais c’est toujours un plaisir de te lire, même si c’est moins qu’avant.
    Des bises!

  3. Siiiiii ça en vaut la peine !!! 🙂
    Tes « qu’est ce qu’on mange ? » sont très agréables à lire et le fait que tu n’en publies pas hyper fréquemment n’y change rien du tout ! C’est toujours une bonne surprise !!

  4. Moi je maintiens un blog où je ne poste plus depuis la naissance de ma fille 😀
    Et je ne passe plus trop par mes agrégateurs de flux donc j’ai failli louper cet article.
    Le sarrasin j’aime bien, mais monsieur moins. Par contre la miss aime bien le pain des fleurs au sarrasin, donc je tenterai bien un jour le sarrasin cuit quand elle en sera aux morceaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *