Qu’est-ce qu’on mange ? #17

Je suis tombée dans une petite faille spatio-temporelle. Dans cette faille, je travaillais comme une brute et ne me reposais pas. Je suis donc tombée malade, ce qui m’a ramenée dans ce monde. Puissent les dieux du travail me garder de commettre à nouveau cette erreur d’entrer dans la spirale du travail sans jamais faire de pause (entre la lecture d’Hypérion et le visionnage de Game of Thrones, je souffre de déformations de langage, aussi).

J’ai quand même pris le temps de manger, et même de m’absenter. Voici la semaine du 6 mai :

Lundi midi, j’ai apporté un bento de curry de légumes avec des pommes de terre (selon une recette de Valérie Cupillard), et un avocat. C’était super bon.

Le soir, j’ai fait l’un de mes repas préférés : une assiette composée de plein de trucs, des soupes et du pain. En l’occurrence, en soupes, il y avait un reste de soupe de chou-fleur au tofu fumé (miam) et de soupe d’asperges. J’avais un peu forcé sur le lait de riz, ce qui l’a rendue bien liquide mais a fait fuir Cher&Tendre. Moi j’ai bien aimé. De toute façon, j’adore les asperges. Dans mon assiette, il y avait : du houmous (du commerce), une légumaise (du livre de Valérie Cupillard), des pointes d’asperges (je n’ai utilisé que les queues pour faire la soupe), des tomates séchées, de la vraie tomate (pas encore très bonne….) et de la salade verte. Le tout avec une tranche de pain intégral de la boulangerie bio en bas de chez moi.

17 Lundi

Mardi midi, il me restait un peu de soupe d’asperges et un peu de curry de légumes de la veille. Hop dans le bento. Ensuite je suis descendue rapidement à K-Mart acheter du yuzu et je suis passée devant une espèce de sucrerie japonaise pleine de sucre (les ingrédients principaux étant de la pâte de haricots rouges, de la farine de riz gluant et du sucre), qui m’a fait trop envie. C’était très sucré, mais vachement bon et avec une texture très marrante.

17 Mardi midi

Le soir, je n’avais ni le temps, ni l’énergie, ni les réserves pour cuisiner : je partais le lendemain pour cinq jours (avec ma petite clé USB pour bien travailler pendant le weekend, quand même), le frigo était vide, il fallait faire la valise… Bilan : j’ai terminé la soupe de chou-fleur et mangé des tartines de houmous avec des tomates séchées et des graines germées. Et de l’avocat.

17 Mardi soir

Mercredi midi, j’étais dans le train à destination d’Avignon TGV. J’avais apporté une boîte contenant tout ce qui restait dans mon frigo, le tout formant, à ma grande suprise, une salade plutôt harmonieuse et goûteuse, composée de : avocat – pois chiches – graines germées – olives – concombre – tomates séchées – herbes (de la coriandre et de la menthe). Franchement, ça fait une très bonne salade.

Le soir, c’était le premier dîner chez ma tante, qui n’avait jamais été confrontée au végétarisme de sa vie, et encore moins au végétalisme. La première appréhension dépassée, tout a fonctionné comme sur des roulettes (j’avais apporté deux galettes de céréales, deux steaks de tofu et un paquet de tofu au basilic pour dépanner quand même) : pour ce premier dîner, j’ai mangé, comme tout le monde, du riz, du rougail Dakatine (grosse redécouverte, car je n’aimais pas le beurre de cacahuètes quand j’étais plus jeune…), de la salade de tomates et concombres. J’ai ajouté un reste d’avocat du midi et une galette de céréales.

Jeudi et Vendredi, il faisait plutôt beau et ma tante et moi avons expérimenté toutes les variations de salades qui nous passaient par la tête, notamment une belle réussite avec Betterave et pois chiches (miam), et surtout le gros winner du weekend : lentilles, pousses de bambou, salade verte, tofu basilic, tomates cerises, maïs et cornichons. C’était trop bon, on en a refait pendant deux jours, ma cousine a décidé de devenir végétarienne (elle a 13 ans et a donc changé d’avis le lendemain en se rappelant que le MacDo, c’était pas très végé) et ma tante est entrée pour la première fois dans la boutique bio de sa ville à la recherche de tofu au basilic pour ses salades de l’été.

J’ai complété tous mes repas de copieuses tartines de Dakatine, et suis repartie avec un bocal plein pour ne pas me retrouver en manque de retour à Paris.

Samedi et Dimanche, j’étais dans ma belle famille, où un super repas japonais nous attendait le samedi. Gros coup de coeur pour les makis d’échalotes confites. Mais tout était trop bon, en fait.

Les photos de la table étaient trop belles, mais il paraît que j’ai mis trop longtemps à les télécharger alors Cher&Tendre les a virées de Dropbox. Finalement, il vaut mieux mes photos moches que pas de photo, on est d’accord. La prochaine fois, je ferai des photos, moches comme à leur habitude, mais ayant le mérite d’exister, donc.

Le dimanche, j’ai eu droit à une tarte aux légumes de folie rien que pour moi (c’est fou comme les gens boudent les légumes quand il y a de la viande, du bacon et des pancakes sur la table) et du coup, il restait pas mal de choses pour préparer à manger pour le train du retour (vous l’aurez compris, je déteste me cogner 1h de queue au WagonBar pour payer 12 euros une salade de carottes ou de quinoa) (en plus Cher&Tendre m’avait acheté des trucs cool en prévision) : tarte de légumes, steak de tofu à l’asiatique – pas mal du tout – olives aux amandes, tartinade d’artichauts, crudités à tremper et fraises séchées en dessert. J’étais repue.

Ca manque un peu d’anecdotes croustillantes (et de photos), ce « Qu’est-ce qu’on mange », mais bon ça commence à dater et mes souvenirs s’effacent. Ce je retiens surtout, avec joie, c’est que j’ai passé 5 jours dans des familles omnivores, dont 3 dans une famille pas du tout habituée à une alimentation « alternative », et que je n’ai eu aucune difficulté à manger sainement, à ma faim et de manière un peu diversifiée et presque sans cuisiner « à part ». Je suppose qu’il y a un an, partir cinq jours dans ces conditions aurait été la grosse panique pour moi et que je me serais nourrie de pommes et de pois chiches. Je progresse et du coup, l’alimentation végétale me semble hyper intuitive et facile, et elle est aussi moins obscure pour les autres après mon passage. Je n’ai ni l’envie, ni le courage, ni même peut-être l’expérience nécessaire pour « convertir » des gens, mais savoir que mon entourage essaie de manger moins de viande, même si c’est un seul repas par semaine, et découvre d’autres manières simples et saines de s’alimenter me fait vraiment TRES plaisir.

juin 1, 2013

Étiquettes : , , ,
  • ça a l’air sympa le rougail dakatine! j’ai été voir de quoi il retournait car justement moi j’adore le beurre de cacahuètes, alors s’il ya moyen d’en manger sous d’autres formes…
    donc c’est une pâte à base de tomates pelées et beurre de cacahuètes? en accompagnement d’une salade?

    • Le rougail, à la Réunion, ça accompagne un plat chaud composé de riz blanc (l’aliment de BASE à la réunion), d’un cari (poulet, crustacés, oeufs…) et de grains (c’est à dire des légumineuses cuisinées à la créole). En général, le « rougail » ressemble plutôt à ce que les américains appellent une « salsa » : c’est une salade (tomates, mangue verte, citron…) très pimentée et aïllée. C’est super bon. Le rougail dakatine, les réunionnais le mangent donc soit à côté de leur plat riz-cari, soit… en sandwich ! 🙂
      Mais bon moi, je m’en fais des tartines, une sauce à pâtes… 😀

  • Hyperion ! J’ai adoré et dévoré tous les tomes ^^

    Le rougail Dakatine me rappelle des souvenirs… Ta tante est réunionnaise ? J’adorais ça sur du pain ^^ C’est très facile à faire en plus !

    De mon côté j’essaye de préparer doucement mon cher et tendre au fait que vais limiter la viande (pour moi) mais il reste dubitatif en disant que je vais terminer maigre comme un clou et anémiée. Hum… Bon pour le moment je ne vis pas chez moi donc c’est compliqué. Mais je vais lui prouver le contraire 😉

    Encore un « Qu’est-ce qu’on mange » qui me fait saliver en tout cas !

    • * je voulais dire pas très difficile à faire pour le rougail. ^^

      J’adorais aussi le rougail de mangue verte… Un régal !
      Tu as aussi les Achard de légumes. que tu peux accommoder en samoussas.

      Je me souviens de repas uniquement végétariens et délicieux lors de fête Tamouls à la Réunion. Et ça nourrissait bien car j’avais enchaîné avec une marche pieds nus dans toutes les rues de la ville sans hypoglycémie ^^

      • Hmmm alors pour l’avis de Cher&Tendre sur le régime sans viande (ou avec moins de viande) : moi mon copain n’avait pas trop d’avis sur la question, mais il est le premier à intervenir dans les débats quand les gens doutent de ma bonne santé, en disant qu’il doutait aussi au début (ce que je ne savais pas, haha) mais que vraiment, je mangeais super équilibré, je connaissais bien la nutrition, tout ça. Donc ton Cher&Tendre sceptique changera sûrement d’avis avec l’expérience, aussi. 🙂

        Oui, en fait toute ma famille (moi comprise, donc, haha) est réunionnaise ! Par contre ils ne sont pas super végés, hein. C’est vrai qu’on peut facilement se nourrir végé parce qu’il y a souvent des achards et du riz-grains-rougail, mais à terme, ça manque nettement de légumes et la plupart des réunionnais mangent beaucoup de caris et rougails à la viande, mine de rien ! Enfin mes parents font des choses pour moi, c’est cool (là mon père vient de cuisiner un cari de pommes de terre pour que je le rapporte à Paris, miam et mon oncle m’a donné un gros paquet de samoussas aux légumes !). 🙂

          • Le monde est petit ^^ J’ai vécu là bas 4 ans et ma tante est réunionnaise ^^ Miam cari de pommes de terre et samoussas ! Mais c’est vrai qu’à part les hindous peut être, les réunionnais mangent beaucoup de viande ^^ C’est d’ailleurs une population plus tournée vers la terre que la mer. La faute aux requins. J’avais plein d’amis qui n’allaient jamais se baigner ! C’est un truc de zoreils ça :p

            • Oh trop chouette, tu as vécu où ? Oui, les réunionnais sont plutôt des viandards ! C’est marrant, spontanément tout le monde pense qu’on mange plein de poisson à la Réunion alors que pas tellement, en fait. 🙂
              Oui, j’ai l’impression que les jeunes réunionnais se baignent peu, car ils sont conscients des trous (récents) dans la barrière de corail mais je crois que ça concerne moins les générations d’avant (mes parents se baignent sans scrupule, alors que mes cousines qui ont mon âge le leur déconseillent fortement, haha). 😀
              C’est un truc de zoreil ou de vieux créole, donc. 😉

              • Je vivais à La Bretagne à côté de Sainte Clotilde ^^ On a toujours fait attention aux requins et nous nous baignions uniquement à Saint Gilles ou la Saline. Mais c’est sûr que c’est moins marrant pour faire du surf… Mais bon apparemment il faut faire attention partout maintenant !

                Ma tante se baignait beaucoup par contre ses parents pas du tout. Et pourtant son père était pêcheur 😀

                • Hihi ! Ma soeur va à la Réunion cet été : elle a choisi St Pierre justement parce qu’il n’y a pas de requins… et ils font une expérimentation à cet endroit là, finalement. 🙁

  • Bon, je crois que c’est décidé, je vais grâce à toi élargir mon horizon culinaire en me mettant au tofu basilic, ça a l’air quand même super bon ce truc! Et ça m’a tout l’air d’être idéal pour les soirs de flemme aigue… Et j’adore les surcreries asiatiques comme ça (bon, je me suis découvert une passion tout court pour les trucs sucrés à base d’haricots azuki, et grâce à Mély j’ai un dessert favori diététiquement correct et hyper régressif : http://www.chaudronpastel.fr/2011/06/19/dessert-creme-vegan-azuki-vanille-cannelle/)
    Bon, sinon, j’espère que tu prends un peu plus soin de toi et que ton méga dossier diabolique est terminé maintenant. J’ai un leitmotiv récurrent dans ces cas là, c’est « qui veut aller loin ménage sa monture ». Un coup de speed de temps en temps, pourquoi pas, mais du coup juste après c’est repos obligatoire pour récupérer. Prends soin de toi!

    • Coucou ! Haha, alors tu as acheté le tofu basilic ? Moi je suis vraiment fan ! 🙂
      C’est vrai qu’elles ont l’air sympa ces petites crèmes d’azukis. 🙂
      Pfff non le dossier diabolique est sans fin, il devrait se terminer le 26 juillet ! Du coup je suis à nouveau un peu malade et j’essaie de me reposer à fond ce weekend, sans bosser, pour être en état d’attaquer la semaine (de préférence sans extinction de voix…). J’ai du mal à tenir un tel rythme sur la distance, c’est clair qu’un coup de rush de temps en temps, pourquoi pas, mais là c’est quasi non stop depuis fin avril, je commence à m’essouffler et il n’y a pas beaucoup d’occasions de faire des pauses. Enfin, plus que 4 semaines finalement !!!

      • Yep! En fait, j’ai commencé à manger un bout comme ça, et j’ai été un peu sceptique (forcément, je m’attendais à une texture feta, alors que ça reste du tofu), mais plein de petits dés dans ma salade, c’est effectivement super bon, ça va aussi être un must de mes salades d’été. Et comme ça, je vais encore réduire ma consommation de fromages, vu que je n’envisageais pas une salade de tomates pour le dîner sans mozarella ni feta!
        Pour les crèmes azukis, si tu les fais, ne mets peut être pas le lait d’un coup, commence par en mettre la moitié. Moi ça a suffit, je pense que j’ai du trop faire cuire mes haricots. D’ailleurs ça m’embête un peu de ne trouver d’haricots azukis fabriqués en UE, je poursuis mes investigations (parce que ce truc est une tuerie pour les desserts, pour quiconque aime le goût de la crème de marrons)

        • Hihihi ! Moi je ne suis pas forcément fan de la crème de marrons, mais j’ai goûté une fois la crème d’azukis de Mely et je dois dire que c’était bien bon ! ^^

          Pour le tofu : pour rappeler la feta, tu peux aussi le mixer avec du citron, de l’ail, de l’huile d’olive et ce qui te chantes (levure de bière, olives, etc…) pour en faire une version qui s’émiette. Avec le Vitamix, ne le mets pas trop fort, sinon tu as un fromage à tartiner (mais c’est trop bon aussi). 😉

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *