Qu’est-ce qu’on mange ? #13

Nous sommes le dimanche 17 février 2013, et après un weekend de bonheurs gustatifs (rappelez-vous, le dîner de folie de la Saint Valentin, le chirashi vegan trop chic, la bonne soupe de lentilles), nous prenons le train pour rentrer à Paris.

Ce dîner du dimanche  se compose donc de tous les restes du weekend, qui forment finalement un repas assez complet : une tartine de houmous, du tofu amandes-sésame (de chez Taifun, j’adore cette marque de tofu) (j’ai encore mangé le bloc entier, du coup), un reste de légumes (carottes et panais au lait de coco, pour rappel) et de la salade verte. Le tout suivi d’une compote.

Le lundi, j’ai mine de rien pas mal cuisiné puisque je me suis motivée pour faire : une soupe de potimarron, une tarte à l’oignon et aux poireaux et même un cake pour le lendemain. Il restait aussi de la mousseline de carottes trop bonnes de mon repas du jeudi précédent. Mais revenons à la tarte (la partie la plus excitante de ce repas, on est d’accord). Les tartes et quiches, je n’avais pas encore forcément testé en version vegan (sauf la tarte aux légumes d’été, avec uniquement des légumes). 1ère étape : acheter une pâte feuilletée (on pourrait la faire) (mais j’ai trop la flemme) (ça viendra peut-être). Il suffit de lire la liste des ingrédients, mais à ce jour, j’ai constaté que plus d’une pâte feuilletée sur deux dans le commerce est sans beurre, donc ce n’est pas une étape très compliquée.

J’avais cherché plusieurs recettes sur internet et finalement, j’en ai mélangé plusieurs et j’ai mis :

*2 gros oignons (un rouge, un jaune) (le rouge étant plus doux),

* 2 ou 3 blancs de poireaux (je sais plus) (mais on peut varier les quantités oignons-poireaux, de toute façon), revenus à la poêle avec de l’huile d’olive.

Une fois qu’ils sont fondants, j’ai mélangé avec de la *crème de soja, ajouté du sel, du poivre, du curcuma (1/2 càc à peu près), un peu de cumin et du muscade (pour résumer : à épicer selon ses goûts).

Le tout versé sur la pâte à tarte et enfourné pour un peu moins d’une demi-heure à 180°C. Voilà voilà, c’était ma première tarte vegan !

13 Lundi

Mardi, ma motivation par rapport à la veille avait nettement diminué. Du coup, j’ai sorti un bon vieux sachet de céréales méditérranéennes Tipiak, coupé quelques légumes (carottes, poireaux et une courgette qui traînait dans le frigo) que j’ai mis dans une papillote avec de la moutarde à l’ancienne et fait cuire des lentilles beluga (long, mais pas chiant). Il manquait quand même une sauce, que j’ai commencée à préparer avec du tahin, qui avait apparemment ranci et a complètement pourri ma sauce (à ce moment, mes lentilles ne cuisaient pas, j’avais faim et je pestais en vidant toute la sauce dans l’évier). J’ai recommencé avec le reste de purée de pois-chiches préparée par Cher&Tendre le jeudi précédent, que j’ai simplement diluée avec de l’eau (pas de pitié) (ça marchait super bien) (vous vous dites que j’aurais pu manger mon cake de la veille, mais en fait il avait servi pour le midi, il n’en restait pas assez du tout). Le tout avec un demi avocat et du chou cru lacto-fermenté.

Ca ne paie pas de mine, mais ces mélanges lentilles, légumes, céréales et sauce (aka : bol végétarien) font vraiment partie de mes repas préférés.

Ca ne paie pas de mine, mais ces mélanges lentilles, légumes, céréales et sauce (aka : bol végétarien) font vraiment partie de mes repas préférés.

Mercredi, le désir de cuisiner était encore plus bas que la veille (ça ne s’arrange pas au fil de la semaine, ce genre de choses, en général). Du coup : soupe. Poireaux, carottes, pommes de terre et quelques navets (the usual suspects, vivement le changement de saison) (le vrai, pas ce 21 mars tout nul, là). Il me restait un bout de tofu fumé : hop, dedans. J’aime bien le tofu fumé dans la soupe. A côté de ça, une salade de chou rouge / chou vert et de je ne sais plus quelle verdure. Moui, c’est pas le repas du siècle. D’où le crumpet au sirop d’érable au dessert. D’ailleurs, j’ai pas fait de photo, ça devait vraiment être trop moche.

Jeudi, j’ai commencé la soirée en me nourrissant de frites, d’olives et de vin rouge. Dans un bar, donc (j’aime bien les bars qui font des frites) (en tous cas, c’est déjà un peu plus sympa que ceux qui ne font que des planches de charcuterie. Ou de fromage. « Vous avez autre chose ? » « On peut faire des planches mixtes« .  PARFAIT alors). En rentrant, je me suis félicitée d’avoir des restes dans le frigo en fin de semaine. Une tranche de cake du lundi (le cake vegan se déssèche moins que le non vegan, je trouve) (il était super bon, d’ailleurs) (c’était celui-ci) (il faut qu’en refasse, notamment parce qu’il me reste un demi kilo de protéines de soja dont je ne sais pas quoi faire d’autre) + un bol de soupe du mercredi = le repas du jeudi.

Ca a l'air triste comme repas mais en fait : 1) c'était bon et 2) j'étais un peu saoule

Ca a l’air triste comme repas mais en fait : 1) c’était bon et 2) j’étais un peu saoule

Vendredi midi, je suis allée au Meurice. J’ai appelé environ 5 fois dans les semaines qui ont précédé, pour préciser que je ne mangeais pas d’oeufs. Ni de laitages. Et être bien sûre que je pouvais, du coup, commander une formule déjeuner (parce qu’arriver sur place pour m’apercevoir qu’il fallait, en fait, commander à la carte – compter entre 150€ et 300€ l’entrée, soit plus que la formule complète), ça n’allait pas le faire, DU TOUT. Super méga bonne surprise : le chef a géré la succession d’entrées et de plats en version végétalienne et c’était vraiment très très bon (en fait, je l’ai vu plus tard, mais il est mentionné dans mon guide « Paris végétarien » comme l’un des chefs étoilés qui s’intéresse le plus à la cuisine végétale). Je ne vous fais pas saliver avec mon menu, mais sachez qu’il y eut beaucoup de truffe (et des artichauts, et du risotto et et et…). Par contre, je crois que le pâtissier était moins fan de la cuisine sans oeufs et sans lait, donc j’ai eu des desserts classiques, que Cher&Tendre a terminés avec plaisir (je ne suis pas très sucré de toute façon) (et je n’avais vraiment plus faim) (mais je les ai goûtés quand même, ce n’est pas tous les jours que je goûte des desserts dans un resto comme ça, non plus).

(je n’ai pas osé prendre de photo, je regrette) (la prochaine fois que je vais dans un super resto, je fais des photos, y en a marre d’être coincée, là oh).

On est sortis de table vers 15-16h, je pensais que je ne mangerais plus jamais de ma vie. J’ai quand même mangé une soupe et du tofu aux olives, vers 20h30.

Samedi, j’ai encore picolé (je sais). J’étais invitée à l’inauguration de la cave à vin d’amis, ça ne se refuse pas, il faut dire. Il y avait pas mal de bonnes petites choses vegan sur le buffet, comme du houmous, de la tartinade de tomates séchées et cèpes (méga bonne, j’ai oublié la marque, mais j’ai adoré), du caviar d’aubergine, une tartinade aux algues… et du super bon pain. 

Oh et l’élection du meilleur repas de la semaine, alors : malgré mes efforts, je dois dire que ma tarte aux poireaux et oignons n’était pas aussi bonne que le menu du Meurice. C’est donc lui qui l’emporte, c’était couru d’avance.

La semaine prochaine, dans Qu’est-ce qu’on mange ? #14, je vous raconterai comment Londres est la capitale du végétalisme. Ca vaut le coup d’attendre, hein.

mars 21, 2013

Étiquettes : , ,
  • Ahhh comme d’habitude un régal des yeux … je suis en train de convaincre mon copain là!  » regarde comme ça à l’air bon hein! »

  • Ta tarte avait l’air vraiment très bonne (et plus abordable que le déjeuner au Meurice, en période de remise à niveau budgétaire post vacances en Guadeloupe…ceci dit je retiens l’idée!), j’aime beaucoup les tartes 100% poireaux ou 100% oignons (genre pissaladière), mais je ne m’étais jamais dit qu’on pouvait mixer les deux!

    • En fait je visais une tarte 100% oignons et puis j’ai eu peur que ce soit trop fort !
      Oui moi aussi je vais en manger des légumes, là (restriction budgétaire post vacances Canada-US) 😉

    • Coucou !
      Je suis reviendue ! 🙂 J’étais en vacances, je reviens à peine, il est temps de se remettre à bloguer, héhé. 😀
      Ca me fait plaisir que tu prennes des nouvelles, en tous cas !
      Bises !

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *