Nous vous remercions d’avoir acheté votre MacBook Pro

Ehhhh oui.

Dois-je vraiment vous décrire ma joie à la lecture de cet e-mail d’Apple ce matin ?

Non, il n’y a pas d’entourloupe (petite parenthèse, le correcteur d’orthographe m’indique qu’il serait plus correct de parler d’entourloupette. Qu’à cela ne tienne, je me contenterai d’entourloupe, mais ça me fait bien rire quand même) : je suis bel et bien l’heureuse détentrice d’un MacBook Pro depuis hier. Je dirais même plus : un 13 pouces trop beau couleur aluminium qui déchire tout.

Techniquement (s’il faut rendre à César, etc.) je n’ai pas « acheté mon MacBook Pro » mais Apple se soucie bien peu de ce genre de détails : eux, ils ont gagné un client. Moi j’ai juste gagné un an (et accessoirement pas mal de cadeaux) et suis entourée de gens formidables (nouvelle parenthèse, où est ce p***** de point d’exclamation sur le Mac, dites-moi ? La prise en main nécessite quelques petits ajustements. Ah, j’ai trouvé, il est sous le huit. Tiens, il n’y a pas de touche Suppr. non plus. Je vais élucider ce mystère dès que mon premier post avec ma petite merveille sera terminé).

Merci C&T, merci Papa, merci Maman, merci M.A. ! (et hop, je maîtrise le point d’exclamation, ça y est ! Si vous trouvez quelques signes « égal », vous en déduirez fort intelligemment que celui-ci se situe géographiquement à la place habituelle du point d’exclamation – par « habituelle », j’entends sur ces machines obsolètes que sont les PC, hahaha). C&T, je ne sais pas si je t’ai dit que ce n’était pas grave pour le tartare au couteau que tu ne m’as jamais refait ?

Maintenant que j’ai bien fait ma maligne, je vais aller explorer les nombreuses fonctionnalités offertes par ce bijou et, soyons clairs, galérer une bonne partie de la nuit pour m’approprier la bête. Inutile de préciser que toute velléité de jogging (Ah bon ? Je cours La Parisienne dimanche ?) ou de Best Movies Project a été abandonnée pour la soirée. Mais laissez-moi vous dire qu’après une unique heure passée en compagnie de mon nouveau compagnon de vie (j’exagère ?), franchement, bien évidemment que ça vaut le premium ! (sauf peut-être pour le point d’exclamation, mais c’est peut-être le signe que je l’utilise trop souvent). Pourquoi personne n’avait pris la peine de me le dire ???

Opération « Je découvre Mac et oublie que j’ai une vie professionnelle, personnelle, sociale et même un estomac » lancée. 
septembre 7, 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *