Mes hormones, mes boutons (autrement dit : l’acné pendant la grossesse)

Aaaah ben oui ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu un petit article un peu glamour sympa par ici. Heureusement qu’on va se rattraper en parlant bientôt suites de couches, couches lavables, et même – oui j’ai osé –  serviettes hygiéniques lavables pour la maternité.

Mais avant d’en arriver là, commençons en douceur avec quelques pustules.

La dernière fois qu’on s’est penché(e)s sur la question douloureuse de mon acné, c’était en juillet. Donc avant la grossesse puisque le jour de la publication de l’article en question, j’étais probablement enceinte d’un jour (sans le savoir, évidemment) et Bébé Smooth mesurait quelque chose comme 150 millième de millimètres, contre environ 43 cm aujourd’hui (autant vous dire que j’avais moins mal aux côtes en ce 14 juillet ensoleillé). Donc j’étais enceinte d’un jour et la révolution hormonale commençait.

34 semaines plus tard, la révolution hormonale continue de battre son plein et mon lectorat assidu me pose légitimement la question de mon évolution cutanée pendant ces semaines de béatitude que représente la grossesse.

Alors déjà, je vous rassure au cas où vous auriez quelques illusions : je ne fais pas partie de ces femmes qui ont une peau MA-GNI-FI-QUE quand elles sont enceintes. La seule chose qui est magnifique chez moi, ce sont éventuellement mes ongles (je pense très fort Florence Foresti, draguer avec ses cuticules, tout ça).

En guest-star, les ongles qui poussaient plus vite que leur ombre (il faut suivre pour les couper assez régulièrement, hein)

En guest-star, les ongles qui poussaient plus vite que leur ombre (il faut suivre pour les couper assez régulièrement, hein)

Je vous rassure encore : je n’ai pas non plus eu une peau absolument merdique pendant 34 semaines.

Globalement, ça se résume comme ça :

1er trimestre : Plus de boutons qu’en temps normal, mais pas non plus l’horreur absolue pour quelqu’un qui ne prend aucun traitement oral ni local (pas même un peu de zinc), c’est à dire environ 4-5 boutons en permanence. Parfois 7 ou 8. Mais bon.

Début du 2ème trimestre : Aïe, les choses se corsent, les 4-5 boutons permanents doublent et deviennent même plutôt 15 à 20 les grands jours. Misère, cicatrices, aucun traitement possible (heureusement il y a Danièle Festy et son livre sur les huiles essentielles pendant la grossesse…). Mais là, Noël approche et… miracle. Ca diminue.

Deuxième moitié du 2ème trimestre (soit les 5-6ème mois, grosso modo) : Voilà les boutons qui commencent à se raréfier et qui, rapidement, retournent à leur petit rythme de 4-5 boutons quotidiens. Une broutille.

Troisième trimestre (depuis le début du 7ème mois à peu près) : raréfaction encore plus prononcée de la boutonnite, avec environ 2-3 boutons en permanence et même… certains jours SANS BOUTONS.

Alors évidemment, je suis couverte de cicatrices, puisque j’avais encore pas mal de boutons il y a quelques semaines, évidemment, je ne peux faire aucun peeling, bidule machin (mais ça m’arrange bien, finalement j’ai toujours voulu laisser ma peau tranquille, moi, et cédé à la pression sociale / de l’entourage, qui te dit que t’as vraiment trop de boutons / marques rouges et que c’est de l’inconscience d’attendre gentiment que ça passe . Bah au moins quand t’es enceinte : t’es OBLIGEE d’attendre que ça passe – et, coup de chance, ça passe vraiment donc tu t’es épargné la phase où tu testes des traitements foireux).

Evidemment BIS, je ne sais absolument pas ce que tout ça va donner lors de la prochaine révolution hormonale (= démoulage de Naine The First, montée de lait, chute du taux de progestérone et d’oestrogènes dans le corps, nuits blanches et toujours ce glamour et cette joie de vivre qui me caractérisent, cela va sans dire), laquelle devrait intervenir n’importe quand dans les 5 semaines qui viennent (plutôt dans pas trop longtemps s’il vous plaît – merci). Je ne crois pas / plus trop aux mythes sur la grossesse, qu’ils concernent la prise de poids moyenne (sans commentaire), la forme physique lambda (« au 2ème trimestre, vous pétez la forme » – sans commentaire encore), la libido (hein, quoi, qui me parle ?) ou les vérités générales sur les boutons / cheveux / vergetures, autres (« vous serez rayonnante » – sans commentaire toujours). Du coup, qu’il s’agisse du « après la grossesse, l’acné empire » ou « après la grossesse, l’acné disparaît »… je suis sceptique. Advienne que pourra. De toute façon avec l’allaitement, je reste encore à l’abri de la menace du traitement antibiotique ou pire, du Roaccutane. Donc je croise juste les doigts pour garder une peau potable.

Evidemment TER, je me dois de partager avec vous ma petite routine beauté comme on dit sur un blog beauté qui se respecte (rappelez-vous, il fut un temps ou ce blog était un blog beauté) (voilà un article avec du maquillage dedans, juste pour se souvenir du bon vieux temps).

SOINS DU VISAGE POUR FEMME ENCEINTE A BOUTONS

1) Le matin : un coton (lavable s’il vous plaît) avec un mélange d’hydrolats dessus. La femme enceinte ayant le nez sensible, j’ai spontanément évité tout truc qui pue. Donc un mélange fleur d’oranger / rose, depuis 8 mois. Ca sent bon, c’est doux, c’est très bien (et ça se trouve à tous les coins de rue, ce qui est quand même plus simple que de se retrouver en galère d’hydrolat de carotte sauvage par un beau dimanche matin).

Puis une petite goutte de mon mélange magique que j’ai appelé « stop-boutons », dont je ne pense pas avoir le droit de publier la recette ici puisque je l’ai trouvée dans le fameux livre de Danièle Festy « Se soigner avec les huiles essentielles pendant la grossesse » et qu’il faudrait que je demande l’autorisation (et par ailleurs, on ne trouve quasiment aucune recette pour femme enceinte avec des huiles essentielles sur Internet et je trouve ça très bien comme ça, ça évite que les gens se mettent à faire n’importe quoi, style « J’avais plus de lavande alors j’ai pris du lavandin ». Ben non si ça s’appelle différemment, c’est pas la même chose ma petite dame). Mais donc une petite huile magique qui se compose d’une huile végétale neutre et d’un cocktail de 3 HE autorisées à faible dose et par voie cutanée pendant la grossesse. Une goutte sur chaque bouton ou zone boutonnesque, disais-je donc (en général si tu as 20 boutons, ils sont assez regroupés pour que ça ne fasse que 4-5 gouttes, enfin dans mon cas en tous cas).

Enfin, une crème hydratante. Au début j’ai continué d’utiliser le Lait hydratant à l’aloe vera de Jovees, et puis au bout de quelques semaines, j’ai vu qu’il contenait un truc comme de l’extrait de sauge ou de romarin. Genre deux huiles essentielles formellement interdites pendant la grossesse, GLOUPS (à ce propos, les cosmétiques bio / naturels sont une tannée pour la femme enceinte qui se retrouve à acheter du déodorant Narta après des années de cosmétiques écologiques et sains…) et accroche toi  pour avoir une réponse fiable à la question « l’extrait de sauge dans votre formule, c’est comme une huile essentielle, il faut s’abstenir ? ». Dans le doute, Jovees a fini au fond d’un placard et j’ai acheté une crème bio anti-acné pour femme enceinte. OUI CETTE MERVEILLE EXISTE. En plus elle est trop bien. Ou plutôt était trop bien. Car au bout de 4-5 mois, le flacon terminé, impossible de la retrouver. Les trois pauvres sites qui la proposaient à la vente étaient en rupture, sans aucune autre information. Game over la crème magique de Beautanicae. Depuis deux mois à peu près j’utilise une autre crème sur laquelle il n’est pas écrit qu’elle est spécifique femmes enceintes mais dont la formulation, vérifiée 3-4 fois avec une boule d’angoisse au ventre (y a de quoi aller t’acheter un truc Avène à la pharmacie du coin, je te le dis) m’avait l’air de convenir, et qui est bio et vegan. Et elle est bien, en plus. Il s’agit de la crème nourrissante pour peaux grasses de Skin Blossom, achetée sur Vegan Mania en décembre.

Et zou (enfin maquillage minéral hein, pas zou comme ça, cicatrices d’acné au vent, faut pas déconner).

2) Le soir : démaquillage avec le Lait démaquillant à l’amande de Weleda, dont j’ai trouvé un tube plein dans un placard un jour (il sortait d’une Box beauté) et qui à ma grande surprise convenait à toutes mes exigences (bio, composition vegan, pas d’huiles essentielles nocives…). Du coup j’ai racheté un tube depuis (mode d’application : une noisette sur un coton – toujours lavable – mouillé et débarbouillage en règle du maquillage minéral et mascara du jour). Je l’aime bien, je lui trouve les avantages du baume (c’est grosso modo un mélange d’huiles) mais aussi ceux du lait. Bref un truc entre le baume démaquillant parfois un peu pénible et le lait trop « chimique » et liquide.

Et puis, toujours adepte du double nettoyage, je rince tout ça avec mon nettoyant depuis bientôt un an, le Nettoyant visage au citron et à l’arbre à thé d’Essential Care. Il est un peu cher et le flacon est pourri (il coule trop) mais il dure longtemps (si vous le transvasez dans un plus petit flacon avec meilleur clapet, type AromaZone, que vous remplissez avec le flacon d’origine dès qu’il fait mine d’être bientôt vide) (genre vraiment, j’utilise deux tubes par an maximum, donc ça revient à 40 euros de nettoyant par an, ça ne m’a pas l’air particulièrement onéreux) (non parce que les gens qui achètent un nettoyant à 60 euros et jurent que c’est rentable parce qu’il dure longtemps – 3 mois – ça me laisse toujours un peu songeuse, parce que ça fait quand même toujours 4 flacons à 60 euros sur l’année, pour se nettoyer la figure, ahem). J’ai vérifié la composition et les infos sur le site, c’est compatible grossesse, visiblement.

Et encore du mélange magique Stop Boutons.

DODO.

Une fois par semaine, je fais un masque à l’argile blanche, c’est à dire que je mélange de l’argile blanche avec de l’hydrolat qui se trouve dans le frigo (en ce moment :  mélisse) et que je laisse poser sur ma figure pendant 10 à 20 minutes. Régulièrement, ça bouche le lavabo et Cher&Tendre me maudit. Régulièrement, je promets d’arrêter mais que voulez-vous, ça marche du tonnerre sur mes quelques boutons alors je suis faible (et c’est pas moi qui débouche le lavabo, je suis enceinte).

Voilà voilà.

Je commence simplement à me dire que, même simple et pas très longue, cette routine va peut être s’avérer complexe à suivre avec un nourrisson qui hurle et une (très) courte nuit dans les dents. Du coup je vais peut-être me mettre à la recherche d’un truc unique pour le soir.

Et espérer pouvoir zapper le Stop Boutons (laissez-moi rêver, merci).

  • Pour l’argile blanche je te conseille l’argile en tube de Cattier (moi j’utilise la rose), pas besoin de tambouiller et fini les bouchages de lavabo 😉

    • Ah oui je l’ai testée celle en tube, c’est vrai qu’elle est bien ! C’est vrai que pour les voyages, c’est bien pratique. Mais sinon j’aime bien tambouiller, quand même (et puis ça fait moins de déchets, de pollution, tout ça^^). 😀

  • Ah un répit en fin de grossesse, ça c’est bien, moi je dis 🙂 y’a encore des produits qui me tente dans ta routine …. Et dire que moi enceinte, j’ai rien regardé de tout ça pour les produits, la bouffe… Pas que ce soit bien, juste moins avertie sur le sujet quand meme 🙁

    • Oui ben tu vois sur les produits… j’avais lu je ne sais plus où que les doses utilisées dans les cosmétiques étaient tellement minimes qu’une femme enceinte pouvait tout utiliser de toute façon. Et que clairement, s’il y avait des contre-indications à l’utilisation d’une crème pour le visage pendant la grossesse, ce serait écrit sur la boîte, quand même. Et c’est vrai que ça m’a pas l’air débile, c’est même le contraire qui semblerait hallucinant : imaginer que chaque femme enceinte est capable de décrypter la composition de sa crème pour voir si elle va tuer son foetus ou pas, c’est un peu bizarre, non ? Donc je pense que c’est un excès de précaution et qu’on peut certainement utiliser n’importe quel cosmétique. Mais dans le doute… 😉
      (et sinon là c’est plus qu’un répit, j’ai ZERO bouton, c’est la fête) (mais je suis énorme et je lutte pour marcher et ai des contractions toutes les nuits, on ne peut pas TOUT avoir)^^

  • Salut Smooth,
    Je n’ai jamais posté sur ton blog, malgré un suivi régulier de tes publications depuis plusieurs mois. J’ai un parcours similaire au tien: retour de l’acné après arrêt pilule, tentative de nombreux produits (bio bien sûr), changement de régime alimentaire…et un bébé conçu un soir du 14 juillet 😉 Comme toi, la seule chose que je trouve au top pendant cette grossesse sont mes ongles!
    Ton article m’aurait été bien utile il y a quelques mois, car en effet c’est assez compliqué de savoir quels produits utiliser en étant enceinte. Finalement, moi qui avais tendance a en faire des tonnes, j’ai été obligé d’en faire le minimum et ce n’est pas plus mal. Ma peau se porte mieux au fil des mois, mais comme toi, j’appréhende les prochains mois! J’ai beaucoup de mal a me remettre a un régime alimentaire plus sain, pourtant ce serait mieux de réhabituer le corps tout de suite pour éliminer les toxines non?
    Sinon, je me demandais: que fais tu pour les cicatrices? J’en ai encore beaucoup ;même si je constate globalement qu’elles s’estompent progressivement, elles mettent un temps fou à disparaître. Je n’ai pas souvenir étant ado qu’elles aient mis autant de temps a disparaître. As-tu des produits a conseiller pour améliorer le teint, huiles ou compléments alimentaires?

    Sur ce, bon courage pour ces dernières semaines, car même si elles sont difficiles bientôt on oubliera tout quand bébé sera dans nos bras!

    • Hello !
      Ah oui en effet, on a un parcours bien similaire. 😀
      Je suppose donc que, comme moi, tu comptes les jours et heures en te disant que tu peux accoucher à tout moment (ou alors tu as déjà ton bébé dans les bras, je ne sais pas ?) 🙂
      Pour les cicatrices : tout à fait d’accord, elles sont très longues à partir et rien à avoir avec l’acné ado (je n’ai pas eu d’acné très coriace ado, mais bon j’ai quand même eu quelques boutons dont je ne garde aucune trace, alors que là j’ai des marques rouges pendant des mois…).
      Quant aux remèdes, en ce moment je ne fais rien, par flemme et « superstition » (un peu marre de me lancer dans la « lutte anti cicatrices » pour constater un retour d’acné au bout de quelques semaines et devoir de toute façon ton réaménager) et aussi car les traitements « naturels » (ou pas d’ailleurs) dont j’ai pu avoir vent contre les cicatrices sont peu compatibles avec la grossesse.
      Pour les traitements naturels, ma source principale d’information, c’est le blog Beauté Pure (il y a une rubrique « cicatrices », je crois). Elle conseille principalement : le peeling citron (je le fais parfois, il s’agit juste de se passer un coton avec du jus de citron sur le visage, laisser agir le temps de se brosser les dents par exemple, et rincer) (le soir, pas le matin), les masques de miel de manuka (je ne le fais plus trop, parce que j’évite de consommer du miel, parce que le miel de manuka est très cher et parce qu’après avoir vidé un pot, je n’ai pas vu de gros effet sur mon visage), l’huile végétale de tamanu ou calophylle (ça je l’ai pas mal fait, c’est cool) et l’huile essentielle d’hélychrise italienne, à raison d’une goutte dans la crème de jour le matin. C’est ma solution préférée, je trouve ça assez efficace, pas chiant et relativement rentable (l’huile est chère mais tu achètes 1 ou 2 flacons par an). J’ai juste arrêté pendant la grossesse parce que je n’étais pas sûre de la compatibilité de cette huile.
      En interne, elle parle beaucoup de cures de MSM : j’en ai fait sans rien voir de bien particulier, mais j’en referai peut être plus tard (pareil, pas pendant la grossesse).
      Sinon après en plus « chimik », tout ce qui est peeling va normalement avoir un effet, genre Cicapeel, ou les différentes crèmes et lotions aux AHA.
      Jovees, marque que j’aime bien (en vente notamment sur le site Univeda) fait une gamme clarifiante / éclaircissante, que je n’ai pas testée.
      Perso tout ce qui va « purger » la peau me recolle des boutons alors j’y vais trèèèèès mollo sur les produits anti cicatrices, maintenant.

      • A l’heure où tu écrivais ce message, ma puce était sur le point d’arriver! Avec 12 jours d’avance donc, ce qui est bien raisonnable vu que moi aussi j’ai été en map pendant plusieurs semaines…
        Le 13 approche, a l’heure qu’il est tu as peut être aussi ta puce avec toi!
        Pour les cicatrices, je vois en fait que j’ai suivi exactement les mêmes routines que toi (oui oui exactement!) et que rien n’a vraiment été miraculeux. Je trouve d’ailleurs que ça va mieux depuis que je n’applique que le strict minimum et cela risque de durer quelques temps encore vu la fatigue qui s’installe, et la grosse flemme de se le fr dans des soins. Wait and see donc!

  • Bonjour =)
    Alors voilà, juste pour te filer une petite info, concernant les boutons, l’alimentation cru, aurait un réel effet sur ce problème qui nous gâche la vie (et sur plein d’autre maladies d’ailleurs). Perso je m’y suis mise, ça fais une semaine donc c’est un peu court pour te donner mon avis, même si je vois déjà mes pores se resserrer et mes points noirs disparaitre. Concernant l’inflammation il n y en a plus et j’ai l’impression que c’est sur la bonne voie. Il y a pleins de vidéos qui expliquent comment et pourquoi ça marche (je te conseil « crudivegan », elle est génial). Comme pour tout, si c’est mal fais, il y a des risques de carences et d’échec, donc c’est important de bien comprendre ce dont le corps à besoin et ce qu’il faut lui apporter dans un tel mode de vie.
    Je ne manquerais pas de te donner des nouvelles concernant ma peau (je fais le cobbaye ^^).
    A bientot

    • Alors ta peau est au top ? 😀 Moi j’allaite actuellement donc ce n’est pas le moment de changer brusquement de régime alimentaire… Et puis la grossesse a fait du bien a ma peau ! Je croise les doigts pour que ça dure ! 🙂

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *