Manger « sain », manger « bio »… L’alimentation en question

Dans un mal, il y a toujours un bien. J’en suis sûre.

(parfois, il faut bien chercher, c’est vrai. Voire creuser.)

Si je n’avais pas eu de cancer, je pense que je serais toujours attablée à un MacDo une fois par semaine et que l’idée même de faire du sport me ferait doucement rigoler. Je me rallumerais peut-être une clope rien qu’à l’idée de faire un footing.

De même, si je n’avais pas eu d’acné, je pense que mon alimentation, certes déjà plus équilibrée à l’issue de ma chimiothérapie que dans ma folle jeunesse, n’aurait jamais évolué en ce sens.

Car l’alimentation « anti-acné » que j’ai choisie d’adopter il y a quelques mois (dont le dernier épisode se trouve ici) m’a menée, de fil en aiguille, à m’intéresser de beaucoup plus près à ce que je mets dans mon assiette. Au final, j’ai un peu oublié le concept même d’alimentation « anti-acné » pour me tourner plutôt vers une alimentation « saine » et plus respectueuse.

Mais c’est en voulant adopter cette alimentation « anti-inflammatoire » pour lutter contre l’acné que je suis tombée dans le chaudron de la cuisine saine et gourmande, que j’ai découvert des blogs végéta*iens (ça veut dire végétarien OU végétalien, la petite étoile), des blogs de personnes allergiques, des blogs de crudivores, des livres de recettes bio, des sites tenus par des personnes engagées et passionnées…

Toutes ces lectures et les échanges qui en ont résulté ont beaucoup changé ma vision de l’alimentation, de la notion même de « manger sain ».

Manger sain, pour la plupart des gens, ça veut dire manger léger, manger de manière raisonnable, faire attention, respecter les 9 repères du PNNS (Programme National Nutrition Santé, plus connu via mangerbouger.fr) …

J’ai aussi toujours pensé comme ça : il y avait le « manger qui fait plaisir » (les burgers, les restaurants gastronomiques, les barbecues, les frites, le sandwich américain sur la plage, les croissants, les Dragibus, les macarons Ladurée…) et le manger qu’il est de bon ton d’incorporer dans son quotidien sous peine d’être en mauvaise santé et de trop grossir (les fruits, légumes et poissons gras).

Et puis ça a changé.

Manger sain, à mes yeux, ça veut tout simplement dire apporter de bonnes choses à mon corps. Forcément, ça implique de s’intéresser à la nourriture, aux aliments, de savoir qu’en mangeant de l’avocat, on fait le plein d’oméga 9 (réduisant les risques de maladies cardio-vasculaires et de diabète de type 2) et de vitamine B5, par exemple ou que la mâche est riche en bêta-carotène, en chlorophylle et en vitamine A (si on a des doutes, j’aime bien le site Passeport Santé, qui a des fiches sur tous les aliments).

Mais on n’est pas obligé d’aller dans ce niveau de détail. Moi j’aime bien, mais l’idée, c’est de plutôt se concentrer sur les qualités des aliments que l’on ingère, sur notre ressenti, sur notre satiété, que sur des « règles » bien définies.

Maintenant, je ne me demande plus jamais si un ingrédient fait grossir.

Forcément, tu ne manges que des légumes, avez-vous peut-être envie de répondre ? En fait, pas vraiment. Je n’ai jamais mangé autant d’avocats, d’olives, d’oléagineux, de fruits frais et secs, de sauces à base de crème de coco… que maintenant (et non, je n’ai pas grossi).

Je ne me demande plus non plus si j’ai eu ma « dose » de féculents / laitages / protéines pour la journée. J’essaie d’équilibrer sur quelques jours, en fonction de mes ressentis. Manger sain, ça veut surtout dire que je m’écoute. J’aime à croire que ma passion actuelle pour les olives noires vient d’un besoin très fort de bonnes graisses. Du coup, j’en mange sans compter (pourtant, j’aurais déjà du avoir ma dose avec les avocats presque quotidiens, mais ce ne sont pas les mêmes oméga, haha…).

Mais c’est pas frustrant, ton truc ? 

Étrangement… non ! Je suppose qu’il doit y avoir une histoire de convictions, de rééducation des papilles mais je mange à ma faim, je mange ce qui me fait envie. J’ai choisi de bannir la junk food, les sandwiches, tous les plats industriels et ce qui contient des additifs et autre E125 (j’ai pris le numéro au hasard, je ne sais pas s’il existe hein). Et ça ne me fait plus envie. Si ça me faisait envie, j’en mangerais de temps en temps, mais mon arme secrète, c’est quand même de me gaver de choses que j’aime. Je passe autant d’heures que je le peux à cuisiner, à feuilleter des bouquins de recettes, à lire des blogs et à mettre en pratique. Parfois ça rate. Parfois c’est trop bon. 

Oui, je passe toutes mes photos dans Photo Toaster, maintenant, je suis fan.
(Recette de courgettes aux girolles trouvée sur le blog Brutalimentation) (un franc succès)

Je crois que je n’ai jamais aussi bien mangé de ma vie, en fait. Je galère un peu plus que lorsqu’il s’agissait d’aller chercher des madeleines dans le distributeur du 11ème étage au bureau, mais je trouve que le jeu en vaut la chandelle.

J’ai rarement été en aussi bonne forme physique, d’aussi bonne humeur (et ce n’est pas seulement parce que c’est l’été et que mes horaires de bureau sont devenus bien plus light), aussi.

Quant au bio… Ah, le bio, grande question ! Je me souviens encore de débats enflammés avec ma belle-mère, il y a à peine 2 ans « Mais à quoi ça sert de manger bio avant ton cours d’aquagym, où tu vas te baigner dans le chlore, sérieusement ?! Et tu as vu l’air que tu respires ? Et tu prends 50% de tes repas hors de chez toi, c’est pas bio, ça de toute façon. » Oui, entre guillemets, c’était moi. Autant dire que je sais très bien ce que beaucoup de gens peuvent penser de ma volonté de manger bio à présent : je l’ai pensé avant.

Le bio, c’est bobo, le bio, c’est la mode, le bio, ça sert à rien. Et en plus, c’est cher.

Maintenant, je mange bio. Je respire toujours un air parisien, je prends une partie non négligeable de mes repas à l’extérieur, je ne force pas mes amis à faire des courses bio quand ils m’invitent… mais je mange bio, dans la mesure du possible et sans me transformer en fanatique.

Parce que l’agriculture bio est plus respectueuse de l’environnement. Parce que oui, c’est la mode, mais c’est une « bonne » mode à mon sens, et plus ça se développera, plus ça se démocratisera (reste la question du bio « industriel et marketing » : acheter des pommes bio chez Monop, ça n’encourage pas beaucoup de petits producteurs bio…). J’ai la chance de pouvoir payer le bio, j’espère contribuer à son développement. C’est un peu comme acheter mes lunettes chez le petit opticien de quartier plutôt que chez Grand Optical, quoi.

Parce que les fruits et légumes bio, c’est vachement meilleur. Je parlais justement hier avec ma copine Kiki d’un sujet hautement intéressant : retrouver le goût des tomates. Un légume bio (bien choisi, bien mûr, de saison, tout ça tout ça) a un VRAI goût de légume (ou de fruit), pas un goût de flotte. Une soupe de courgettes à la menthe, achetées sur un marché bio en été, c’est vachement bon. Une soupe de courgettes aux épices en flacon achetées à Carrefour (je ne suis pas sectaire, je cite toutes les enseignes) en novembre… ça fait un peu moins rêver.

Au-delà de la question des pesticides, engrais et autres substances nocives qu’on ne trouve pas dans des produits bio, il y a aussi ce qu’on trouve en plus dans ces produits : plus de minéraux, de nutriments, d’antioxydants… Bref ces choses que l’aliment tire du sol (et ne peut donc pas tirer du sol quand il provient d’une culture hors-sol…) et développe pour se protéger des agressions extérieures (et qu’il n’a pas besoin de développer s’il est protégé par des pesticides et encouragé par des engrais).

C’est aussi un mode de consommation plus raisonné : à 3€ le kilos de courgettes contre 1.50€ le filet de 2 kilos en soldes chez Auchan… je ne prends que le nombre de courgettes dont j’aurai besoin pour mes repas. Au final, j’en aurai pour 1.50€ aussi et avant, j’aurais jeté les courgettes en trop, la seule différence (outre le goût) en termes de consommation est l’absence de gâchis (bon il y a des produits pour lesquels, gâchis ou pas gâchis, le bio revient nettement plus cher. Je n’ai pas encore pu me résoudre à acheter des cerises bio à 16€ le kilo, par exemple).

Et alors, tu vas te transformer en blog cuisine ? 

Il ne faut jamais dire jamais, mais plutôt non. Déjà j’ai du mal à faire des photos potables de vernis à ongles, alors franchement, photographier mes clafoutis… Et un blog de cuisine sans jolies photos de manger, je trouve ça hyper triste. En plus, je suis bien trop débutante dans le milieu et je borne à piquer les recettes de mes voisins : bonjour la plus-value (quoique j’ai inventé une recette avec des courgettes jaunes, cette semaine, j’étais hyper fière).

Et les produits animaux ? 

Ah ben ça, c’est un peu plus compliqué. Ce sera pour le prochain billet.

août 2, 2012

Étiquettes : , , ,
  • Ouah, quelle motivation! Ca me donne envie de manger plus sainement ! 🙂

    Chez nous, c’est déjà bio pour la plupart des aliments.
    On ne se fait jamais violence.

    En tout cas je te félicite, même si tu dis apprécier ce changement d’alimentation, c’est quand même assez courageux de ta part de t’être lancée!

    • C’est gentil ! 🙂
      C’est vrai qu’au tout début (vers le mois de février-mars), il m’a fallu du « courage », j’ai vécu certaines choses comme des privations, des renoncements.
      Plus maintenant, bizarrement.
      Peut-être que je me suis tellement convaincue que je faisais ce qui était bien pour moi que mon cerveau refuse d’associer quelque chose que je considère « non sain » à un plaisir ?
      Si c’est le cas, ce n’est pas plus mal, tu me diras ! 🙂

  • bonjour
    Je plusssoie a 2000% ta démarche, je suis passionnée par la diétetique et je ressens comme toi le besoin de me recentrer sur ce que j ingere et j y suis arrivée par la petite porte : mes imperfections/boutons…j ai commencé par arreter de fumer (ouioui c est maaaaaal) en me disant qu avec tous l argent que je mettais dans les cosmetiques pr me debarasser de mes boutons c etait peut etre moins bete de commencer par moins me polluer le corps et j ai compris que la beauté ca s entretenais aussi de l interieur….bref je m egare je m egare 🙂 bravo pour tes engagements et n hesite pas à nous partager tes recettes par des liens

    • Merci pour ton commentaire ! Et alors, tu as vu un effet sur tes boutons ?
      Eh oui, chacun arrive aux choses par son chemin, c’est vrai qu’un souci de santé est souvent un bon catalyseur, si « bénin » soit-il ! 🙂
      Ah, la beauté qui vient de l’intérieur, c’est mon leitmotiv ! Mais il faut du temps, c’est plus ingrat, en termes de résultats ! Mais la route est sympa, quand même (pleine de bonne cuisine saine !). 🙂

      • comme tu le dis il faut du temps, je ne suis pas totalement vegetarienne car je ressens le besoin de temps en temps de manger du maquereau, du thon ou des oeufs, cependant apres l arret de la cigarette, j ai décidé de limiter au maximum tous les produits manufacturés (non cuisinés par moi a partir de matieres premieres en somme) et donc comme tu le conseil de cuisiner un maximum. ca demande beaucop d organisation et de temps mais je ne le regrette pas, j ai eu une periode « detox » ou j ai pas mal bourgonner mais je pense que mes imperfections ont une grande partie hormonales aussi donc je prends mon mal en patience, cependant elles ont bien diminuées et surtout je me sens mieux dans mon corps (digestion facile, sensation de legerté, perte de poids, peau et cheveux plus lumineuse…).
        Je suis une pratiquante du miam au fruit le matin et je dois dire que ta reflexion sur le gluten me fait reflechir, apres reste à voir si je me sens prete à rejeter les feculents, j ai peur des carences…

        • Déjà, limiter les produits manufacturés, c’est un très grand premier pas, à mon avis !
          Et puis si on aime cuisiner, manger de bonnes choses maison, c’est top. 🙂
          Moi j’ai encore beaucoup de boutons, donc manger « sain », n’est pas, pour moi en tous cas, magique sur ce problème, mais je me sens, comme toi, tellement mieux par ailleurs !
          Pour le gluten, je ne dis pas du tout qu’il faut supprimer les féculents ! 😉
          Le gluten est contenu dans le blé : il s’agit donc de privilégier d’autres féculents : riz, millet, sarrasin, maïs, pommes de terre.
          Et encore une fois, sauf intolérance ou conviction personnelle comme pour le végéta*isme, je ne pense pas que supprimer totalement un aliment soit bénéfique !
          Du coup, je pense que pour le gluten, qu’on consomme de manière excessive, il est bon d’essayer de varier un peu, de ne pas manger du pain blanc matin, midi et soir, avec des pâtes et du gâteau à la farine de blé ! 🙂
          Ca ne m’empêche pas de manger un peu de pain ou de pâtes, de temps en temps, personnellement, car je pense que finalement, je tolère plutôt bien le gluten. Mais du coup, j’ai découvert de super alternatives que j’adore !

          • merci pour tes precisions, j ai dit feculents sans reflechir à ce que j ecris uh uh mais depuis je me suis documentée et surtout ravitaillée a mon epicerie bio, tu as raison il faut varier les plaisirs et diversifier au possible son alimentation c est la regle d un bon equilibre 🙂
            de toute facon je ne mange plus de pain de boulangerie traditionnelle depuis quelques mois, les seuls produits manufacturés que je m autorise son bio a 100% maintenant, comme mes craquers au sarasin, mes pains de seigle, certains legumes preparés comme le choux lactofermenté.
            par contre j ai du mal a remangé des pates classiques, je leur prefere les completes, je ne sais pas si tu as les meme sentiments mais ces derniers temps je suis de plus en plus degouté par les produits animaux et j ai l impression de moins bien les digérés, je me dis que c est surement dans ma tete en faite, que l idée fait son chemin.

            • Oh ben oui, quand on parle de suppression du gluten, vu nos modes de consommation « classiques », ça équivaut presque à une absence de féculents, en fait ! 🙂
              Waouh, tu limites vraiment les produits manufacturés ! Pour moi, c’est une période de rééquilibrage (à nouveau), dans le sens où avant, si j’allais chez des gens, je mangeais le plus « simple », possible : le poisson au four avec les légumes, par exemple. Là, comme je sais qu’il ne me reste que les légumes une fois à table, j’ai tendance à compenser à l’apéro : chips, cacahuètes… comme quoi, manger végétalien, ça peut mener à la malbouffe, au final ! 😉 Bon, ça vaut pour quand je suis hors de chez moi et que je n’ai pas pu choisir un resto ou même un menu complètement adapté à mes besoins et envies, donc c’est assez rare, quand même.
              Pour les pâtes, ça n’a jamais été trop mon truc, en fait…
              Comme toi, les produits animaux ne m’attirent pas en ce moment, je pense qu’il y a une grosse partie psychologique, et aussi une autre liée à l’habitude ! Par exemple, j’adorais la féta. Ce midi j’ai commandé des antipasti sans fromage chez l’italien, ils ont bien sûr mis de la feta et de la mozza, donc j’ai trié mais malgré tout, il y avait des miettes de feta dans la salade : j’ai trouvé le goût trop fort et n’ai pas fini !

  • Comme tu dis, l’essentiel c’est de se sentir bien dans son corps et avec son assiette ! j’avoue que je me fiche de la tête des gens quand je passe 1h à lire les étiquettes !

    • Hihi ! Je ne regarde pas non plus les autres, en effet, mais je crois que là où je fais mes courses… tout le monde ou presque checke les étiquettes, haha ! Je suis peut-être un peu plus longue, juste. 🙂

  • Pour être tout à fait honnête, j’aime bien trop les cochonneries pour me mettre à manger vraiment sain… je fais attention à mon poids en ce moment donc je bannis au max’ les truc trop gras ou trop sucrés (exit les chips, les pains au chocolat et les pâtes carbonana), mais impossible de me priver de poisson ou de viande, j’aime trop ça.
    Par contre, pour le bio et le fait de retrouver le vrai goût des fruits/légumes je suis à 100% d’accord : tous les samedis avec mon copain on se fait une « sortie cueillette » dans une ferme pas très loin de chez nous où on fait le plein de tomates, concombres, courgettes, oignons et fruits en tous genre. Franchement, ça n’a rien à voir avec les fruits & légumes qu’on trouve en GMS, et c’est bien moins cher…

    • Oh, la sortie cueillette, j’aimerais trop ! Je m’initie aux joies des marchés bio, pour commencer, j’aime beaucoup ! 🙂
      Je te comprends pour les « privations », je suppose qu’il faut un « déclencheur », une conviction assez forte et, aussi, trouver des substituts satisfaisants pour se faire plaisir avec autre chose ! Juste supprimer des aliments pour manger des légumes vapeur et céréales à l’eau à côté : argh.
      D’où, vraiment, le concept de cuisine saine et gourmande. Mais il faut aimer cuisiner, j’en conviens !
      La suppression de la junk food, c’est déjà bien. 🙂

  • Je me reconnais totalement dans ton article si ce n’est que chez je suis légèrement plus fanatique de mon assiette. Càd que ça en devient une véritable passion et ça m’obsède. Je me surprends de lire plus d’articles culinaires que beauté. Mais comme tu dis ça fait un bien fou. Et avec ce que notre corps subit au quotidien (stress, pollution, fatigue,…) c’est le minimum je pense pour l’entretenir au mieux.

    • Tout à fait d’accord avec toi !
      Ooooh je lis beaucoup plus de blogs cuisine / santé que de blogs beauté, tu sais. Je passe énormément de temps à lire des recettes, choisir ce que je vais manger, faire à manger… C’est une passion bien plus omniprésente que la beauté pour moi, actuellement. 🙂
      J’essaie de ne pas virer au fanatisme, parce que je sais que chez moi, une lubie trop « violente » mène souvent à un abandon par la suite. Alors j’y vais doucement… 🙂

  • J’ai découvert ce blog par hasard il y a peine trois jours, et je crois que j’ai trouvé LE blog qu’il me fallait ! En pleine conversion au « manger (vraiment) sain », je me reconnais beaucoup dans ta démarche. Au-delà de ce sujet, je trouve également ce blog très bien écrit et intéressant, en un mot, bravo.
    Signé, une nouvelle (et sûrement très fidèle!) lectrice.

    • C’est le genre de commentaire qui me fait TRÈS plaisir, merci beaucoup !
      Je te souhaite une très bonne conversion au manger (vraiment) sain, alors et n’hésite pas à cliquer sur le liens dans l’article, si tu t’intéresses au sujet : j’ai renvoyé vers des blogs et sites vraiment très sympas sur la question, qui m’inspirent beaucoup !
      J’espère te revoir alors. 🙂

  • Coucou,
    Je ne peux que te rejoindre …. Issue d’une famille d’agriculteur et mariée à un fils de traiteur charcutier boucher , je n’ai jamais acheté de trucs tout prêt …. Je fais attention aux saisons, aux ingrédients aussi surtout …..c’est une manière de vivre, au même titre que le naturel dans les cosmetiques, que j’ai découvert bien plus tard que le « bien » manger ….

  • Amen. xD

    Je pense tout pareil.
    Bon, je ne consomme pas bio en majorité encore, mais ça viendra un jour.
    Il faudrait que je fasse lire ton article aux personnes à qui je parle de mon alimentation et qui sont persuadées que je me prive, que je me frustre, que je vis sans plaisir de manger, alors que c’est tout le contraire.
    Je n’ai jamais autant pris plaisir à cuisiner (seule) que depuis mon « régime anti-acné ».

    • 🙂

      En effet, parfois, le regard des autres qui me prennent pour une folle qui n’a plus aucun plaisir dans la vie m’embête.
      Bon au fond, je m’en fiche hein, mais j’aimerais qu’ils comprennent à quel point je me sens bien comme ça ! 🙂

  • Superbe article dans lequel je me reconnais à 100% !
    Une alimentation simple, naturelle, instinctive et… toujours gourmande !
    Un véritable manifesto que j’envoie à toute ma famille – ils vont peut-être finir par arrêter de me voir comme une zarbi d’orthorexique maniaque 😉
    Merci beaucoup, beaucoup – tu as su trouver les mots justes.

    • Merci pour ton commentaire, ça me fait très plaisir !
      Je dois dire que ton blog m’aide beaucoup dans ma cuisine saine, tes recettes sont magiques ! 🙂
      Eh bien tu vois… je ne connaissais pas le concept d’orthorexie ! En effet, je pense que certaines personnes pourraient bien penser ça de moi aussi. 🙂
      C’est fatiguant, parfois, de faire des choses qui nous font nous sentir bien, nous semblent justes et sont complètement mal interprétées par les autres !
      Je suppose que l’important est de se sentir bien dans ses baskets, et voilà tout. 🙂
      Hier, j’ai pensé à ton article « Les invitations », car je dînais chez des amis et je n’ai pas osé faire un petit rappel « Coucou, je mange végé, hein ? »…
      Ils y avaient pensé et il y avait un joli plateau de crudités en plus des brochettes de l’apéro, et des lasagnes véganes pour tout le monde (avec de la mozza uniquement sur le dessus pour ceux qui voulaient en ajouter à leur plat, et un plateau de charcuterie, à côté). Bref au final, j’ai trouvé hyper sympa ce repas, où chacun devait AJOUTER son produit animal et pas moi le retirer. 🙂

    • Ça y est, j’ai lu 3-3 trucs, maintenant, j’angoisse. Je me dis « Oh la la, mais si j’étais orthorexique ?! ».
      C’est fort, quand même, de réussir à faire se demander à des gens qui se sentent très bien si, par hasard, ils ne seraient pas atteints d’un trouble du comportement !!!!

      • je ne pense pas qu il faille s en faire pour ca 😉 privilegie ta sensation de te sentir bien, l orthorexie est un trouble grave qui empeche certaine personnes de manger certains aliments qu elles trouvent « mal » j avais vu un reportage sur une jeune fille qui ne pouvait manger que des aliments blancs (principalement du blanc d oeut cuit à l eau et du fromage blanc) aliments qu elle touvait « purs », comme tu le vois ne confondons pas le manger sain du manger « droit »…apres je pense que certaines personnes sont plus obsédées que d autre par ce qu elles ingerent, c est mon cas par exemple 🙂 je pense constamment à ce que je vais bien pouvoir manger apres et avant et tatatiiii, enfin la bouffe m obsede c est d ailleurs pour cela que j essaye de manger mieux et surtout de me destresser la dessus 😀 le sport m aide à me vider la tete pour ca.

        bon je m egare je m egare 🙂

        ps : j ai une super recette en ce moment que j adore !! c est une salade que je me fait le midi :
        – lentille froide type beluga
        – echalotte
        – avocat coupé en petits cube
        – peche ou brugnon jaune coupé en petits cube
        – piment dou (ou chili je prefere)
        – poivre et basilic ou menthe au choix

        c est frais, sucré et pimenté a la fois bref je suis fan 😀

        • Merci, tu es adorable !
          Pour l’orthorexie, en fait, m’en croire atteinte releverait presque de l’hypocondrie, hahaha. Tu sais, quand tu es sur un forum doctissimo et que tu te dis… « Mais… c’est tout comme moi ! J’ai… un cancer du coude droit !!!! ». 😉
          Mais en effet, je ne me sens pas « troublée », je me sens même très bien. 🙂

          Merci pour cette petite recette, ça m’a l’air BIEN sympathique, je suis fan de lentilles, d’avocats, d’herbes aromatiques… Bref, elle va me plaire ! 😀

  • Bon, je ne vais pas insister lourdement encore une fois, mais j’insiste : très personnellement, je suis ravie quand tu « publies » les recettes que tu aimes bien, et ça ne fait pas de ton blog un blog culinaire pour autant! Juste un lien vers une recette précise testée et approuvée, c’est génial pour les néophytes comme moi qui naviguent un peu dans tout cet univers. La recette de aava dans le comm juste au-dessus, je vais m’empêcher de la tester! C’est rigolo, parce que ma sensibilité pro-bio doit remonter à une vingtaine d’années, grâce à mes racines allemandes, donc bien plus ancienne que toi, mais je suis bien moins avancée. Je fais bien l’essentiel de mes courses aux Nouveaux Robinsons, mais ça ne m’empêche nullement de craquer sur le gros muffin au chocolat archi-chimique de la cantine en semaine! J’ai l’impression que pour moi, c’est vraiment le côté pro-environnement qui prime, le côté « apporter des choses saines à mon corps » n’est venu que tout récemment (et a encore du mal à s’implanter, je dois bien l’avouer). Là, par exemple, je feuilletais ce week-end le livre « Ceci n’est pas un régime », acheté il y a quasi un an, et je me rendais compte que je n’avais encore testé aucune recette, alors que bon, Laurence Salomon quoi! Mais bon, mon copain s’est mis à fond au sport, et est en train de m’entraîner dans son sillage (je vais PEUT-ETRE m’inscrire à odyssea, alors qu’il y a deux moi je ne courrais pas plus d’1/4 d’heure…), ce qui fait qu’on se passionne pour les barres énergétiques maison et autres Birscher Müsli. Petit à petit, on va y arriver!

    • Hihi, tu as raison, je vais quand même faire quelques billets avec des liens vers mes recettes préférées, c’est vrai que ça fait toujours plaisir et que ça peut servir ! 🙂 Mais je ne me sens pas l’âme d’une photographe culinaire, c’est certain. 😉

      Oh tu sais, je pense que chacun, à sa façon, et selon sa sensibilité, adapte son alimentation : pour certains, ce sera du bio, pour d’autres, du végétarien, pour d’autres encore, du local, du cru, du sans gluten…

      L’important est d’agir de manière à se sentir bien et en accord avec ce qu’on pense, ce qu’on veut… mais aussi, ce qu’on a envie de manger !

      TROP COOL pour Odysséa ! C’est aussi la première course que j’ai faite, tu sais ? Je l’ai faite un peu plus d’un an après la fin de ma chimio (ma chimio s’étant terminée un 6 août, c’est mon « anniversaire », aujourd’hui, je suis super contente), le 10 octobre 2009, il me semble. J’avais super la pression, c’était un truc très important pour moi, et je mourrais de fatigue et de joie en passant la ligne d’arrivée. 🙂 Bon courage si tu la fais, et bravo pour tes progrès en tous cas, si tu es passée de 15 minutes à envisager Odysséa, c’est déjà TOP.
      Si tu aimes les barres faites maison, je suppose que tu n’as pas pu passer à côté du bouquin « Du bonheur en barres » (top) et du blog des auteurs (http://www.metagama.com/pap/index.php) ? Si tu l’as raté, ça devrait te plaire… J’ai reproduit deux de leurs recettes, déjà, et j’en étais super contente ! Elles font touts envie ! 🙂

  • C’est dingue comme je me suis retrouvée dans tout ce que tu écris.
    L’exemple des tomates m’a fais beaucoup sourire car c’est la comparaison la plus flagrante selon moi. Même chose pour les pêches et abricots. J’ai la chance d’avoir été élevée aux super tomates provenant directement du potager de mes parents. Autant dire qu’elles ont un gout unique !! On les croque à pleine dent 🙂
    Or, il y a peu, alors que nous étions invité à diner chez ma belle soeur, celle-ci, très fière m’a dis qu’elle avait acheté à L****** des tomates cerises bio. Autant dire que je n’en ai mangé qu’une pour ne pas la vexer. Elles étaient acides, sans gout, bref infâmes…
    Tout ca pour dire que l’étiquette bio ne veut pas dire grand chose. Ce sont les petits producteurs qui cultivent la terre qui font la différence. Le goût de leur produit a un goût unique.
    Je n’ai que 23 ans, j’ai donc beaucoup à apprendre mais j’essaye tant que faire ce peut, d’initier mes amis au vrai goût des aliments. Mon petit ami est conquis et a perdu 9 kg (il n’était pourtant pas en surpoids) depuis que nous habitons ensemble. Comme toi, je varie au maximum mes repas et n’a pour l’instant pas fais deux fois le même plat. La cuisine est d’une telle richesse 🙂 Je vais m’arrêter là car je pourrais écrire pendant des heures.
    Tout ce que je voulais dire, c’est Merci, Merci de faire passer ce message pour le goût du vrai, du naturel… Il en faut des gens comme ça !

    • Rho la chance : tes parents ont un potager !!!
      Mes parents ont tenté de se lancer quand ils ont déménagé dans une maison avec jardin, mais ils n’ont pas la main très verte. 🙂
      Ouille ouille, les tomates en plein hiver, j’avoue que c’est pas fameux. J’en ai acheté il y a quelques semaines pour faire une salade de pâtes pour le bureau, par pur « conformisme » : déjà que c’était pas évident de dire « oui alors il n’y a pas de jambon / oeufs / fromage dans la salade parce que je suis végétalienne – c’est un tout nouveau boulot – je n’ai pas eu le courage d’expliquer pourquoi je faisais une salade sans crudités… Bah franchement, elles servaient à rien dans la salade tellement elles n’avaient pas de goût. J’attends l’été prochain. 🙂
      C’est passionnant comme sujet l’alimentation, et le mieux, c’est que peu importe notre âge : on en apprend tous les jours. 🙂
      Merci beaucoup pour ton gentil commentaire, en tous cas !

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *