Guide détaillé pour yogi perdu : trouver sa tenue de yoga

Je vais commencer par vous rassurer : vous avez le droit de faire du yoga dans votre legging Décathlon et un t-shirt trop grand. Tout le monde s’en fiche, à commencer par votre prof.

Mais si un jour, à force de pratiquer et traîner en legging/t-shirt, vous ressentez (comme Coquelibio, qui m’a suggéré cet article !) l’envie d’acheter des vêtements spécialement conçus pour le yoga, cet article est fait pour vous aider à faire votre choix.

Pourquoi acheter une tenue spécifique ? Pour le côté « technique » du matériau qui sèchera vite et sur lequel vous n’aurez pas de marques de sueur pas hyper élégantes, pour la coupe pratique des vêtements (legging ou short près du corps, qui ne baille pas et ne bouge pas ou encore t-shirt qui ne remonte pas en permanence pendant qu’on pratique) et aussi pour l’aspect esthétique, parce que les tenues de yoga sont souvent jolies, il faut bien l’avouer.

Etape 1 : Identifier son besoin

Si vous achetez une tenue de yoga, c’est probablement parce que votre duo habituel legging en coton/t-shirt ne vous convient plus. Pour autant, si vous rentrez dans un magasin de sport ou de yoga avec en tête « il me faut une nouvelle tenue », vous allez vite halluciner sur la diversité de l’offre. Quelques critères à prendre en compte (certains sont les mêmes que pour les tapis de yoga).

  • Les conditions climatiques : selon que l’on vive à Miami (achetez un short et une brassière) ou à Montréal (achetez un legging long et un t-shirt à manches longues), on n’a pas besoin de la même chose. A l’échelle de la France, on visera plutôt short/débardeur pour le Sud et legging/t-shirt pour la Bretagne (sans vouloir tomber dans le gros cliché, évidemment).
  • Votre morphologie et vos préférences : Nos préférences habituelles s’appliquent aussi pour une tenue de yoga. Personnellement, je suis dotée d’une ceinture scapulaire développée (= j’ai les épaules larges) (et les bras costauds) et je ne porte jamais de t-shirts, parce que je m’y sens toujours à l’étroit. De manière générale, je n’aime pas trop avoir les bras couverts et serrés, donc je porte des débardeurs toute l’année (avec un sweat léger pour le début de la pratique en hiver, que je retire quand je commence à avoir chaud). Idem : si vous aimez avoir les jambes à l’air, vous ne porterez jamais ce legging long. Si vous aimez avoir le ventre à l’air (pas moi), vous pouvez choisir une jolie brassière et pratiquer sans t-shirt quand il fait beau.
  • Les conditions de fabrication : un legging à 100 euros ne vaut pas toujours son copain legging à 100 euros. C’est peut être un raisonnement absurde, mais voici le mien : à conditions de fabrication égales (par exemple pour un legging made in China ou Vietnam sans aucune garantie sociale et/ou écologique), j’achète le moins cher. C’est à dire que mon consentement à payer un prix élevé pour un legging n’existe que s’il y a des garanties écologiques et/ou éthiques (telles que le lieu de fabrication) : je refuse de payer 100€ pour du marketing seul. La deuxième étape de mon raisonnement, c’est d’acheter moins de vêtements, mais des vêtements éthiques dès que possible.
  • Le prix : si un legging à 90 euros vous semble cher, sachez qu’on en trouve aussi à pas loin de 200 euros. A vous de définir votre fourchette de prix, certaines enseignes telles que Gap, Monoprix, H&M, etc… proposent aussi des gammes de sport et yoga maintenant, à un tarif beaucoup plus faible que les marques de yoga (les engagements sociétaux ne sont pas les mêmes mais attention aussi aux leggings à 100 euros avec zéro engagement derrière !)
  • La volonté d’acheter à l’étranger : certaines marques de yoga super jolies et éthiques viennent d’outre-Atlantique. A vous de voir si vous avez envie de commander en Australie (risque de frais de douane, frais de port élevés et coûts écologiques du transport) (ce n’est pas un jugement, j’ai déjà commandé en Australie, je vous en parle en-dessous ; mais sachez que ce n’est pas forcément le meilleur plan !).

Etape 2 : ma sélection de vêtements de yoga

Cette sélection ne contenant que des vêtements que j’ai testés moi-même, je ne peux pas vous parler des marques telles qu’H&M, Gap, Etam et compagnie, que je n’ai jamais essayées (pour le yoga). Je ne peux pas non plus vous parler des vêtements dont les prix sont trop élevés pour moi (je n’ai pas de legging à 170 euros). Du coup la gamme de prix est toujours un peu la même : des t-shirts entre 30 et 60 euros, des leggings entre 50 et 100 euros. La plupart de mes leggings chers ont été achetés en soldes ou offerts pour un anniversaire ou un Noël.

Marques qui disposent d’un site en France ou en Europe :

Lole :

Legging + T-shirt (brassière intégrée) Lole

Les + : des tissus écologiques (recyclés ou bio), des boutiques physiques pour essayer (à Paris dans le Marais et à Biarritz, notamment), des ventes privées régulières avec des tarifs intéressants, des soldes cool (c’est en ce moment, by the way) et des tarifs de base raisonnables (aucun legging n’atteint 100 euros – on a les critères qu’on peut, haha).

Les – : aucune garantie sur les conditions de fabrication, je crois que c’est « Conçu au Canada et Fabriqué au Vietnam ».

A noter aussi : avec les leggings 100% coton pour le yoga, vous n’échapperez pas aux marques de transpiration à la fin d’un cours de Vinyasa un peu intense, à moins d’avoir choisi du noir (testé et approuvé par Smooth – j’ai un legging bordeaux et un legging gris en coton et je ne les mets plus quand je sais que je vais beaucoup transpirer).

Pendant les soldes, vous pouvez trouver des leggings à partir de 29 euros. J’adore aussi le débardeur Kyra, que je porte souvent sur mes vidéos et photos (et notamment sur la photo ci-dessus).

Onzie :

Les + : fabrication aux Etats-Unis (pas de « sweatshop »), choix très variés, coupes superbes. Depuis peu, ils sont disponibles sur Zalando, ce qui signifie pas de frais de port ou de douane. En ce moment, il y a des soldes un peu dingo (j’ai vu des jolis leggings à moins de 30/40 euros, mais je ne sais pas quelles tailles sont encore disponibles).

Les – : matériau fragile, en tous cas le seul legging Onzie que j’avais (je l’ai PERDU) (voilà ce qui arrive quand on passe ses journées à mettre et retirer ses vêtements de yoga… à un moment on finit par les semer derrière soi) (et si vous oubliez un vêtement de yoga cher dans un studio de yoga, vous avez, selon mon expérience, 75% de chances de vous le faire piquer). Donc ce legging ne passait pas à 30°C mais en « lavage main », ce qui était un peu moins pratique (j’utilisais le programme « Lavage Main » de la machine, hein). En outre le tissu est très lisse, et donc glissant : pour des postures comme le corbeau, c’est un peu dur !

AloYoga : 

Les + : les produits sont super jolis et la qualité top (j’ai un t-shirt que je porte intensivement depuis 18 mois, il n’a pas bougé) (je n’ai pas essayé les leggings, malgré leur beauté). Depuis peu, ils livrent en France directement depuis leur site, en proposant un « package » frais de port + douane, ce qui évite la mauvaise surprise de frais supplémentaires.

Les – : j’avais en tête que ces produits étaient fabriqués de manière éthique et dans des matériaux recyclés, bio, ou que sais-je… mais en fait je ne trouve aucune info à ce sujet sur leur site…

Marques outre-Atlantique :

Liquido Active : Liquido Active est la première marque de vêtements de yoga sur laquelle j’ai jeté mon dévolu, quand j’ai passé le cap psychologique de dépenser plus de 50 euros pour un legging. Ils disposaient aussi d’une deuxième marque, moins onéreuse, Omstar Apparel, qui faisait notamment de super jolis shorts et brassières, mais je ne la vois plus.

Les + : Les leggings sont super confortables, ils ne s’abîment pas du tout, ils sont HYPER jolis (si on aime les trucs multicolores) (moi oui) et bien coupés. C’est une petite marque brésilienne assez engagée niveau droit du travail, qui s’est ensuite étendue à l’Australie et aux Etat-Unis.

Les – : Il faut commander depuis l’Australie, avec des frais de port non négligeables et un risque de devoir ajouter des frais de douane à réception du colis (ça m’est arrivé une fois, pour la modique somme de 39 euros de frais de douanes). Avec le recul, la coupe n’est pas la plus adaptée à ma morphologie, la ceinture roule un peu sur le ventre, comme un collant un peu trop petit (en recherchant une photo d’illustration, j’ai réalisé que je les portais beaucoup moins qu’avant : je n’ai aucune photo avec sur ces dernières semaines). A noter : ça taille petit, je fais du S/M dans la plupart des marques et le M chez Liquido est vraiment limite (quand je prends 2 kilos je ne suis plus très bien dedans) (c’est peut être pour cette raison que ça roule, d’ailleurs).

Daughters of Culture : 

Legging Daughters of Culture

Les + : une marque socialement engagée (fabrication aux Etats-Unis, matériaux recyclables), des tarifs abordables (il y a des leggings à 50 dollars), une taille unique qui convient à la plupart (officiellement du 34 au 42 ; pour moi qui suis à peu près au milieu c’est bien), des motifs vraiment jolis.

Les – : Il y a moins de choix qu’avant et on ne les trouve plus en France (j’en avais acheté deux en soldes dans une boutique française l’année dernière). Lavage main (ou programme main de la machine) obligatoire ! J’ai abimé mon legging préféré de cette marque en le passant à 30°C deux ou trois fois.

Legging Daughters of Culture en fin de vie

Marques françaises : <3

Ca ne fait pas très longtemps qu’on trouve des marques de yoga françaises, qui fabriquent en Europe dans de bonnes conditions… alors je suis super contente que ce marché soit en train de se développer ! A choisir, c’est donc ce que j’achète maintenant, parce que pourquoi acheter au bout du monde quand des entrepreneures françaises se lancent (oui, ces marques ont aussi été créées par des femmes !). A ce jour, il y a deux marques à retenir à mon goût :

Ella Sweet : 

Legging et t-shirt Ella Sweet (brassière Lole)

Les + : Marque française avec une fabrication au Portugal. Tenues confortables et jolies (j’ai une brassière, un legging et un t-shirt). J’ai choisi des choses sobres (noires). Des prix abordables pour certains produits et des « bonnes affaires » intéressantes.

Les – : Pas grand chose à redire, peut être la collection un peu sobre à mon goût, mais bon j’aime les trucs un peu colorés, c’est plus fort que moi (et après je galère à assortir parce que je n’ai que des leggings roses et jaunes et des t-shirts bleus…)

Yuj :

Mon coup de coeur actuel !

Legging Dotpant de Yuj

Les + : Marque française avec une fabrication au Portugal. La qualité des produits est vraiment au rendez-vous. La coupe des leggings est absolument dingue pour moi : ça convient parfaitement à ma morphologie, avec une taille semi-haute et une ceinture large qui tient bien sur le ventre ! Les collections évoluent souvent, c’est plutôt sobre mais avec une petite touche un peu sympa ou originale à chaque fois. J’ai profité des soldes pour racheter un legging (le Mulhadara, qui a la même coupe que le Dotpant blanc que je porte sur la photo). On trouve la marque sur son propre site mais aussi sur Zalando (et les soldes ne sont pas les mêmes aux deux endroits, donc vérifiez !). Matériau technique super agréable à porter. Les tarifs sont raisonnables pour un matériau technique et une fabrication européenne + les frais de port sont offerts.

Les – : Là encore pas grand chose à redire, peut être le fait que la plupart des t-shirts soient « à inscription », ce qui peut en bloquer certaines (j’en connais qui n’aiment pas) (moi j’aime bien, surtout « Martine va au yoga »).

Voilàààà vous êtes paré-e-s pour faire votre shopping, et c’est le bon moment, car sur certains sites (notamment Zalando, qui vend les marques Yuj, Onzie et Yoga Searcher – dont je ne parle pas ici parce que je n’ai rien de la marque, mais c’est joli et réputé aussi), les soldes vont jusqu’à 70% (je viens d’acheter une brassière à 19 euros).

Si vous avez d’autres marques préférées, racontez-moi !

juillet 7, 2017

Étiquettes : , ,
    • Oui c’est de bonne qualité Lole, ça me chagrine qu’il n’y ait pas d’engagement sur les conditions de fabrication, dont à tarif égal, je regarde ailleurs, mais quand il y a de bonnes occasions, je ne m’interdis pas d’acheter chez eux !
      Pareil pour Sweaty Betty, j’aime beaucoup leurs produits (j’ai un legging et j’avais une brassière – achetée trop petite en ligne, donc offerte à une amie finalement) mais je trouve ça cher sachant qu’ils prennent (ou prenaient, ça a peut être changé) zéro engagement en termes d’écologie ou d’éthique. Hollister je ne connais pas, il faut que j’aille voir ! 😀

  • [Tu as changé la déco de ton blog !!!]
    Ton article est super complet 🙂 ça se voit que les examens sont passés tu as du temps 🙂
    Tes conseils « matière » sont très utiles, vu qu’en ligne on ne se rend compte de rien. Pareil pour l’entretien.
    J’ai reconnu le pantalon que j’aimais bien de ma prof chez Alo 😀
    Ici pour le moment c’est en effet tenue décath’ quand je vais en studio [pour le haut c’est brassière de sport et tshirt, mais il va falloir que je me penche sur les brassières de yoga], et sinon pyjama le matin, où tenue plus adaptée si je pratique dans la journée chez moi, mais pas forcément le legging.
    (un jour où il faisait chaud je t’ai aussi copiée avec la version maillot de bain)(alors que je n’ai pas de piscine …)

    • Haha oui, en fait il faudrait que je prenne vraiment le temps pour faire une refonte complète, bien rangé les étiquettes et catégories, tout ça, mais bon c’est chronophage ! En attendant je change juste le thème de couleur de temps en temps, haha !
      Merci pour ton commentaire 🙂
      Héhé oui c’est frustrant de voir des fringues qu’on aime bien et de ne pas savoir d’où elles viennent parfois : cool que tu aies reconnu ce pantalon cool alors 😀
      Haha oui le maillot de bien ça marche pas mal non plus !!!

  • Super cette revue!
    Pour ma part, je ne suis pas apte à mettre un prix élevée dans mes vêtements de yoga, alors, je me fournis chez go sport en solde. On repassera pour les conditions de production, mais pour mon petit budget, je fais avec (d’autant que j’achète peu de vêtements de yoga quand même)
    Par contre, je m’insurge tellement contre les tailles uniques!!!!! Ou comment exclure tranquillou une bonne partie des consommatrices…

    • Ah ben oui je comprends carrément qu’on ne mette pas un gros budget dans une tenue de yoga ! En ventes privées ou en soldes tu peux trouver de bons plans ceci dit (en ce moment des leggings à 30 euros ici et là, ça reste plus cher que chez go sport en soldes mais c’est un bon compromis quand on peut je trouve !)
      Oui, moi je suis pile poil au milieu de la fameuse taille unique mais je pense qu’en dessous du S ou au dessus du L ce n’est pas adapté ! Mais du coup ils ont du avoir ce reproche car ils ont deux gammes de leggings maintenant, et la 2ème gamme est « classique », avec des tailles différenciées !

  • Merci pour le chouette article! Tu m’as fait sourire et, même, envisager 5 secondes d’acheter une tenue pour faire du yoga. Dans la vraie vie, je n’aime que le coton, et même que le coton certifié GOTS, je suis une crevette qui s’habille en 10/12 ans. Par conséquent, je suis restée au stade corsaire noir et débardeur cousu par moi-même! Et d’ailleurs, j’attends avec impatience qu’une marque de patrons se lance dans les vetements de yoga avec de jolies formes un peu originales.

  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *