15 minutes chrono dans la salle de bain

J’ai testé pas mal de trucs en termes de soins du visage, principalement pour me débarrasser de l’acné, mais aussi parce que j’aimais les masques rigolos, qui sentent bon, qui font la peau douce. J’aimais transformer ma salle de bain en salon de beauté et passer des heures à mettre des crèmes, des lotions, à faire des smokeys de folie.

Et puis… Mini Smooth est arrivée, la fatigue des nuits trop courtes, la reprise du boulot, la gestion du planning yoga/gym suédoise/bébé/travail/préparation de petits plats (que l’enfant te jette à la figure une fois sur deux, youpi) (à la figure ou sur le sol, PILE entre les lattes du parquet) (coucou le reste de polenta moisi et coincé).

Dans le même temps, les tests de cosmétiques ont un peu cessé de m’intéresser, l’envie d’essayer mille choses est passée, les paillettes du marketing n’ont plus eu d’effet sur moi (ou moins, en tous cas) (rassurez-vous je reste une super cible marketing pour d’autres choses, j’ai juste épuisé ma passion pour les cosmétiques). Peut-être parce que j’ai passé des mois, et même des années, à essayer plein de crèmes, masques et nettoyants magiques pour essayer d’enrayer mon problème d’acné, et qu’au final, c’est la grossesse qui eu aura eu raison (même si j’ai toujours des boutons régulièrement, c’est plutôt un ou deux que dix ou vingt, ce qui fait une petite différence).

Parce que dans les périodes où ma peau va bien, je peux mettre n’importe quelle crème, ça ne changera rien. Et dans les périodes où j’ai des boutons, je peux mettre n’importe quelle crème aussi, ça ne changera toujours rien.

Du coup, j’ai cherché quelque chose de méga simple, pas trop cher, de préférence bio et certifié vegan ou au moins cruelty-free.

La routine toute simple pour peau à tendance acnéique 

Le matin, je pulvérise de l’hydrolat de fleur d’oranger, parce que j’adore l’odeur, que ça se trouve très facilement (c’est à dire en faisant ses courses, au magasin bio, en supermarché, à Monop, en parapharmacie : n’importe où) et que c’est un hydrolat qui convient à pas mal de peaux, notamment aux peaux sensibles. J’essuie en tamponnant avec un coton (lavable) et je mets de la crème hydratante. J’ai mis assez longtemps la crème Skin Blossom pour peaux grasses, elle sent le propre, elle est relativement légère mais hydrate bien, n’est pas matifiante parce que je n’aime pas les crèmes matifiantes, a un prix abordable et est bio et vegan. Malheureusement, elle n’a plus suffi cet hiver, j’avais la peau hyper sèche qui pelait, du coup je suis passée à une crème plus riche, mais toujours non comédogène, la Joveda au beurre de karité. Elle est plus chère et pas bio mais sa composition est quand même pas mal du tout, comme celle de tous les produits en vente sur le site Univeda (et Emanuelle de Beauté-Pure la recommande aussi).

Ensuite je passe au maquillage minéral : une couche de fond de teint minéral Lily Lolo (j’utilise la teinte Barely Buff en ce moment, In the Buff quand j’ai un peu bronzé et Cookie quand j’ai beaucoup bronzé mais ça fait 3 ans que ça ne m’est pas eu à acheter cette teinte), un peu de correcteur Nude de Lily Lolo sur les 2-3 boutons ou cicatrices et parfois un voile de poudre libre Les 3 fées (je préfère cette marque à Lily Lolo pour la poudre). Je mets souvent du blush Lily Lolo, j’adore la teinte Candy Girl, parce que c’est discret et joliment irisé. Et puis les yeux : un trait de crayon noir (j’aime beaucoup le SoBio Etic, mais comme je le trouve rarement en magasin, il m’arrive d’acheter le Une à Monoprix si je n’en ai plus et que je n’ai besoin de rien d’autre sur Internet) (sinon j’achète tous mes produits SoBio Etic et Lily Lolo sur Ayanature), une couche de mascara noir (j’utilise le Lily Lolo dans ma trousse de voyage et j’ai un Barry M pas bio mais vegan, j’aime bien les deux, même si on n’est pas au niveau d’un mascara effet faux cils comme ce que je pouvais utiliser avant) et parfois un peu d’ombre à paupière irisée (j’ai viré presque toute ma collection mais gardé la palette Naked 2 d’Urban Decay).

VOILA.

Le soir c’est encore plus simple, vu qu’il ne faut pas se maquiller. Je me démaquille les yeux avec un coton lavable Lamazuna, sous la douche et sans produit, et me nettoie le visage avec un pain nettoyant The Ground Soap, à l’avoine et au miel (pas vegan mais je suis relativement tolérante sur le miel) (je n’en utilise pas à toutes les sauces non plus, mais acheter un produit par an en contenant ne me traumatise pas). Le savon est énorme, je coupe des morceaux parce que c’est plus pratique et que ça évite qu’il fonde dans la douche. Puis je mets quelques gouttes (2 pshitts pour être exacte) d’Huile de soin anti-acné Vanessances (l’aromathérapie, c’est la vie) sur le visage, sauf les soirs où j’ai la peau un peu sèche et où je mets l’Elixir à l’argan de la même marque.

lemme be

Hop, après découpage.

Hop, après découpage.

VOILA, BIS.

Et puis une fois par semaine (en théorie) (en pratique, c’est plutôt tous les 10 jours) je fais un masque à l’argile rose et (pas le même soir), un Sauna facial anti-acné, qui fonctionne étonnamment super bien (c’est assez marrant de voir que les boutons ont nettement diminué le lendemain alors qu’on s’est contentée de mettre sa tête au dessus d’un bol d’eau chaude contenant 2 gouttes d’huiles essentielles pendant 5 minutes).

Et c’est tout. C’est certainement encore beaucoup pour plein de gens, mais pour moi, être revenue à un simple nettoyage/soin, avec 5 minutes de maquillage, c’est un net progrès.

J’ai abandonné la lotion après le démaquillage, j’ai laissé tomber le double nettoyage, je ne mets plus de sérum ou de produit spécifique sur chaque bouton, je fais un masque tout simple de temps en temps… et ça marche tout pareil. Fantastique, non ?

mai 19, 2015

Étiquettes : , , , , , , ,
  • Laisser un commentaire

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *